châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Ventadour
 
 

  Première mention en 1164 dans une bulle du pape Alexandre III confirmant à l’évêque du Puy les droits et biens de son Église, dont Meyras. En 1219, Albert, Hugues et Guillaume de Jaujac concèdent à l’abbaye de Mazan tous leurs droits sur les pâturages situés dans les mandements des castra de Géorand, Les Éperviers, Mayres, Meyras, Jaujac. En 1244, transaction entre Guillaume de Jaujac et Pons de Glavenas, trésorier de l’Église du Puy, au sujet de droit de justice sur les hommes de Veyrières, du Ranc et du Mas, près de Meyras, à la suite de laquelle Guillaume rend hommage au chapitre du Puy pour tous les droits qu’il possède dans le castrum et le mandement de Meyras. En 1272, testament de Pons de Montlaur, seigneur d’Aubenas. Il exige notamment que soit restitué à Guigue de Roche, son neveu, à qui appartient le castrum de Meyras, depuis l’échange fait par celui-ci avec Guillaume de Jaujac du castrum de Mayres, tous les droits qu’il (Pons) détenait sur ce castrum. En1275, Héracle de Montlaur, frère de Pons, rend hommage à l’évêque du Puy pour le château de Meyras. En 1281, Eble de Aulanheto vend à Guigue de Roche, pour le prix de 23 livres viennoises, divers cens en deniers, en grain et en vin. Acte passé dans le castrum de Meyras. En 1281, Silvion de Juvinas reconnaît tenir en fief de Guigue de Roche, seigneur de Meyras, tout ce qu’il possède dans le mandement du castrum de Meyras. En 1300, les hommes du castrum et du mandement de Meyras, réunis dans l’église de Meyras, interrogés l’un après l’autre, déclarent qu’ils sont, ont été et veulent rester les hommes taillables, corvéables et exploitables de Guigue de Roche, à l’entière volonté de ce seigneur et de ses successeurs. En 1304, les officiers de justice du seigneur de Roche pour la châtellenie de Don, siégeant à Meyras, remettent à jour fixe l’arrêt prononcé contre deux bergers du mandement de Brion coupables d’avoir trait les brebis d’autrui à l’insu des propriétaires, mais ils exigent caution que les bergers se représenteront et payeront l’amende. En 1321, Alasie Bonaud, de Neyrac, et Mondon, son fils, vendent à Pierre Goy, de Thueyts, une vigne située dans le terroir de Neyrac in mandamento castri de Mayrato, vigne qu’elle tient en fief franc et noble de Guigue de Roche. Vers 1325, Raymond et Hélias de Chanaleille reconnaissent tenir en fief franc et noble de Guigue de Roche deux parts indivises du manse de La Valette avec les hommes, droits, juridictions et dépendances situés dans le mandement du castrum de Jaujac et divers autres choses dans les mandements de Meyras et de Jaujac. Vers 1329, Guigue de Roche reconnaît tenir de Pons de Montlaur, in feudum francum et honoratum, les castrum, territorium, villam et districtum de Meyras, exception faite de ce qu’il tient de l’évêque et de l’Église du Puy dans le mandement et le castrum de Meyras. A la fin du XIVe le château revient aux Lévis, et en 1472 le seigneur de Meyras épouse Blanche de Ventadour. Il ne sera plus habité et à la révolution il est décrit ainsi, "cette vieille masure n’a point porté depuis sa destruction, arrivée depuis plus d’un siècle, de revenu". Il fut utilisé après la Révolution comme carrière de pierres. L’élément le plus ancien du château de Ventadour semble être un donjon carré du XIIe ou du XIIIe siècle situé à l’ouest de l’ensemble castral. Celui-ci est englobé dans un vaste et complexe ensemble dont les chronologies relatives et absolues, de la fin du Moyen-Âge à l’Époque Moderne, restent à établir précisément. Déjà très ruiné au début du XIXe siècle, le château est abondamment restauré depuis la fin des années 1960. Un petit habitat castral semble s’être développé au Moyen Age sur les pentes qui s’étendent au sud du château. Un hospice y est encore mentionné en 1464. Le castrum de Meyras possédait une chapelle dédiée à Saint-Martin. Celle-ci est un petit édifice à nef unique et abside semi-circulaire, elle est encore utilisée au début du XVIIe siècle. Le plan du château-fort est basé sur le modèle des châteaux savoyards, le donjon étant attaché à la muraille. (1)

Éléments protégés MH : les restes du château de Ventadour : inscription par arrêté du 4 mai 1937.

château-fort de Ventadour 07380 Meyras, tél : 04 75 38 00 92, depuis 1969, il fait l'objet d'une restauration par Pierre et Françoise Pottier et des bénévoles, possibilité de visites en juillet, août et septembre du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 19h, le week-end de 15h à 19h.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photo©webmaster B-E, photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.
A voir sur cette page "châteaux de l'Ardèche" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 

château de Ventadour à Meyras

château de Ventadour à Meyras

 château de Ventadour à Meyras
 
 
château de Ventadour   Meyras

château de Ventadour   Meyras

château de Ventadour   Meyras  château de Ventadour   Meyras
 
   
 
 


(1)
     Source : Atlas des châteaux du Vivarais (Xe-XIIIe siècles) Éditions Pierre-Yves Laffont, en vente sur ALPARA

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.