châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de la Roche
 
 

 Fin du XIIe siècle, après 1164, pancarte des donations faites à l’abbaye de Mazan au lieu d’Issanlas. Témoin : Raymond de Mirabel. Vers 1170-1174 Raymond de Mirabel est chanoine de l’Église de Viviers. En 1175, engagement pris par Geoffroy de Barrès de rendre à Jocerand de Baix les castra de Barrès et de Rochessauve. Ils s’engagent sous peine de 10 000 sous à respecter cet accord. Sont donnés entre autres pour garants : Pierre Audigier, Raymond et Etienne de Mirabel pour 500 sous. Vers 1215, Guillaume Hugues de Pierregourde et sa femme Béatrice, fille de Guillaume du Béage, vendent à Pierre de Mirabel divers droits et notamment tout ce qu’il possédait dans le castrum et mandement de Mirabel. Bertrandus de Feltro confirme à l’abbé de Mazan une donation de pâturages en 1226 faite autrefois aux moines de Mazan dans le mandement de Mirabel. Echange conclu en 1249 entre Etienne de Mirabel et Marie, sa femme, d’une part, et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, d’autre part. Le comte cède notamment tout son avoir dans le mandement de Mirabel. En 1258, Aymon de Genève, évêque de Viviers, acquiert le fief du castrum de Mirabel. Vente en 1286 de dix quartes de froment de rente à prendre in tenemento dicti castri de Mirabelo par Augier Ribot et ses frères, moines de Saint-Chaffre, à Pierre Bernard. Sont présents : Hugues de Mirabel et Pons de Mirabel, seigneurs de Mirabel. Hommage en 1298 de Guillaume de Mirabel à Aldebert de Peyre, évêque de Viviers, pour le château de Mirabel. Le chapitre de Viviers donne en 1301 procuration au chanoine Hugues d’Arlempdes pour faire hommage à l’évêque à raison de la part qui appartient au chapitre dans la villa de Bourg-Saint-Andéol et dans les castra et mandements de Mirabel et de Rochessauve. En 1319, Pons de Mirabel, coseigneur de Mirabel, et Pierre, son fils, rendent hommage à Giraud Adhémar, seigneur d’Aps, pour la seigneurie et la juridiction du tènement de Saint-Nazaire-sous-Coiron. En 1334, Pierre de Mirabel, en présence de son fils Pierre héritier universel, seigneur de Mirabel, de Pons, seigneur de Mirabel, et d’Aymar, évêque de Viviers, reconnaît tenir en fief franc et noble, ab antiquo, de l’évêque et du chapitre de Viviers le fortalicium du castrum de Mirabel et plus largement tout ce qu’il a dans le castrum et le mandement de Mirabel.
Le plateau basaltique du Coiron présente sur son rebord méridional plusieurs digitations limitées par des falaises presque verticales. Les vestiges des châteaux de Mirabel occupent l’extrémité d’une de ces langues de basalte. Le plateau de Mirabel comptait au Moyen Âge deux châteaux, l’un à l’est et l’autre à l’ouest, tous deux ayant pour centre un haut donjon quadrangulaire. Ces deux châteaux ont vraisemblablement pour origine le partage en coseigneuries du castrum de Mirabel, au moins dès le XIIIe siècle. Le château oriental a disparu, il ne subsiste de celui-ci que quelques rares vestiges de maçonnerie très arasées, dont les bases d’un donjon. Cependant, une vue perspective réalisée en 1628 par Jean de Beins, lors du siège de Mirabel par le duc de Montmorency, montre très nettement les deux châteaux et le bourg castral dans son enceinte58. Le château est, comme le château ouest, est dominé par un donjon carré. Il compte de plus un ensemble massif de constructions, difficilement identifiables, adossées au sud et à l’ouest contre la tour ; celles-ci sont sans doute postérieures au donjon. Le château oriental est démantelé au XVIIe siècle sur ordre de Richelieu et se ruine peu à peu au fil des siècles. Le château occidental a connu un sort voisin, mais, à l’inverse du château oriental, le hasard a permis la conservation du donjon. Ce dernier ainsi que les bâtiments qui le jouxtent ont été l’objet de relevés, de travaux de fouilles et de restaurations de 1972 à 1995 par leur propriétaire, Pierre Margot-Belrichard. Du château occidental subsistent, outre le donjon, les ruines d’une enceinte très arasée et divers bâtiments (dont peut-être une autre tour) groupés au pied du château ; la datation de l’ensemble s’échelonnant, selon P. Margot-Belrichard, entre le XIIIe et le XVIIIe siècle. Le donjon est de plan presque carré ; il mesure hors œuvre 6,85 m x 7,40 m avec toutefois un saillant de 0,68 m x 1,58 m, abritant des latrines, à son angle nord-est. Les murs ont une épaisseur constante, du haut en bas de la tour, de 1,45 m à 1,58 m. Celle-ci est bâtie en moellons de basalte, avec chaînage d’angle en grand appareil de calcaire gris clair.
Dans son premier état, la tour présentait quatre niveaux (les deux étages supérieurs étant totalement isolés des deux étages inférieurs) : le rez-de-chaussée était charpenté et possédait une porte couverte d’un arc en plein cintre au sud (l’appartenance de celle-ci au premier état du bâtiment reste toutefois sujette à caution) ainsi qu’au moins une ouverture étroite ; le 1er étage, voûté d’ogives, était accessible par une porte située à 2,50 m de hauteur sur la façade sud au-dessus de la porte du rez-de-chaussée ; les ouvertures qui devaient percer ce niveau ont toutes disparu lors de remaniements ultérieurs. La présence d’une haute voûte (elle culmine à 5,50 m) ainsi que de latrines font sans doute de cette pièce une salle à vocation résidentielle ; le 2ème étage n’était pas accessible directement de l’intérieur depuis le 1er étage. Un système d’escalier extérieur reliait la porte du 1er étage à une porte située à 6,40 m du sol à l’ouest qui ouvrait elle-même sur un escalier droit, pris dans l’épaisseur du mur nord, qui débouchait dans la salle du 2ème étage. Ce troisième niveau, charpenté, était apparemment aveugle dans son état d’origine, mais disposait toutefois dans son angle nord-est de latrines ; le passage du 2ème au 3ème étage s’effectuait sans doute par une trappe ménagée dans le plancher. Ce quatrième niveau, couvert d’une voûte en plein cintre, était percé à l’ouest d’une étroite porte donnant accès à une bretèche de bois surplombant le départ de l’escalier extérieur desservant le 2ème étage ; enfin, une terrasse, accessible par un escalier pris dans l’épaisseur du mur, surmontait l’ensemble. Un petit bourg, chef-lieu de l’actuelle commune de Mirabel, s’est développé immédiatement au pied du plateau portant l’ensemble castral. Ce bourg castral a été enclos dans deux enceintes successives venant se refermer sur les falaises de la table basaltique. La dernière enceinte, sans doute de la fin du XIVe siècle et encore relativement bien conservée : elle était cantonnée de plusieurs tours circulaires, munie d’une tour-porte au sud-est et percée d’une autre porte au sud-ouest. C’est cette dernière enceinte que représentent les deux vues anciennes de Mirabel ; l’enceinte primitive n’apparaissant que sur le cadastre napoléonien.

Éléments protégés MH : les ruines de l'ancien château de la Roche : inscription par arrêté du 24 juillet 1972.

château de la Roche 07170 Mirabel, du château oriental, démantelé au XVIIe siècle sur ordre de Richelieu, on ne voit plus que quelques traces de murs à fleur de terre, marquant entre autres l'emplacement du donjon. Du château occidental, qui a subi les mêmes vicissitudes, est resté le donjon carré que l'on peut encore voir aujourd'hui.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photo©webmaster B-E,
photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.
A voir sur cette page "châteaux de l'Ardèche" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 château de la Roche à Mirabel  château de la Roche à Mirabel
 
 
château de Mirabel
 
   
 
 


(1)
      Source : Atlas des châteaux du Vivarais (Xe-XIIIe siècles) Éditions Pierre-Yves Laffont, en vente sur ALPARA

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.