châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Montréal
 
 

        En 1206, Burnon, évêque de Viviers, accorde à Guigue de Châteauneuf un délai pour prêter hommage du château de Montréal. Accord entre l’Église de Viviers et le comte de Toulouse Raymond VI en 1210. L’évêque de Viviers et les chanoines se plaignaient de ce que le comte de Toulouse avait fait construire sur leur domaine le château de Fanjau et ils prétendaient que comme construit sur leur terrain il leur appartenait. Ils se plaignaient encore que le comte avait fait plusieurs acquisitions dans leurs fiefs et notamment la tour de Pierre de Vernon à Montréal. Hommage rendu en 1213 à l’évêque de Viviers par Pierre de Vernon pour sa tour et son château de Montréal. Guigue de Châteauneuf et son neveu, autre Guigue de Châteauneuf, se partagent le castrum vetus de Montréal en 1255. Permission accordée en1299 par les consuls de Largentière à Béraud, seigneur de Montréal, de détourner les eaux de la Ligne pour les amener à son moulin. Reconnaissance en 1329 par Pons d’Antraigues, de Largentière, à l’abbé des Chambons et à noble Guillaume, seigneur de Montréal, pour des vignes dans la paroisse de Largentière. En 1363, hommage par Louis de Joyeuse au roi de France de la troisième partie du chasteau viel de Montroyal.
Implanté sur une hauteur, le village de Montréal domine la vallée de la Ligne et la route départementale D5, à quelques kilomètres au sud-ouest de Largentière. Montréal est un bourg d’origine castral. Le cœur du village actuel, dont de nombreuses maisons ont conservé des caractères architecturaux médiévaux et modernes, s’est développé autour de deux châteaux immédiatement voisins. Ces deux châteaux ont pour origine, comme il est fréquent dans le Midi, une coseigneurie ; celle-ci est attestée dès la première moitié du XIIIe siècle. L’état de conservation des deux châteaux de Montréal est assez dissemblable : pour l’un, qui correspond peut-être au "château vieux" mentionné en 1255, il ne subsiste pour l’essentiel qu’un donjon ; en revanche, le second est un ensemble complexe dont le noyau originel du XIIIe siècle a été transformé et agrandi jusqu’au XXe siècle. Le château de Montréal, le "château neuf", encore habité aujourd’hui, est un édifice très bien conservé, dont les évolutions successives depuis la fortification d’origine sont nettement perceptibles. Le château est implanté à l’extrémité nord-ouest du village sur un socle rocheux. Il présente actuellement un plan hexagonal à l’intérieur duquel on distingue le donjon et des bâtiments répartis entre quatre ailes entourant une cour centrale. Du XIIIe siècle à nos jours, divers états peuvent être reconnus. Appartiennent au premier état du château, un haut donjon quadrangulaire, une étroite chemise maçonnée ainsi qu’un logis que l’on peut aisément interpréter comme une aula. L’ensemble, remarquablement préservé et d’un intérêt exceptionnel, fournit un exemple tout à fait significatif de ce que pouvait être un château au début du XIIIe siècle en Vivarais et plus largement en France méridionale. Ce château primitif est tout à la fois modeste quant à son emprise au sol et imposant par sa masse et la verticalité de son donjon ainsi que par la qualité de ses maçonneries de grès.
Le donjon, qui présente des élévations parfaitement homogènes en appareil à bossage, mesure 10 m de côté pour une hauteur conservée de 23 m ; ses murs possèdent une épaisseur constante de 2 m. Cette tour compte quatre niveaux. Le rez-de-chaussée est une basse-fosse en partie creusée dans le rocher. Presque aveugle, elle est éclairée par un seul jour. Postérieurement, ce niveau a été utilisé comme citerne ; le premier étage, qui est le plus riche en éléments de confort et d’habitabilité, était séparé de la basse-fosse par un plancher. L’accès au donjon se faisait à ce niveau par une porte surmonté d’un arc très légèrement brisé. La pièce est éclairée par quatre jours, un par côté, très étroits en façade mais très ébrasés à l’intérieur. Dans le mur est, sous le jour, sont aménagées deux niches ; l’une avait fonction d’évier. Dans le mur nord, se trouve l’orifice d’un conduit porte-voix ménagé dans l’épaisseur du mur et correspondant avec l’étage supérieur ; le second étage repose sur une voûte. Le passage du premier au second niveau se fait par un escalier de pierre ménagé dans l’épaisseur du mur ; du dernier et troisième étage, qui reposait sur un plancher, ne sont conservées que l’arrivée de l’escalier de pierre venant du second niveau et quelques assises des murs périmétraux.
Dans le courant du XIVe siècle, sans doute dans la seconde moitié de ce siècle, le château connaît une phase de travaux importants qui se traduit par la construction d’une seconde enceinte, plus étendue que la première tout en reprenant le plan de celle-ci, et par la construction d’un grand bâtiment en L accolé aux courtines de cette seconde enceinte. Au XVe et au XVIe siècles, le château de Montréal connaît d’importantes modifications qui, tout en préservant le noyau originel, vont profondément transformer le plan et les élévations du château (réorganisation du château autour de quatre ailes s’élevant désormais sur trois niveaux, construction d’une tour d’escalier, création de galeries de circulation extérieure, etc.). Il acquiert alors pour l’essentiel l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui : ces modifications en font une demeure d’apparat plus confortable et plus fonctionnelle tout en mettant en œuvre de nouveaux éléments de défense active (mâchicoulis, ouvertures de tir pour armes à feu, échauguettes). Les aménagements des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles se caractérisent essentiellement par le percement de nouvelles ouvertures, par la construction d’annexes (hangars, remises) et d’escaliers. (1)

Éléments protégés MH : le château, y compris l'emprise foncière de la cour dite "verger" au nord et de l'avant-cour au sud, ainsi que la tour : inscription par arrêté du 28 décembre 2000.

château de Montréal 07110 Montréal, tel. 04 75 89 91 81, le donjon mesure presque trente mètres sur sa hauteur, les visiteurs ont la vue à 360°, animations médiévales du 7 juillet au 25 août tous les jours sauf samedi de 10h 30 à 13h et de 15h à 19h. Location du château pour mariage, séminaire, film... et également deux chambres d'hôtes.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photo©webmaster B-E, photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.
A voir sur cette page "châteaux de l'Ardèche" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 

château de Montréal   Ardèche

château de Montréal   Ardèche

château de Montréal   Ardèche  château de Montréal   Ardèche
 
 
château de Montréal   Ardèche château de Montréal   Ardèche château de Montréal  château de Montréal
 
   
 
 


(1)
      Source : Atlas des châteaux du Vivarais (Xe-XIIIe siècles) Éditions Pierre-Yves Laffont, en vente sur ALPARA

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.