châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Saint Marcel
 
 

      En 1193, accord entre Raymond V, comte de Toulouse, et Nicolas, évêque de Viviers. Le comte rend à l'évêque ce qu'il pouvait exiger dans la cité de Viviers et s'engage à ne pas acquérir de nouveau droit ou fief sans l'accord de l'Église de Viviers. Il est convenu aussi que le comte devra justifier de ses droits sur la "villa Sancti Marcelli" devant l'archevêque de Vienne, arbitre. Sentence arbitrale rendue en 1231 entre les milites de la villa Sancti Marcelli, les habitants de Saint-Marcel-d’Ardèche et l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan au sujet de divers pâturages. Vers 1241 sentence arbitrale rendue par Guillaume de Laudun, Pierre Julien et Guido Fulcosii entre Bermond, évêque de Viviers, et les coseigneurs de Saint-Marcel-d’Ardèche au sujet du mode d’élection des consuls de la ville et de la juridiction du lieu. Vente faite vers 1246 par Etienne de Languano au recteur de l’hôpital de Saint-Marcel-d’Ardèche d’un jardin situé près du portale de Pontilio. Acte passé à Saint-Marcel-d’Ardèche. Transaction vers 1250 entre l’évêque de Viviers, comme seigneur majeur de Saint-Marcel et comme seigneur parier pour un dixième, et les autres coseigneurs de Saint-Marcel (Rostaing de Saint-Marcel, R. de Saint-Remèze, G. Arnaud, Gonet de Serre, Pierre Guillaume, Raymond de Vernon, G. de Mondragon, Pons de Lussan, Béraud Barthélemy de Saint-Marcel, G. de Gras, R. Itier, R. Sarrazin, Guichard, Jean et Guillaume Audigier, R. (Arnaud ?) Laubone, Barthélemy Armand, Barthélemy Sarrazin, Reynaud) à propos des droits de justice respectifs de chacun des seigneurs pariers de Saint-Marcel. Hugues de Cornone rend hommage en 1273 à l’évêque de Viviers pour tout ce qu’il tient, avec la fille de feu Guillaume de Sabran, dans la villa, le territorium et le mandamentum de Saint-Marcel. Transaction en 1287 entre le précepteur de l’hôpital de Trignan, d’une part, Pierre Audigier et Pons Daudelli, syndics des seigneurs et des habitants de la villa seu castri de Saint-Marcel, d’autre part. Vers 1292 accord entre Guillaume de Châteauneuf, seigneur de Thines et de Saint-Remèze, et sa mère Pictavina, d’une part, et Thomas de Vernon, syndic des habitants et coseigneurs de Saint-Marcel. En 1308, Dalmas de Lussan reconnaît tenir en fief franc et noble de l’évêque et du chapitre de Viviers tout ce qu’il possède dans la villa de Saint-Marcel-d’Ardèche et dans son mandamentum, tenementum, territorium et districtus.
Situé à environ 20 km au sud de Viviers, dans la vallée du Rhône, aux portes de l’Uzège, Saint-Marcel est une des places majeures du temporel de l’Église de Viviers au XIIe et surtout au XIIIe siècles. Le bourg de Saint-Marcel semble s’être développé autour de l’église du même nom qui est attestée dès le IXe siècle, mais dont l’origine remonte sans doute au très haut Moyen Âge. La documentation des XIIe et XIIIe siècles concernant le site de Saint-Marcel est ambiguë : le site est attesté régulièrement comme villa mais à partir des années 1270-1280 il est aussi ponctuellement mentionné comme castrum et comme chef-lieu de mandement. Le bourg est enfermé dans une large enceinte ovalaire dont l’emprise est encore bien matérialisée dans le parcellaire actuel. Cette enceinte existe déjà au début du XIIIe siècle comme le laisse supposer la mention d’une porte en 1246. Au XIIIe siècle, Saint-Marcel est une coseigneurie extrêmement complexe dont l’évêque de Viviers est seigneur majeur. Deux ensembles fortifiés peuvent être associés à cette gestion en coseigneurie de Saint-Marcel. Le premier est situé à proximité même de l’église, au sud. Il est constitué d’une tour et d’une aula, qui sont englobées dans des constructions postérieures. Seules les faces ouest et sud de la tour sont actuellement observables. Celles-ci présentent un bel appareil régulier de petits moellons de calcaire. Trois étages sont conservés et l’accès originel à la tour se faisait au premier étage, à l’est, par une porte couverte d’un arc en plein cintre. Ce premier étage surmonte une basse-fosse voûtée en berceau ; ce niveau possède une porte mais qui n’appartient pas à l’état premier du bâtiment. Cette tour ne présente par ailleurs pratiquement aucune ouverture. Immédiatement au sud de la tour est visible, sur plus de 13 m de longueur, la façade d’un bâtiment offrant le même appareil que la tour. Il pourrait s’agir d’une aula associée à celle-ci. Le second ensemble castral de Saint-Marcel se trouve Place du Monument aux Morts, face au château des Bernis, intégré dans les bâtiments plus récents d’une pharmacie. En raison de très nombreux remaniements, l’interprétation des vestiges apparaît plus difficile que dans le cas précédent. On peut toutefois distinguer la présence d’une aula. Bâtie en moellons de calcaire bien équarris avec des chaînages d’angle en blocs à bossage. À celle-ci semble associée la base d’une tour qui présente un appareil tout à fait identique à la tour précédente et dont la basse-fosse est voûtée en berceau. Toutes ces constructions paraissent datables des XIIe ou XIIIe siècles pour leur premier état et évoquent indéniablement, par leur morphologie, le palais épiscopal contemporain de Viviers. Ces ensembles sont à interpréter comme les résidences de certains des coseigneurs de Saint-Marcel, dont peut-être l’évêque de Viviers. (1)

château de Saint Marcel 07700 Saint-Marcel-d'Ardèche, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de l'Ardèche" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 


(1)
      Source : Atlas des châteaux du Vivarais (Xe-XIIIe siècles) Éditions Pierre-Yves Laffont, en vente sur ALPARA

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.