châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Gaudiès
 
 

           La terre de Gaudiès appartenait au début du premier millénaire à l'évêque de Toulouse qui accorda, en 1001, une charte aux habitants. Au Moyen Age, Gaudiès est l'une des 5 baronnies de l'évêché. Des éléments de fortification ont existé avant le XIIe siècle, mais c'est en 1280 que l'évêque Bertrand de l'Isle-Jourdain fait débuter la construction d'un édifice autour d'une église datant de la première moitié du XIIe siècle. La construction, achevée au début du XIVe siècle, est entourée de fossés et comporte quatre tours d'angle dont l'une est constituée de la "prison des prêtres". A la fin du XIVe siècle, des maisons sont construites dans la cour par la population. Les XVe et XVIe siècles sont marqués par les troubles des guerres de Religion au cours desquelles les tours et les murailles sont endommagées. En 1568, le cardinal d'Armagnac vend le château. En 1584, la famille de Lévis en devient propriétaire, et ce jusqu'en 1840, à l'exception de la période révolutionnaire. Au cours du 4e quart du XVIe siècle, Jean-Claude de Lévis fait détruire les maisons du 14e siècle dans la cour, réparer le logis et construire un pavillon à la française accolé à une tour carrée à l'ouest. Les travaux sont achevés par sa fille Elisabeth, une pierre de la muraille ouest porte la date du 17 avril 1599. En 1620, Henri de Lévis-Mirepoix devient seigneur du château, et pendant dix ans, le fait restaurer en conservant son système défensif. Il ouvre 40 fenêtres géminées au logis qu'il aménage, restaure le pont-levis, fait construire à l'emplacement des maisons du XIVe siècle un bâtiment destiné à la récolte du raisin, accolé à la grosse tour ronde, et pose de nouvelles toitures agrémentées de génoises multiples. De 1727 à 1740, Joseph-Christante de Lévis fait abattre la tour ronde ruinée, le tinal, le pavillon du XVIe siècle et une partie des ailes encadrant la cour. Il prolonge le corps de logis sur les fondations de la tour ronde orientale actuellement visibles dans la cave. Ces traces constituent, avec les bases des tours carrées et rondes de l'enceinte, les plus importants témoins de l'édifice médiéval. De la première moitié du XVIIe siècle subsistent la façade nord avec des fenêtres à meneaux, la prolongation orientale du logis et le pont-levis. De la fin du XVIIe siècle, l'édifice a conservé son aménagement intérieur et sa façade sud reconstruite en 1697 par Joseph Grégoire avec les pierres récupérées de la démolition des ailes latérales. Le château est restauré de 1967 à 1996, un cadran solaire et de nouveaux percements sont en particulier réalisés.
Le château se compose d'un logis allongé, d'une dépendance accolée au mur ouest et d'un parc ceinturé d'un mur d'enceinte et de douves au-devant desquelles il est positionné. La façade sud du logis est ordonnancée et comporte neuf travées de grandes baies aux encadrements arqués segmentaires avec une alternance de brique et pierre et de pierre chanfreinée seule pour les soupiraux. L'élévation sud présente quatre niveaux d'ouvertures, le troisième niveau est encadré par un cordon saillant en pierre de taille. Un bandeau de couleur blanche déborde de la génoise à cinq rangs de tuiles. Un cadran solaire est peint sur la façade. Une terrasse comporte des balustres en terre cuite. La façade nord, plus austère, comporte d'est en ouest les restes du blocage de la tour ronde avec quelques ouvertures, les traces du tinal, puis trois travées de fenêtres à meneaux sur deux niveaux dont le dernier alterne avec une série de quatre bouches à feu et une travée de fenêtres du XXe siècle. Une génoise peinte de couleur blanche comporte ici quatre rangs de tuiles. Les murs sont constitués de moellons et pierres de taille de grès avec des assises en brique. Le toit à longs pans est recouvert de tuiles creuses. La dépendance située à l'ouest, maison de gardien, comporte le même type de mur ; en façade sud, un crépi épais a été appliqué. L'enceinte se compose de la base des murs de fortification qui englobent à l'est, les soubassements d'une tour ronde puis vers l'ouest, deux meurtrières, la porte d'accès située au-devant du pont et les bases d'une tour carrée. Les murs sont en grand appareil de pierre de taille avec différentes assises.

Éléments protégés MH : les façades et les toitures, les vestiges de l'ancien château : inscription par arrêté du 16 mars 1977.

château de Gaudiès 09700 Gaudiès, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de l'Ariège" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.