châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Sibra
 
 

          Après avoir appartenu à l'abbaye de Camon, la seigneurie de Sibra est acquise en 1597 par Louis de George, annobli en Saint George. En 1706, grâce aux mesures prises par Louis XIV, les religieux de Camon récupèrent la seigneurie de Sibra avec ses anciennes redevances. Le moulin demeure banal. A cette date, le château est dit "à quatre tours avec toutes marques seigneuriales", la chapelle et les communs sont bâtis dans une cour carrée entourée de murailles à "pierre chaux et sable". En 1712, la seigneurie est à nouveau rachetée par la famille de Saint-George qui exerce toujours en 1761 "toute justice et directe" sur les hameaux de Sibra, Pastouret et Sermet. Au 18e siècle, les terres sont consacrées à 15% à la vigne, le reste est en blé, orge et avoine. Vers 1811, le domaine est racheté par Pierre Espert, issu d'une famille d'édiles locaux. Avec ses frères, il s'est brillamment illustré dans les campagnes napoléonniennes er reçoit le titre de vicomte. En janvier 1878, le domaine est vendu aux enchères au profit de Joseph Paul François Villary dit Alcide Villary de Fajac. L'ensemble est ainsi décrit "de vastes bâtiments servant au logement des maîtres et des colons avec écuries, étables, remises et hangars, jardins potagers et d'agrément", le tout accompagné de fermes et de près de 150 ha. De l'ancienne courtine subsiste deux anciennes tours rabaissées, visibles aujourd'hui dans la "Maison du Boulanger" et dans la tour-réservoir, toutes deux proches de la façade occidentale du château. A partir de 1878, l'ancienne maison forte est réaménagée et partiellement reconstruite. Les travaux de rénovation sont réalisés par Delpoux, entrepreneur à Lagarde, sous la direction de Louis Mortreuil, architecte à Toulouse. Celui-ci, alors âgé de 68 ans, a appartenu au courant néo-médiéval rationaliste de l'architecture méridionale. La reprise du château avec rehaussement en pierre de taille et béton de la grande tour carrée, est chiffrée à 45.627 francs, celle des dépendances et communs à 20.464 francs. L'extérieur se caractérise par un décor de style éclectique. La décoration intérieure fait appel au vocabulaire ornemental néo-médiéval et néo-renaissance.
Le château de Sibra, avec son hameau, est implanté en contrebas du village de Lagarde sur un terrassement naturel, au-dessus de la vallée de La Touyre. De plan rectangulaire, le château est bordé par une terrasse, sur son long côté, et orienté au sud vers un paysage de collines et de montagnes. L'édifice est construit en moellons calcaires recouvert d'un enduit. D'allure féodale, le château est cantonné par des tours d'angle, à l'exception de l'angle sud-ouest, souligné seulement d'une tourelle en poivrière. Les trois autres tours, de hauteur et de forme différentes, possèdent un couronnement à créneaux et mâchicoulis dans le style défensif médiéval, et des flèches à couverture d'ardoises. L'accès au château se fait depuis l'est, par un portail monumental ouvrant sur une cour d'honneur bordée par deux ailes de dépendances. Élevée dans cette perspective, la façade latérale Est du château est la plus marquée, entre ses deux tours d'angle carrées, en particulier la tour nord-est, monumentale, qui abrite l'escalier et rappelle un beffroi urbain. Au rez-de-chaussée, une verrière ornée de vitraux peints (plantes et oiseaux) précède le vestibule d'entrée. Au-dessus, une terrasse et une série de baies au décor sculpté abondant empruntent leurs motifs décoratifs au style éclectique. Une annexe est venue se greffer contre la façade nord. La tour nord-ouest, de plan circulaire, est coiffée d'une flèche conique en ardoises. Elle contenait un réservoir en béton pour l'alimentation en eau du château La façade sud est percée de nombreuses fenêtres surmontées de linteaux à retombées latérales en cul-de-lampe. Un bas-relief représentant "Saint-Georges terrassant le dragon" est plaqué contre la façade. Le décor intérieur est fortement marqué par le style néo-renaissance. Il concerne : boiseries, fausses tapisseries, ferronnerie, une cheminée à décor de céramique dans la bibliothèque et des toiles peintes dans la salle à manger. Autour du château, côté ouest, on note la présence de deux anciennes tours d'enceinte reconverties : l'une en petit château d'eau pour l'arrosage du jardin, l'autre en "Maison du Boulanger", c'est-à-dire en fournil. Côté nord, se tient un autre groupe de dépendances associées à l'économie domestique du château (poulailler, colombier, porcherie), adossés à un mur-pignon d'une ancienne dépendance portant la date 1766. Enfin, sur deux rangées parallèles, de part et d'autre de la cour d'arrivée à l'est, s'alignent plusieurs écuries, des remises à voiture et un chenil destiné aux chiens de chasse, ainsi qu'un chai et un bâtiment comportant une habitation double, intitulé Maison du Garde et du Jardinier. Les anciennes étables et bergeries, situées dans le hameau lui-même, au sud-est de l'enceinte du château, ont été restaurées en appartements dans un récent programme immobilier. En soubassement de ce hameau, ouvrant au sud, se trouvent les anciennes serres et orangerie du château.
teau
Réalisée à l'extrême fin du XIXe siècle, la série des fabriques de Sibra illustre parfaitement le style pittoresque en vogue dans les jardins publics de la deuxième moitié du XIXe siècle en France. Sur les tapisseries de la salle à manger peintes en 1881, ne figurent ni le lac ni les fabriques du parc. La première fabrique construite est probablement le relai de chasse, vers 1883, date d'achèvement des communs du château dont il reprend les matériaux et la mise en oeuvre : dans une correspondance, il est en effet question de la chute de la cheminée de la nouvelle construction, dans le parc. Les archives familiales ne donnent aucune mention de dates ni de commandes pour les autres fabriques. On peut supposer qu'elles ont été programmées autour de 1890, cette date étant portée sur une plaque de consécration de la grotte dite de Lourdes. La seule indication est donnée par un projet aquarellé, datable des années 1900, intitulé : "Propriété de Monsieur Villary de Frayac, projet de grottes et de rochers". L'illustration ne concerne cependant que la grotte du lac et les enrochements autour du lac. Ce projet est signé "Robino Aîné, 147 Bd de Talence, Bordeaux". Or, cette entreprise, connue depuis 1880 pour ses travaux en ciment, figure bien à cette adresse à partir de 1896 comme succursale puis comme successeur de la Maison H. Chassin de Paris. Une aquarelle datée de 1906, représente le lac avec ses enrochements, attestant que ce travail a bien été réalisé à cette date. Il est est de même d'une série de cartes postales éditées par les Frères Labouche et datables des années 1905.
Le parcours des fabriques du parc de Sibra n'est pas balisé mais l'itinéraire le plus logique demande d'emprunter l'allée des marronniers et de faire un circuit en boucle (dans le sens inverse des aiguilles d'une montre) qui permet d'aboutir à la grotte du lac. Le reflet parfait du château dans les eaux du lac semble en effet être le point focal de cet itinéraire. Les fabriques se laissent découvrir au hasard de la déambulation, et sont actuellement masquées par la végétation non contrôlée du parc. L'ensemble des fabriques comporte : un édicule intitulé le "relais de chasse", petite construction rectangulaire d'une pièce dont la cheminée a disparu, flanquée d'une tourelle à étage ; une rotonde végétale en ifs, agrémentée de bancs pour la méditation, entourant un piédestal circulaire orné d'un obélisque ; une colonnade en ruine se reflétant dans une pièce d'eau ; une série de quatre grottes ayant chacune des fonctions spécifiques : la grotte de Lourdes ou chapelle à l'air libre précédée d'une tonnelle-roseraie, la grotte Pastouret ou belvédère panoramique, la grotte mégalithique ou abri de la source du parc, et la grotte du lac, lieu de fraîcheur, embarcadère pour les promenades en barque sur le lac ; un ensemble de mobilier en faux bois de style rustique (ponceau, salon de jardin). La mise en oeuvre du relai de chasse demeure traditionnelle, en pierre de taille et moellons calcaire identiques à ceux des dépendances du château. En revanche, la maçonnerie de l'obélisque et de la colonnade est en ciment, comme la balustrade de la terrasse du château. La série des grottes est réalisée en pierre artificielle, soutenue par des poutres en béton armé. Le mobilier de jardin est réalisé en ciment imitant le bois.

Éléments protégés MH : le château avec son parc et toutes ses fabriques et annexes : inscription par arrêté du 7 juillet 2004.

château de Sibra 09500 Lagarde, propriété d'une société. SCI Château de Saint-Georges.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de l'Ariège" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.