châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Terride
 
 

     La ville conquise par les Croisés devint la propriété de Guy de Lévis Ier (1180-1233), lieutenant de Simon de Montfort, qui se vit décerner par le Traité de Paris en 1229 le titre de maréchal de Mirepoix en récompense de ses loyaux services. Les Lévis de Mirepoix sont demeurés maîtres des lieux jusqu'à la Révolution. Mirepoix était initialement située sur la rive droite de l'Hers, au pied du château féodal de Terride, ancienne possession de Simon de Montfort, mais l'agglomération primitive fut entièrement détruite par une crue extraordinaire et la rupture du barrage naturel de Puivert, le 16 juin 1279. Un accord passé le 27 juin 1289 entre Guy de Lévis III et les habitants décide de la reconstruction d'une ville "a novo" sur un emplacement différent, à l'abri des crues de l'Hers, entre le cimetière et le bois de Plénefage. L'accord, qui est une véritable charte de fondation, attribue à chacun un lot de six brasses de large sur douze de profondeur auquel s'ajoute un jardin de six brasses de large sur dix-huit de long à prendre sur la forêt de Plénefage. Le plan régulier est celui que Guy de Lévis III avait préalablement employé pour les constructions des villes de Lignairolles et de Ribouisse. L'absence de paréage distingue Mirepoix des autres villes neuves qualifiées de "bastide" : ce n'est qu'en 1390, en pleine guerre de Cent ans, que Roger Bernard Ier de Lévis conclut un paréage avec le roi de France dont il s'assure ainsi la protection. Un accord réglant un différend au sujet de la largeur des rues nous apprend que la ville est entourée de fossés larges de six brasses en 1304. En 1317, Mirepoix devient le siège d'un nouvel évêché créé par le pape Jean XXII et l'église paroissiale est érigée en cathédrale. La chevauchée du Prince Noir en 1355, les ravages des grandes compagnies et la peste provoquent l'émigration d'une partie des Mirapiciens en Catalogne. La ville se replie autour de la place du marché désormais réduite à neuf moulons que l'on décide de protéger par un rempart. Dès 1364, on commença à creuser les fossés de cette nouvelle enceinte délimitant un rectangle ; dix ans plus tard les murailles sont achevées. Ce sont ces fossés qui sont comblés en 1680, et aménagés en promenades que l'on connaît aujourd'hui sous le nom de "cours". Après la guerre de Cent ans, des faubourgs se développent à nouveau hors de l'enceinte, sur le tracé des moulons de 1289.
La première mention de ce château remonte à 960. Le château primitif était constitué d'une tour de défense qui a été restauré longtemps plus tard en lieu d'habitation. Ce château fut assiégé quatre fois par les croisés. Il devint propriété de Simon de Montfort, le château fut pris en même temps que la cité, le 22 septembre 1209, jour de la Saint-Maurice. Guy de Lévis en prit possession le 1er décembre 1212. Le château de Mirepoix reviendra enfin en 1218 à Raymond Roger comte de Foix. Le nom de Terride a commencé à être connu dans la première moitié du XVIe siècle. Jean de Lévis de Lomagne seigneur de Roquefort appelé aussi Jean de Terride, XIIIe seigneur de Mirepoix, épousa le 8 février 1503, Catherine Ursule de Lomagne, fille d'Antoine de Lomagne, baron de Terride en Gimois ; elle porta en dot à son époux cette baronnie, à condition que leur postérité associe ce nom et celui de Lomagne au nom de Lévis. A cette époque, Jean de Lévis de Lomagne fit construire une chapelle, qui aujourd'hui se trouve en mauvais état.  L'un d'eux, le Comte de Terride, se rendit célèbre dans la contrée par sa valeur et son esprit railleur. Jean de Lévis Lomagne léguera par testament le château à son neveu, Gaston Pierre Charles de Lévis Lomagne. Celui-ci ruiné, submergé par les dettes, doit céder le château de Terride à la famille Bernard de Rieux afin de rembourser la dot de sa première épouse, Anne-Gabrielle Antoinette de Bernard de Rieux, décédée en 1736. Le château cesse d'appartenir à la maison de Lévis de Mirepoix le 29 avril 1740 date de l'acte de vente. Gabriel Henri Bernard de Rieux, marquis de Boulainvilliers en devient le nouveau propriétaire. Celui-ci résidant à Paris se désintéresse du château qui se délabre peu à peu. Après la Révolution, le maréchal Clauzel fera l'acquisition de ce château et commencera des travaux. Mais lui aussi, connaîtra des problèmes financiers et laissera à sa mort des dettes importantes pour ses héritiers et vendront le château. C'est le procureur Moras, qui faisait parti du tribunal ayant prononcé en 1905 l'acquittement du capitaine Dreyfus, qui en deviendra propriétaire.

Éléments protégés MH : le château dit de Terride (ruines) : classement par liste de 1875.

château de Terride 09500 Mirepoix, propriété privée, ruines situées à peu de distance du pont de Mirepoix, sur le sommet d'une colline.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de l'Ariège" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.