châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
Château de Béneauville
 
 
 
 
 
 

     La construction du château de Béneauville commence le mercredi 17 avril 1589 et elle s’achève le 29 janvier 1592 C’est Louis de Touchet, sieur de Béneauville, gentilhomme converti au protestantisme qui fait construire la demeure « ...en fortification et assurance de lui et de sa famille, à raison des guerres civiles qu’y sont partout la France avec d’autres afflictions, tourments à lui advenus...». En cette période troublée de la fin des guerres de religion, Béneauville est un logis fortifié entouré de douves, gros donjon carré flanqué à l’arrière de deux tourelles. Louis de Touchet est un esprit curieux et original, féru d’économie domestique. Ayant remarqué la qualité exceptionnelle de l’argile de Bavent, il a "inventé en ces environs, à faire la chaux, briques, tuiles sur le lieu pour la perfection du bâtiment...". C’est avec une rigueur toute protestante, mais empreinte de l’esprit Renaissance, que le château est construit en assises alternées de briques et de pierres calcaires et couronné d’une haute toiture. C’est son fils, Adrien, qui parachève l’œuvre paternelle avec les aménagements intérieurs. Béneauville reste dans la famille de Touchet pendant près de deux siècles. Durant cette période, le château se transforme peu. La toiture trop haute est un peu abaissée, la lucarne centrale et les meneaux des fenêtres disparaissent, deux pavillons sont édifiés aux extrémités (XVIIe et XVIIIe siècles), ainsi qu’un perron sur la façade. De part et d’autre de l’axe du château, des écuries formant ailes sont construites à l’entrée du jardin. Divers bâtiments de communs sont édifiés à l’ouest du logis dont une curieuse laiterie traitée comme une fabrique. En 1782, Jean-Louis de Touchet cède le château à M. Housset de Catteville. Il est ensuite revendu plusieurs fois jusqu’à son huitième et actuel propriétaire. Peu de renseignements nous sont parvenus sur le parc. En 1982, Mme de Hauteville déclarait "le jardin, au début du siècle était à l’anglaise. Les Hautteville l’ont francisé, ont tracé l’allée centrale et planté les buis. Ils ont aussi fait dévier la route d’Amfreville qui passait par l’avenue actuelle et tournait à hauteur des écuries pour la remplacer par la route qui longe le verger. A la suite de cela, ils ont abattus le mur qui séparait le château de l’ancienne route d’Amfreville. Ils auraient aussi nivelé le sol entre le château et les écuries pour éviter qu’il ne soit en creux. Il y avait une serre et une orangerie le long du mur qui borde la route d’Amfreville". Occupée par les troupes allemandes, la propriété est ainsi épargnée et évite, en cette période de pénurie, que les arbres du domaine ne soient exploités en bois de chauffage ou en bois d’œuvre pour les défenses côtières.
Le château se dresse en point de fuite d’une longue perspective bordée de talus plantés de platanes et d’érables sycomore. Tout au fond, la vieille demeure apparaît avec sa haute toiture et sa belle façade rose, aux bandes horizontales de briques et de pierres. Deux magnifiques hêtres et quatre topiaires d’ifs, taillés en pyramide, marquent la fin de l’allée près des écuries. Celles-ci sont entourées de mails de tilleuls taillés qui les enveloppent de verdure. L’ancienne allée centrale n’existe plus, une pelouse occupe désormais les anciens jardins devant le château. Elle est bordée, à droite, par une haie en topiaire d’ifs qui s’interrompt près d’un vieil hêtre et à gauche d’une haie de buis et de lauriers. Les communs se situent à l’ouest du château, en bordure d’un chemin menant à la ferme. Vers l’Est, des pelouses ponctuées d’arbres et de massifs ornementaux s’étendent jusqu’à la route d’Amfreville. Un beau plan d’eau subsiste des anciennes douves alimentées par le Douet du Moulin du Pré. Les abords, soignés et fleuris, forment un écrin à la vieille demeure qui se reflète sur le miroir d’eau avec de vieux arbres et un saule pleureur, dans un tableau des plus romantiques. Traversée par un ruisseau, une clairière en pelouse s’étend derrière le château. Aujourd’hui réduite, elle est entourée d’arbres qui couvrent tout le nord-ouest du site. Un petit pont franchit le ruisseau pour accéder au bois. Quelques vieux et beaux sujets (hêtres, chênes, tilleuls...) y demeurent, accompagnés de plantations plus récentes en alignement (chênes rouges et hêtraie) effectuées par le propriétaire actuel. Le long de la route d’Amfréville, un peuplement d’érables champêtres colonise peu à peu l’espace et déchausse le talus empierré (restauration et replantation de hêtres en projet). Dans l’axe du château, une allée s’enfonce, entre les chênes rouges, vers l’extrémité de la propriété. Les anciens alignements de hêtres qui encadraient une promenade périphérique ont aujourd’hui presque tous disparus et les anciennes allées sont envahies de végétation spontanée. Depuis la route de Cabourg, la départementale 236 vers Amfréville, traverse le site. Elle est longée d’une haie de noisetiers qui masque un pré (devant le château). Au-delà d’une entrée secondaire, de vieux murs longent la route bordant le verger et le plan d’eau. Une maigre haie d’aulnes sépare l’étang de la route et un muret bas, surmonté de grilles, subsiste de l’ancienne clôture (réfection en projet). De l’autre côté de la route, une ancienne parcelle, jadis en herbage, est aujourd’hui plantée de jeunes arbres (frênes, chênes, merisiers, érables...) qui forment un bois dense.

Éléments protégés MH : les façades et les toitures, les trois plafonds à poutres peintes dont deux sont au rez-de-chaussée, dans le salon et la salle à manger et le troisième au premier étage dans une chambre, les quatre cheminées en pierre sculptée (une au rez-de-chaussée dans la salle à manger, les trois autres au premier étage dans les chambres); la cheminée et les boiseries du petit salon Louis XV, la boiserie du manteau de cheminée marquée au chiffre de Béthune Sully : classement par arrêté du 6 octobre 1958.

château de Béneauville 14860 Bavent, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de ce monument, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant un historique détaillé et des photos pour illustrer cette page, merci.

 
 
 
 
   
 
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
 

 

Copyright ©webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu     Tous droits réservés.