châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Crèvecoeur
 
 
 
 
 
 

 C’est Robert de Wace, dans son Roman de Rou (1160-1170), qui évoque pour la première fois un sire de Crèvecœur, compagnon du duc Guillaume lors de la conquête de l’Angleterre en 1066. Jehan de Crèvecœur est le premier seigneur connu du lieu, en 1195. La forteresse primitive, établie sur la route « royale » entre la cité ducale de Caen et Paris, est un endroit stratégique important. Au XIIe siècle, elle se présente comme une place forte de l’époque avec ses deux enceintes entourées de fossés. La basse-cour, enclose d’une palissade de bois, est défendue par une poterne et un pont-levis. Elle abrite les communs du château (logis, granges, écuries...) et la chapelle seigneuriale. Au sud, près de la route, s’élève la motte féodale entourée de douves et couronnée de hauts murs protégeant le donjon. La place est prise pendant la guerre de cent ans (1417) par le Duc de Clarence qui démantèle le donjon. Crèvecœur passe alors sous domination anglaise et sir Kirkeley en devient le seigneur. En 1448, Dunois aidé des comtes de Clermont et de Nevers, reprend la forteresse aux anglais. Par le biais des alliances, le domaine échoit, en 1522, à la famille Montmorency qui le conservera jusqu’à la Révolution. Les seigneurs du lieu relèvent le donjon et, au XVe siècle, un nouveau logis remplace celui détruit par les anglais. Dans la basse-cour, la ferme et le colombier sont bâtis à la même époque. Au XVIe siècle, une grange est ajoutée à l’ouest près des fossés. A la Révolution, le donjon est à nouveau détruit et Crèvecœur est vendu comme bien national. Ses divers propriétaires laissent ensuite le domaine tomber en désuétude. Les terrains contenant la motte féodale et la chapelle sont classés parmi les sites en 1943. Le logis est occupé jusqu’en 1970 où le château est acheté par la fondation Schlumberger qui entreprend la restauration du domaine. Le logis seigneurial et ses dépendances restaurés abritent un espace muséographique dont une grande partie est consacrée à l’œuvre de Conrad et Marcel Schlumberger pionniers de nouvelles techniques de prospection pétrolière qu’ils expérimentèrent dans la propriété familiale du Val Richer, non loin de Crèvecœur.
Entourée de douves qui ont retrouvé leur aspect originel, la deuxième enceinte dessine un carré de 25 m de côté que dominent encore les vestiges des remparts. Les fossés se franchissent par un pont dormant, remplaçant le pont-levis d’autrefois flanqué de deux hauts murs parallèles. A l’intérieur, le logis seigneurial du XVe siècle est adossé au mur ouest. Portées par un premier niveau en maçonnerie, cinq travées à pans de bois s’élèvent sur deux étages, coiffées d’une haute toiture en tuiles plates. Le rez-de-chaussée accueille une exposition sur l’histoire du château tandis que le premier étage est consacré à la vie d’un seigneur au moyen-âge. Dans la cour, le vieux puits qui a perdu sa couverture trône toujours accompagné d’un vieil érable ceinturé d’une margelle en pierre. Sur les murs tout autour, se devinent les traces d’anciennes constructions : donjon au sud ou logements de part et d’autre de la porte d’entrée. A l’extérieur de l’enceinte, à l’est, la chapelle romane abrite aujourd’hui une exposition dédiée aux collaborateurs des frères Schlumberger. Un jardin des simples et de plantes officinales a été recréé le long de sa façade sud.
La fondation Schlumberger a magnifiquement sauvé le château. Les bâtiments sont un exemple de restauration, les douves ont été recreusées et renforcées de palplanches en bois et tout l’en-
semble est aménagé pour la visite. L’ensemble occupe une surface réduite mais le lieu est un témoin unique d’une seigneurie médiévale et sa visite transporte hors du temps. Le château a également retrouvé un usage : de nombreuses
expositions et animations sont organisées et les visiteurs y sont nombreux. Grâce aux fonds de la fondation, aux aides de nombreuses associations, au soutien de partenaires institutionnels et de droits d’entrée, le château bénéficie de tous les moyens pour lui permettre de subsister encore longtemps

Éléments protégés MH : les façades et les toitures : inscription par arrêté du 26 décembre 1928. La chapelle : inscription par arrêté du 23 avril 1954.

château de Crèvecoeur 14340 Crèvecoeur en Auge, tél. 02 31 63 02 45, ouvert en avril, mai, juin et septembre tous les jours de 11h à 18h, en juillet et août tous les jours de 11h à 19h, et en octobre les dimanches de 14h à 18h.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Licence photo©webmaster"B-E", photos interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander (Contact)

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
 

 

Copyright ©webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu     Tous droits réservés.