châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
Château de Madic
 
 
 
 
 
 

             Au XIVe siècle, le fief appartient à la famille de Madic. Au XVe siècle, il passe par mariage à Hugues de Chabannes dont un descendant très fortuné fait reconstruire le château, créant ainsi dans le dernier tiers du XVe siècle une très vaste forteresse. Au XVIIe siècle le fort est déjà en mauvais état à cause d'un manque d'entretien. À la Révolution le domaine est démembré. Les écuries, un peu en contrebas de l'éperon rocheux qui accueille le château, sont achetées par Gilbert Fontailles. La veuve de ce dernier épouse en 1830 le docteur Espinasse. C'est lui qui transforme les écuries du château en petit château.
Les archives relatives au château étant perdues, on ne connaît pas le nom de l'architecte s'il y en a eu un. Les écuries sont agrandies par l'ajout d'un pavillon à chaque extrémité. On construit deux étages. Une élégante façade placée en avant des écuries confère au bâtiment unité et élégance. On choisit des pierres claires pour la maçonnerie, ce qui contraste fortement avec les constructions des environs, bâties à partir des blocs sombres issus des orgues basaltiques voisins.
Le château est rectangulaire, seules les toitures des pavillons les distinguent du logis central. La façade d'honneur, visible depuis la
route à travers le portail en fer forgé, est parfaitement symétrique. Le château est composé de trois niveaux plus les combles perdus. Chaque pavillon est ouvert de deux fenêtres par niveau. Le corps central est celui qui attire le regard. Il faut une façade écran pour dissimuler les écuries dont les murs épais soutenant une voûte en berceau ne peuvent pas être largement ouverts. La façade est donc placée en avancée, le rez-de-chaussée est ouvert par trois arcs surbaissés qui créent une galerie desservant les deux entrées du château. Les entrées ne sont pas hiérarchisées afin sans doute de ne pas compromettre la symétrie générale. Les niveaux supérieurs sont percés de trois baies, celle du centre est une porte-fenêtre qui donne sur un balcon. Le garde-corps du premier étage est plus complexe que celui au-dessus, il semble être en métal moulé. Les portes-fenêtres sont encadrées par deux colonnes à chapiteau portant un entablement qui semble soutenir les modillons du balcon supérieur. Les colonnes du deuxième étage n'ayant pas de niveau supérieur à porter, on décore leur sommet d'une vasque à pied (lisse et vide). Cette travée est encore mise en valeur par l'ajout de colonnes engagées (une de chaque côté) dans l'axe des piles de la galerie. Ces colonnes sont réalisées en même temps que la façade. Leurs tambours font la hauteur de deux assises et un bloc sur deux est plus large que la colonne afin d'assurer la solidité du parement. À l'aplomb de cette travée centrale, on élève un fronton triangulaire percé d'un faux oculus qui accueille une sculpture. La façade arrière est plus sobre et n'a qu'un étage carré, à cause d'une toiture basse qui englobe ce qui correspond au deuxième étage. Le premier niveau est marqué par une loggia qui règne sur tout l'étage
Il y a deux entrées, correspondant au premier et au troisième arcs de la galerie. La première ouvre sur le vestibule qui dessert la cuisine (à gauche), la salle à manger (à droite) et l'escalier d'honneur (en face). La cuisine comprend un remploi de taille: une cheminée qui proviendrait du château ancien. Le vestibule est éclairé par un vitrail armorié placé sur la façade postérieure. La salle à manger voûtée en berceau est l'écurie d'origine qui n'est ouverte que sur la façade d'honneur. Le bas des murs reçoit des lambris d'appui ainsi qu'une modeste cheminée en marbre rouge, du type de celles produites en série que, dans les châteaux auvergnats, on retrouve dans les chambres habituellement. Au-dessus du lambris court une large frise peinte d'un rinceau de feuilles et de fleurs roses et bleues. La voûte est ornée en son centre d'un ovale de ciel feint depuis lequel des angelots font tomber des fleurs sur les convives attablés. Le médaillon est entouré de fleurs reliées par des feuilles d’acanthe et par des guirlandes de pâquerettes. Sur les retombées de la voûte, on représente des fleurs en train de tomber. Dans les parties basses, des bouquets de fleurs donnent le rythme des guirlandes de fleurs qui sont elles-mêmes le prétexte pour peindre des effets de draperie en trompe-l’œil. Au-dessus de la cheminée, deux lions tiennent un blason couronné, celui de la famille de Chabannes, sans doute en hommage au constructeurs de la forteresse qui domine le château neuf. L'ébrasement des baies reçoit des bouquets sur les faces latérales et une rose des vents entourée de fleurs en haut. Le propriétaire aurait beaucoup voyagé avant de s'installer à Madic, c'est peut-être pour cela qu'il a choisi de faire peindre ce motif de rose des vents. Ces décors peints sont d'une grande qualité, aucune fleur, aucun bouquet ne ressemble tout à fait à son voisin. Le modelé de certaines fleurs est saisissant et les ombres semblent jouer avec la lumière réelle provenant des fenêtres. Ces décors pourraient avoir été réalisés plus tard, après la mort du docteur Espinasse, vers 1880. La seconde entrée permet d'accéder directement au salon qui est ouvert sur la salle à manger. Le salon du rez-de-chaussée est davantage marqué par la Renaissance. Cette pièce est reliée à l'étage par un tout petit escalier en vis qui aurait été réalisé par un charpentier de marine de Rochefort, pour, selon la tradition familiale, rappeler au maître des lieux les voyages effectués dans sa jeunesse.
Au premier étage, un palier très vaste est peut-être aménagé en hall à vivre pour les réceptions informelles. Il ouvre sur le grand salon qui occupe quasiment tout le pavillon gauche. Ce salon est le plus richement orné avec sa grande cheminée de marbre gris surmontée d'un miroir encadré par des pilastres cannelés et rudentés d'or au tiers, avec un chapiteau aux feuillages dorés. La pièce est très lumineuse. Sur la face arrière, quatre portes-fenêtres ouvrent sur la loggia qui prolonge l'espace de réception. Les baies sont encadrées par des colonnes blanches rehaussées de bandes dorées. La présence du salon d'honneur à l'étage est assez rare dans le Cantal et ne peut être comparée qu'à Lamartinie (où c'est vraisemblablement l'absence d'un très grand espace au rez-de-chaussée qui conduit à l'adoption de cette organisation). De l'autre côté du palier, un grand couloir dessert les cinq chambres. Les chambres ont des couleurs ou des styles différents, ainsi l’une est décorée dans un néo-gothique anglais très soigné. La
pièce est divisée par des cloisons qui définissent les placards et le cabinet de toilette. Ces cloisons, pleines ou vitrées,sont autant de supports pour la création de jeux d'arcs. Au deuxième étage, il y a une salle de billard, cinq chambres et un grenier.

château-fort de Madic 15210 Madic, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de ce monument, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

 
 
 
 
   
 
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
 

 

Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.