châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
Château d'Anteroches
 
 
 
Château d'AnterochesMurat Château d'AnterochesMurat Château d'AnterochesMurat
 
 
 

      Au Moyen-Âge, la demeure fortifiée appartient à la famille du Chambon. Au XVe siècle, on élève un donjon rectangulaire puis un corps de logis à l'est. Ce dernier est flanqué au sud d'une tour d'escalier et reçoit une tour d'angle. L'habitation est reliée à une chapelle par un passage supporté par une arche. En 1478, Juliane du Chambon épouse Jean de Laire qui vend le château à Jean de Traverse. Ce dernier prend le nom du domaine qu'il vient d'acheter. La famille d'Anterroche est une puissante lignée de Haute-Auvergne dont plusieurs membres se sont illustrés sur les champs de bataille. Au XVIIIe siècle, on ajoute un corps de logis à l'ouest du donjon La branche aînée de la famille d'Anterroche s'éteint au début du XIXe siècle. Le château est vendu à Jacques de Brives de Peyrusse dont le fils revend le domaine à Louis-François d'Anterroche, issu d'une branche cadette. C'est son fils qui fait remanier le château qui est la résidence d'été (il séjourne l'hiver à Paris).
Les archives concernant les travaux ont disparu, si bien qu'on ne connaît pas avec certitude le nom de l'architecte. Selon la tradition, il pourrait s'agir du propriétaire lui-même, de l'architecte Jean Delpirou ou même d’Émile Lemaigre. Ce dernier est à exclure car les parties nouvelles ne portent en rien sa marque. Les modifications touchent essentiellement la façade sud, visible depuis la route impériale devenue route nationale. L'aile du XVIIIe siècle est habillée dans le style néo-gothique. On l'agrandit par l'ajout d'un pavillon. Cette partie auparavant très lisse est animée de nombreux ressauts : une travée en légère saillie avec un mur-pignon, une pseudo-tourelle carrée engagée et deux balcons. Les baies sont agrandies et régularisées. Sur le logis ancien, on crée trois niveaux de loggias à la place du balcon situé entre le donjon et la tour d'escalier. La loggia supérieure est pourvue de créneaux à archères cruciformes. Les façades sont refaites et les moellons sont entourés de joints gras blancs (comme le fera Lemaigre à Pesteils d'où peut-être le rapprochement). La face latérale ouest, bien que peu visible, reçoit un bow-window à deux niveaux. La façade nord de l'aile ouest est garnie d'une tour d'angle et d'un petit avant-corps qui offre une terrasse à la chambre du premier étage.
L'entrée d'honneur est reprise pour être encadrée de blocs d'andésite finement sculptés de motifs néo-gothiques de la fin du XVe siècle. La porte est placée sous un arc brisé à trois colonnettes, encadrées par des colonnes grêles supportant de forts pinacles. Les écoinçons ont des motifs végétaux. Le registre supérieur accueille deux lions tenant le blason couronné de la famille d'Anterroche au-dessus d'un phylactère portant la devise «Semper fidelis Deus providebit». L'ensemble est coiffé par un fleuron feuillagé. La porte elle-même paraît assez massive à cause des deux renforts et des pentures ouvragées. Le tympan vitré est garni de volutes en fer forgé. On élève un grand escalier tournant en bois au centre de la demeure, sous un très beau plafond à solives du XVe siècle qui conditionne les dimensions de la cage d'escalier. La chapelle est déplacée au troisième étage du donjon. L'autel d'inspiration néo-gothique reçoit des décors polychromes avec rehauts d'or.
Le château étant construit à flanc de montagne, l'étage qui accueille les services n'est pas visible depuis l'entrée car il est enterré. Ainsi la cuisine peut être largement ouverte sur l'extérieur, recevant de ce fait une lumière abondante. La distribution correspond aux habitudes locales. Au rez-de-jardin, il y a la cuisine, la souillarde, le bûcher et des caves. Au rez-de-chaussée, il y a deux salons et une salle manger. Le salon blanc a des lambris bas et une imposante cheminée en marbre rouge sculpté de colonnes et de triglyphes. Le salon bleu reçoit une cheminée néo-Renaissance en bois très ouvragée. Sa hotte est ornée d'une peinture représentant la bataille de Fontenoy (1745), lors de laquelle le comte d'Anterroche s'est illustré et aurait laissé à la postérité «Messieurs les Anglais, tirez les premiers!». Le sol est en marqueterie de trois essences de bois. Les murs portent des lambris d'appui assez sobres et un tissu tendu bleu à hermines jaunes. Le plafond à poutres et solives apparente est supporté par des modillons en bois, sculptés aux armes des propriétaires. La salle à manger a des lambris d'appui et un tissu tendu à motifs fleurs de lys. La cheminée est en marbre rouge, elle est plus sobre que celle du salon, mais elle reçoit en partie haute des incrustations de marbre noir. Au premier et au deuxième étages il y a huit chambres, le propriétaire d'alors avait six enfants. Au troisième étage, il y a la chapelle et les chambres des domestiques. Le quatrième étage est un grenier. Seul le donjon dispose d'un cinquième étage qui correspond au chemin de ronde. (1)

Éléments protégés MH : le château en totalité, y compris ses intérieurs avec leurs décors (la cuisine, les salles basses, la salle à manger, le salon, le billard, l'escalier d'honneur et les chambres) : inscripption par arrêté du 7 avril 2008.

château d'Anteroches 15300 Murat, propriété privée, ne se visite pas, visible de l'extérieur.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Licence photo©webmaster"B-E", photos interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander (Contact)

 
 
 
 
Château d'AnterochesMurat Château d'AnterochesMurat Château d'AnterochesMurat
 
 
 
   
 
 
 


(1)   source : Deribier du Châtelet : dictionnaire statistique du département du Cantal.


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement

 

Copyright ©webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu     Tous droits réservés.