châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Brunehaut
 
 

       La Tour de Brunehaut n'a senble-t-il laissé aucun vestige identifiable aujourd'hui. Alors que le "vetus aedificium Brunichildis" est mentionné dans une charte d'Henri 1er en 1046, on sait que Girard Dufour "marchand et bourgeois d'Etampes" possède Brunehaut dès 1511. Dans le terrier du duché d'Etampes pour 1511-1512, sont citées la "maison, terres et appartenances de la Tour de Brunehaut". Versn 1527, la veuve de Girard Dufour détient un "manoir manable auquel à maison couverte de chaulme, court fontaine, jardin, prez... avecques ung autre héritage qui est de présent en masure, court jardin et appartenances... le tout assis près Sainct-Phallier au lieu dict Srunehault". Enfin, dans une récapitulation de 1527-1578, on apprend qu'à la "maison appelée la Tour de Brunehault" s'ajoutent des "granges, étables, vollière... le tout en un enclos..." Elle appartient alors à Anthoinette Thibaut. Un aveu du 18 mai 1666 fournit quelques indications supplémentaires : "le Grand Brunehault scis en la paroisse de St Germain d'Estanpes concistant en une grande porte charretière et vantil ouvrant du côté du Grand Chemin de Paris, allée servant de charrière et entrée par laquelle on entre dans la cour dudit lieu, autre porte charetière. Toutte la cour close de murs ou il est un corps de logis ou il y à une allée allant à une petite cour close de murs ou sont une fontaine et lavoir, chambre basse, chambre haute, une grande estable joignant ladite allée doublée, grenier au-dessus des chambres et du mesme costé une grande bergerie le tout couvert de thuille servant de batterie, ouvrant par ladite chambre basse et un grenier au-dessus ouvrant sur le petit clos. Porte sommière pour aller au jardinprez aulnaies qui sont derrigre ledit corps de logis du costé de Malassis jusques à la rivière et cour qui sont derrière la porte et muraille qui closent lesdit corps de logis...".
Lorsque Marie Jacquet, veuve de Pierre Delambon, céde Brunehaut à ses fils cadets, le 18 mai 1688, la terre de Brunehaut consiste "en un enclos contenant vingt huit à trente arpens fermé de murs et de la rivière par bas, un pavillon neuf au milieu dudit enclos basty sur les vestiges de laTour dudict Brunehault, foullerie a costé, cave, volière a pigeons détachée dudit batiment, logement d'un vigneron auprés en apenty adossé contre le mur dudit enclos, attenant une porte d'icelluy...". Le même document évoque aussi a trois reprises le nouveau jardin. Le 16 mai 1742, Thomas Baudry, marchand a Etampes, achète le domaine a Philippes Françoise Billeheu, épouse de Nicolas Delanbon, conseiller du Roy notaire honoraire au Chatelet de Paris "le lieu, terres et maison de Brunehault scis en la paroisse de Saint Germain lez Etampes consistant en un pavillon isolé servant de logement pour le maistre, baty sur les vestiges de l'ancienne tour de Brunehault, autres bastiments pour le fermier et le jardinier, bassecourt, écuries, remises, cuisine, office, volière et autres bastimens étant dans laditte bassecourt, grand enclos fermé de murs d'un costé et de la rivière de l'autre, planté d'arbres, bois de haute futaye, aulnois, bois de décoration, charmilles, prez dans ledit enclos...". Par Marie-Madeleine Baudry, fille de Thomas Baudry, Brunehaut devient la possession de Charles-Nicolas de Viart le 22 décembre 1780. La propriété demeurera dans cette famille pendant prés d'un siècle. A la mort de Charles-Nicolas de Viart en 1786, le domaine passe à son fils aîné Charles.
Dans le partage et succession de M. et Mme de Viart du 25 décembre 1786, on apprend que le chateau de Brunehaut comportait alors deux étages. Une description sommaire, qui reproduit pour l'essentiel celle de la vente de 1742, mentionne également un colombier et "l'emplacement d'une grande allée qui conduisait du grand chemin au lieu de Brunehaut le long du bois, laquelle allée a été abbatie". Cette dernière information est confirmée par le cadastre ancien datant de 1814/1824. La description fournit enfin quelques indications complémentaires sur l'enclos, composé de terrasses, jardin, vivier, prés, etc". C'est a Charles de Viart, lieutenant au régiment de Conti sous l'Ancien Régime, maire de Morigny pendant la Révolution et l'Empire, que l'on doit le vaste embellissement du domaine : création d'un parc orné de fabriques, reconstruction des communs, de la ferme en partie, du moulin. Les travaux devaient sans doute être achevés en 1802-1803 (an XI), date a laquelle Pierre Villiers publia une description du parc de Brunehaut, très vraisemblablement rédigée par Charles de Viart lui-même, parue en 1827. On y apprend que le château se présente sous l'apparence d'un fort isolé et d'une forme pittoresque, placé sur une pelouse découverte. Aucune source ne laisse entendre que Charles de Viart aurait transformé ou rebâti le céteau proprement dit, alors que tous les documents mettent l'accent sur les transformations considérables qu'il fit subir au parc. Après le décès en 1868 du vicomte Amédée de Viart, fils de Charles, sa veuve vend le domaine le 23 avril 1873. L'inventaire fait état des constructions à Brunehaut depuis 1859. On en retiendra qu'en moins de dix ans ont été élevés : "la maison du garde se trouvant a l'entrée du parc de Brunehaut ; un lavoir couvert en tuiles ; le batiment du réservoir et un atelier contigu, un poulailler et un colombier faisant partie de la ferme de la basse-cour ; une maison servant d'habitation au jardinier ; une grande orangerie ; deux serres ; un jardin potager avec trois cents mètres de mur destiné à établir les espaliers".
Le 23 mai 1873, 1a veuve d'Amédée vicomte de Viart vend à Lady Tufton "la terre de Brunchaut comprenant un château et ses dépendances, un moulin, la ferme de Malassis et Saint-Phallier et diverses pièces de prés, bois et aunoies". L'acte de vente donne une description assez précise qu'il est aisé de mettre en parallèle avec le cadastre de 1814/1824 : "un château connu sous le nom de Brunehaut, bati sur les vestiges de I'ancienne tour de Brunehaut, et se présentant sous l'apparence d'un fort isolé. Il se compose d'un principal batiment carré sous forme de pavillon élevé d'un rez-de-chaussée divisé en : vestibule, grand et petit salon, salle de billard, salle à manger, office, chambre, cabinet de toilette, d'un premier étage divisé en vestibule, quatre chambres à coucher et quatre cabinets de toilette et d'un deuxième étage comprenant cinq chambres et deux cabinets de toilette. Grand grenier au-dessus. Et d'un batiment ayant I'aspect d'un fort communiquant avec le pavillon par un corridor. Il est élevé en partie sur cave et comprend au rez-de-chaussée cuisine, office, salle à manger des domestiques, remise et garde manger, deux laveries, salle de bains, deux cabinets d'aisances, cabinet aux lampes, cabinet aux chaussures, grande cour pavée, et au premier étage fruitier, neuf chambres à coucher, deux cabinets, lingerie, chambre a repasser, maison de concierge à l'entrée, communs, écurie pour dix chevaux, remises pour six voitures, sellerie, étable, chambres pour domestiques, buanderie, fruitier, laiterie, grange, hangar, poulailler et volières. Trois cours, atelier de peinture formant pavillon avec cave dessous. Autre atelier fermé a usage de forge et mécanique et atelier de menuiserie, grenier au-dessus. Hangar de trois travées, grenier au-dessus, réservoir d'eau pouvant contenir cinquante mille litres alimenté par un manége se trouvant sous le hangar. Orangerie avec calorifère, serres chaudes et tempérées. Un potager en plein rapport entouré de murs et contenant environ deux hectares cinquante ares avec canalisation souterraine en fonte pour l'arrosage communicant avec le réservoir. Un pare dessiné par Lendtre, contenant des arbres de toute beauté dont une partie remonte à Louis XIV. Pièce d'eau avec source jaillissante".
L'inventaire après décès de Mme veuve Tufton,dressé le 21 avril 1902 et jours suivants, apporte quelques informations complémentaires "le château qui existait au moment ou Mme Tufton a acheté la propriété de Mme la Vicomtesse de Viart a été démoli. Sur le même emplacement et sur une partie des vestiges de l'ancien château, Mme Tufton a fait élever un château de style moderne". A quelques détails prés, la description des lieux qui suit est la même que celle de la vente de 1873. Mais c'est uniquement grâce à l'analyse des papiers établie lors de l'inventaire que l'on connait le nom de l'architecte qui réalisa les travaux mémoire des honoraires dis par Mme Tufton a M. Le Coeur, architecte, pour la reconstruction du château de Brunehaut. Par la matrice cadastrale (augmentations-diminutions, 1877), on sait qu'une construction nouvelle fut achevée au château en 1874. Mais il s'agit vraisemblablement plutôt d'une adjonction et de transformations, importantes certes, mais non d'une reconstruction totale. Depuis le début du XXe siècle, le château qui appartient au département de l'Essonne, a changé de propriétaires six fois. Dans l'acte de vente du 21 septembre 1933, il est fait état d'une nouvelle partie construite en 1931 (transcription aux Hypotheques du 4 octobre 1933). Il stagit des deux tourelles entre lesquelles se situe dés lors l'entrée principale. Les sources iconographiques sont constituées par le plan de Trudaine, le cadastre napoléonien, trois gravures du début du XIXe siècle et des cartes postales des années 1900.

Éléments protégés MH : les façades et les toitures de la ferme de la basse-cour ; le pavillon du garde ; la colonne de la Concorde civile ; la fontaine ; l'autel antique ; le pont rouge ; le temple de l'Amitié : inscription par arrêté du 4 novembre 1991.

château de Brunehaut 91150 Morigny-Champigny, propropriété d'une société ; propriété du département, centre médico pédagogique.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de l'Essonne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   
 
   
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.