châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Maintenon
 
 
château de Maintenon aqueduc de Maintenon château de Maintenon
 
 

         En 1105 apparaît pour la première fois le nom d'un seigneur de Maintenon. La tour carrée qui est bâtie au XIIIe siècle, sert de donjon. Rassurant par sa présence, il protège par ses gros murs de grès les habitants de cette région rurale, à la frontière nord du grenier de la France. En 1200, Amaury, seigneur de Maintenon, fait donation aux moines du monastère de Saint Martin de Marmoutiers, de l'église située dans l'enceinte de la demeure avec les terres qui en dépendent. De 1200 à 1509, les seigneurs se succèdent, assurent la vie privée du domaine et la vie publique de leur fief, l'un et l'autre étant confondus. De 1509 à 1530 la société évolue, la féodalité décline. En qualité de créancier des anciens seigneurs, Jean Cottereau qui servit quatre rois Louis XI, Charles VIII, Louis XII et François 1er, devenu propriétaire de la terre et des murs du château de Maintenon, s'occupe de l'agrandissement du château. Il conserve les murs d'enceinte du sud et de l'ouest et construit les ailes est et nord, délimitées aux angles par trois grosses tours rondes. L'entrée du château se fait au nord par un pont-levis. Le château est entouré de toutes parts par les eaux de l'Eure. Le château, comme madame Raindre aimera le dire, entre de plain pied dans l'histoire, grâce à la marquise de Maintenon et à son Royal époux personnages indissociables de la vie de Maintenon. Mme de Maintenon le décrit en ces termes à son frère Charles d'Aubigné, c'est un gros château au bout du bout d'un gros bourg, une situation selon mon goût, des prairies tout autour et la rivière qui passe dans les fossés. Le contrat d'acquisition de la terre et de la seigneurie de Maintenon, avec celle du Parc, consistait en : château, manoir principal, fossés à fond de cave, cours, jardins, enclos, basse-cour avec plusieurs bâtiments, le tout clos de murs et par la rivière  d'Eure et d'une contenance de 25 arpents environ, puis y ajouter les seigneuries de Pierres, Théneuse et Boisricheux acquises par acte du 25 janvier 1679 et celle de Grogneul, dont le contrat fut ratifié par Louvois au nom du roi le 31 juillet 1687. Avant l'époque de Louis XIV, le château était de forme carrée avec quatre tours aux angles et entouré de fossés où coulait l'Eure, la tour carrée, isolée était reliée à l'un des pignons du château côté ouest par un mur que Mme de Maintenon fit démolir pour édifier l'aile de ses appartements. Elle était reliée, côté est, par un mur crénelé fermant la cour qui fut aussi détruit. L'aile côté est, édifiée par Cottereau, Ministre des finances de François 1er abritait les écuries et les remises. Mme de Maintenon les fit transporter sous la galerie, construite au premier étage pour relier le château à l'église, où une tribune avait été aménagée pour permettre au Roi d'assister aux offices.
Au moment de la construction de l'aqueduc, la demeure devint résidence passagère de la cour. Louis XIV fit dessiner par Le Nôtre le parc et le parterre, creuser le canal qui passe sous l'aqueduc et planter deux allées sur ses rives. En 1683, à la demande de Louis XIV, Vauban et la Hire commencèrent la construction de l'aqueduc qui devait alimenter les jeux d'eau à Versailles. Au tiers de sa réalisation, on abandonna la construction, et l'ouvrage fut donné à Mme de Maintenon pour dédommagement de tous les tracas qu'il avait pu lui occasionner. Louis XIV et les princes de la famille royale y firent de fréquentes visites et y résidèrent souvent. Madame de Montespan y mis au monde Mlle de Blois. Racine y écrivit ses tragédies Esther et Athalie pour les demoiselles de Saint-Cyr. Lorsque sa nièce épouse le duc d'Ayen, Madame de Maintenon qui n'a pas d'enfants lui lègue sa terre et son château, il est resté jusqu'en 1984 aux mains des ducs de Noailles qui restaurent les façades au XIXe siècle et créent la grande galerie dans l'esprit du Grand siècle.

Éléments protégés MH : le château, avec ses dépendances, sa chapelle, ses parcs, son canal et ses pavillons : classement par arrêté du 25 juillet 1944.

château de Maintenon 28130 Maintenon, tél. 02 37 23 00 09, ouvert au public, visites du 15 février au 14 mai et du 15 septembre au 14 décembre ouvert tous les jours de 14h à 17h, sauf mardi, et juillet et août tous les jours.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Licence photo©webmaster"B-E", photos interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander (Contact)
Nous remercions M. Vincent Tournaire du site http://webtournaire.com/paramoteurparapente.htm, pour les photos aériennes qu'il nous a adressées. (photos interdites à la publication)

 
 
 
 
Château de Maintenon Château de Maintenon Château de Maintenon Château de Maintenon
 
 
 
Château de Maintenon Château de Maintenon Château de Maintenon Château de Maintenon

 

   
 

 

 

(1)    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
 
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.