châteaux de France
             Accueil          Châteaux Val de Loire          Châteaux pour réceptions          Châteaux à l'abandon          Contact
 
 
 
Château de la Magnanne

 

 

  La terre de la Magnanne relevait de la baronnie d'Aubigné. Le domaine peu considérable comme bien souvent au XVe siècle, devait s'accroître par achat en 1581 de la seigneurie de Princé à Andouillé. En 1695 s'ajoutent le comté de Betton, en 1761 la baronnie d'Aubigné et en 1788 le marquisat du Bordage à Ercé-près-Liffré. Ce très vaste ensemble réuni à la fin du XVIIIe siècle devait voler en éclat sous la Révolution. La terre s'est transmise successivement par alliances aux familles de La Magnanne (1379-1555), de Montbourcher de la Magnanne (1555-1830), Hay des Nétumières (1830-1909), de Menou (depuis 1909). La construction du château de la Magnanne fut entreprise par René de Montbourcher, seigneur de Chasné et Julienne de La Magnanne sa femme, et continuée par leur fils Jacob. Ce dernier dirigeait une compagnie de cavalerie pour Henri IV durant les guerres de la Ligue. La considération dans laquelle il était tenu par ce roi et son opposition au parti du duc de Mercoeur, n'a pas été sans influence sur l'architecture de l'édifice, en cours de construction en 1584.

Elevé à la fin des guerres de la Ligue, il déployait un arsenal défensif important comme beaucoup de châteaux de l'époque. Toutes les baies du rez-de-chaussée donnant sur l'extérieur conservent des trous d'ancrage des grilles qui les défendaient. Des canonnières à rotule, formée de boules de granite pivotant dans un logement circulaire et percées d'un orifice pour passer une arme, permettaient de surveiller les extérieurs. Toutes les portes conservent, comme le portail permettant de passer sous les communs, les logements des barres de bois qui condamnaient leur ouverture. Deux ailes latérales reliaient à l'origine les communs au logis, comme le montrent les traces d'arrachement sur la face est des pavillons. L'édifice d'origine s'inscrit dans les usages de l'architecture savante du troisième quart du XVIe siècle. Le château subit plusieurs modifications par la suite, notamment avant 1728, pour Gabriel de Montbourcher de la Magnanne, comte de Betton, président aux Requêtes au Parlement de Bretagne et Madeleine Briant des Vallées, fille d'un armateur malouin.

Ces travaux qui ont consisté en l'ajout d'un étage supplémentaire au corps central du château et à la création de la terrasse bastionnée de l'avant-cour avec un portail d'entrée furent exécutés sous la direction de l'architecte Huguet à qui l'on doit l'achèvement des tours de la cathédrale et l'église Saint-Sauveur de Rennes. A la fin du XVIIIe siècle, René François de Montbourcher et sa femme Joséphine de Kersauzon ajoutèrent deux travées supplémentaires de fenêtres avec balcons pour moderniser l'édifice encore austère et éclaircir le grand balcon. Jusqu'à la seconde moitié du XVIIIe siècle, le jardin se limitait à un espace clos de murs, situé à l'emplacement du parterre actuel, s'étendant derrière le château. La base des murs se retrouve encore par endroits. Ce jardin clos, encore dans l'esprit Renaissance, remontait à la construction de l'édifice.Les premiers aménagements extérieurs visant à modifier l'aspect primitif remontent au début du XVIIIe siècle avec la création de la terrasse de l'avant cour des communs.

C'est dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle que furent entrepris les travaux les plus importants concernant les abords de l'édifice: suppression du mur de clôture du jardin à l'arrière du château pour établir le parterre, création du potager au sud de l'avant-cour et aménagement de quelque six kilomètres d'avenues. Les plus anciens arbres que l'on voit à l'entrée avant de franchir le pont peuvent remonter à cette époque. Un étang et un moulin à eau occupait la dépression au sud de l'édifice. Au milieu du XIXe siècle le dernier marquis de Montbourcher, député d'Ille-et-Vilaine, et Sophie de Caradeuc de la Chalotais, entreprennent, parallèlement à la restructuration du domaine foncier qui couvrait alors un millier d'hectares, la construction de deux métairies modèles, Marylande et Beaulieu. Ils aménagent également un parc agricole paysager sur les terres humides situées au sud du château. L'actuelle avenue courbe tracée à cette époque pour contourner ce nouvel espace offre des points de vues sur le château plus pittoresques que ceux de l'avenue d'axe.

Le parterre planté d'essences exotiques est étendu sur la pente vers le sud, jusqu'au ruisseau. Cet aménagement imposant devait disparaître, comme bien souvent, dès la première guerre mondiale. En 1893, un incendie détruisait la quasi-totalité de l'édifice ne laissant subsister que le gros oeuvre. Sa reconstruction dura jusqu'à 1904 sous la direction de Henri Mellet à qui l'on doit bon nombre des châteaux de la fin du XIXe siècle en Ille-et-Vilaine.
La restauration actuelle du jardin vise à recréer un jardin ordonnancé sur les bases d'un plan d'André Mollet tiré de son ouvrage Le jardin de plaisir. Ce plan s'adapte bien au parcellaire existant et aux espaces disponibles. Le parterre composé de quatre rectangles entourant un bassin est prolongé par un hémicycle duquel partent trois courtes allées en patte d'oie s'enfonçant dans les sous-bois. Le parterre prévu par Mollet est à compartiments de gazon, fait de surfaces de gazon découpés pour former des motifs ornementaux. L'hémicycle, ponctué de cyprès d'Italie, est bordé de palissades de charmilles et s'ouvre sur de courtes allées plantées de tilleuls...

 
château de la Magnanne 35250 Andouillé Neuville, tél 02 99 55 25 96, ouvert au public du 30 mai au 26 septembre, tous les jours de la semaine sauf le dimanche de 10h à 18h.

Ce site recense tous les châteaux et manoirs de France, si vous possédez des documents concernant ce château, (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Propriétaire de cette demeure, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant par mail des photos pour illustrer cette page, merci.

Licence photo©webmaster"B-E", libres de droit à condition de nous demander et citer la source. (1)

 
 
 

 

 
 
 
 
 
 

 

 

 
(1)    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers mais également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 

Copyright © webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu Tous droits réservés