châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Vaugirard à Champdieu
 
 

        Le château est édifié dans le deuxième quart du XVIIe siècle, (il est mentionné dans un acte de 1657) pour Jacques III Girard, écuyer, sieur de Trécisses, Villette, Grandris, Châtelneuf, Vaugirard, conseiller et procureur du roi au bailliage de Forez, puis président du présidial de Montbrison en 1640. Il avait hérité de son père Jacques II, marchand montbrisonnais anobli en 1609, le domaine "des Évêques", acheté par son grand-père, Jacques I, et sans doute rebaptisé Vaugirard lors de sa construction. Le château avait peut-être deux tours symétriques, du côté nord, dont ne subsiste que la tour Est. Le château demeure dans la famille Girard jusqu'à la Révolution, puis passe à la famille de Lescure par mariage (en secondes noces) de Gabrielle Catherine de Vaugirard avec Jean-Charles-François, marquis de Lescure, en 1806. Gabrielle Catherine de Vaugirard fait refaire l'ensemble des toitures et installer des appartements dans l'angle nord-est du château : un salon octogonal et un cabinet, desservis par un vestibule, sont aménagés dans le pavillon d'angle. La pièce située dans la tour est dotée d'un papier peint à paysage et une chambre occupe la dernière travée du corps de logis, l'étage au-dessus de ces pièces est divisé en trois chambres. Des pièces d´habitation sont aménagées à l'étage de l'aile Est, nécessitant le percement de fenêtres. La grande salle qui occupe la moitié ouest du 1er étage du corps de logis ans est alors en cours de travaux, sous la direction de Jean-Baptiste de Lescure, dit Valdec, fils aîné de la marquise de Lescure, qui fait refaire les fenêtres et le plancher, restaurer les peintures du plafond et peindre un décor mural. Le décor des encadrements de fenêtres, à bossage en pointe de diamant, le couronnement des portes d'entrée du corps de logis (avec l'oculus et sa fermeture de ferronnerie) ainsi que les bandeaux sur sa façade sud datent probablement de cette époque. L'inventaire de 1837 signale la construction de contreforts pour épauler le château à l'ouest. Un bâtiment secondaire subit un incendie en 1871 : cet incident est peut-être à l'origine de la réfection en tuile du toit de l'aile ouest et de la destruction de la tour occidentale. Après le décès de Jean-Baptiste de Lescure, le château est vendu en 1878: il comprend une "cave, au rez-de-chaussée; cuisine, lingerie, salle à manger, vestibule, escalier en pierre, grand salon, petit salon; dans la tour, autre petit salon, deux chambres; au 1er étage, salle de billard, grande salle d'honneur, corridor, escalier en pierres, sept chambres et une bibliothèque dans la tour; au 2ème, vaste greniers; dans le pavillon d'est, au rez-de-chaussée remise, dépôts; au 1er, magnanerie; au 2ème, greniers ; dans le pavillon au soir, écurie à chevaux, chambre de domestique ; au 1er, fenière". Le château est acheté en 1879 par Benoît Charvet, négociant et ancien maire de Saint-Étienne. Il met la demeure en chantier : réfection du toit, enduit, travaux de décor et modernisation, adjonction de l'escalier en vis dans l'aile ouest, terrasses bordées de balustres, par un architecte lyonnais. Son fils Henri Charvet, maire de Champdieu, fait construire la chapelle en 1897. Le château est le siège d'une exploitation agricole et d'un élevage de chevaux. Les toitures ont été restaurées en 1992.
Le château présente une plan régulier en U, avec un corps de logis entre cour et jardin, encadré de pavillons rectangulaires contre lesquels sont adossés les ailes latérales plus basses, terminées par des pavillons. Une tour de plan circulaire est greffée sur l'angle nord-est du pavillon nord-est. La cour est fermée au sud par un muret supportant une grille avec dans l'axe un portail monumental avec une grille en fer forgé. Une terrasse bordée d'une balustrade précède le logis côté cour et côté jardin. Les bâtiments ont un étage carré. Les élévations présentent des travées régulières (sauf l'élévation nord du pavillon est). Le corps central est traversé au rez-de-chaussée par un vestibule axial (portes et vantaux) avec à l'ouest la salle, à l'est un escalier rampe sur rampe (colonne engagée à l'extrémité du mur d'échiffre) puis une chambre. Le pavillon oriental est occupé par un salon octogonal et un cabinet, desservis par un vestibule ; la tour, par une bibliothèque. L'aile orientale est divisée en trois pièces en enfilade : la pièce centrale a une porte cochère vers la cour, couronnée des armoiries des Girard. La cuisine (grande cheminée à linteau bois sur colonnette doriques en granite, four à pain déplacé) se trouve dans le pavillon occidental, avec un vestibule d'accès à l'aile ouest, divisée en trois pièces, avec au milieu un passage couvert vers la cour de la ferme. Les pavillons aux extrémités des ailes latérales ouvrent sur la cour par des portes cochères ; ils sont aménagés en écuries à chevaux. A l'étage, la moitié ouest du corps central est occupée par une grande salle (salle des chevaliers). Elle communique avec une chambre d'apparat, dans le pavillon ouest. Des chambres sont aménagées dans le pavillon et l'aile Est, ainsi que dans l'aile ouest, avec un escalier en vis et un couloir dans la partie médiane. Un pigeonnier occupe le dernier niveau de la tour. Les toits sont à longs pans, avec des croupes sur le corps central et les pavillons jouxtant le corps de logis, des toits en pavillon avec clocheton sommital sur les pavillons à l'extrémité des ailes, un toit conique sur la tour. Les toitures sont couvertes en ardoise mécanique.
Le plan cadastral de 1809 montre l'existence d'éléments structurants des abords du château de Vaugirard, en particulier la grande allée axiale au sud menant à la cour, la parcelle allongée du jardin derrière le château et le canal qui la borde au fond. Lors de la vente par adjudication du château, en 1878, la description du bâtiment mentionne le "massif d'arbres d'essences diverses qui le dérobe aux regards des curieux" et indique que la cour d'honneur est fermée "au midi par un mur auquel sont adossées deux serres vitrées, séparées l'une de l'autre par une arcade en plein cintre, bâtie en pierres de taille dans l'axe de l'avenue du château, à l'entrée de la cour d'honneur"; au sud s'étend un "jardin planté d'arbres à fruits et d'agrément, précédant la cour d'honneur du château également entouré de murs", puis le "grand jardin potager de Vaugirard, s'étendant au midi et au matin des bâtiments du château", confiné au nord par le canal "servant à l'arrosage du jardin", et les allées de desserte (21 décembre 1878. Les éléments subsistant aujourd'hui sont l'allée axiale, dont la double rangée de chênes a été replantée après la tempête de 1999, le portail, un espace de jardin d'agrément au sud, des vestiges de potager à l'est du château, le puits du XVIIe siècle au milieu de la pelouse bordée par le canal au nord. La faisanderie adossée aux bâtiments de la basse cour au sud-est a sans doute été aménagée à la fin du XIXe siècle.
Le jardin à proprement parler entoure le château sur ses côtés sud, est et nord. Il est clos d'un mur maçonné. Une allée encadrée de deux rangées de chênes conduit du chemin de Champdieu à Barges. Elle est prolongée au sud par un chemin qui rejoint la ferme de Chanry. L'accès principal du jardin se situe au sud, avec un portail (porte cochère et porte piétonne) à vantaux de fer forgé, ans l'axe de l'allée de chênes, prolongée dans la partie sud du jardin, devant la cour d'honneur du château, par une allée découverte allant au portail de la cour d'honneur. Ce jardin, planté de bosquets d'arbres (tilleuls, cèdres séquoïas), s'étend également au sud de la ferme de la chapelle, et à l'est du château. Au nord s'étend une vaste pelouse limitée au nord par un grand bassin rectangulaire maçonné, alimenté par une prise d'eau sur le canal du Forez. Au milieu de cette pelouse (ancien jardin potager) est édifié un puits maçonnée (plan circulaire, un degré, mur de margelle en dalles de granite convexes, tablette en saillie; moulurations toriques), avec un décor d'armoiries en bas-relief.
La chapelle a été édifiée dans le quatrième quart du XIXe siècle pour Henri Charvet, propriétaire du château, sous la direction des architectes stéphanois Léon et Marcel Lamaizière. Elle remplacerait "un petit oratoire, dont on voit encore les vestiges dans l'aile droite du château, côté sud". Chapelle adossée aux bâtiments sud-est de la basse-cour, avec au nord une remise et à l'ouest la sacristie mitoyenne de la grande grange-étable. L'entrée est orientée vers l'avant-cour du château, dans le parc. La porte (encadrement en bossage, à pilastres et fronton triangulaire; vantaux en chêne, sculpté) est précédée de quelques marches. Les murs sont en pisé crépi, avec des encadrements en pierre. Le toit est en ardoise, à longs pans, avec un clocheton de plan octogonal en porte-à-faux au-dessus de l'entrée, couvert d'un dôme à pans. La chapelle a un vaisseau de plan rectangulaire, de trois travées, couvert d'une voûte lambrissée en anse-de-panier avec doubleaux reposant sur des consoles ornées de triglyphes et des pilastres. Les murs sont garnis d'un lambris de hauteur à panneaux droits; l'espace entre le lambris et la voûte est percé de fenêtres à deux lancettes en plein-cintre côté sud, et enduit et peint en rouge côté nord. Le sol, couvert d'un parquet à bâtons rompus, est surélevé de quatre marches (degré rentrant dans la nef) protégé par des garde-corps en bois, à arcatures, avec des bénitiers disposés aux extrémités. Le choeur est séparé par une clôture (identique aux garde-corps du degré). L'autel et encadré de deux portes à fronton triangulaire, dont une conduit à la sacristie. (1)

Éléments protégés MH : les façades et les toitures ; le portail d'entrée ; la chambre dite des chevaliers au premier étage avec son décor ; la cheminée de la pièce attenante : classement par arrêté du 21 mai 1970.

château de Vaugirard 42600 Champdieu, tel. 04 77 58 33 88, ouvert au public en juillet, août et septembre tous les jours de 14h30 à 18h30 sauf vendredi et samedi, groupes 20 personnes toute l'année sur rendez-vous.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photo©webmaster B-E, photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.
A voir sur cette page "châteaux de la Loire" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
château de Vaugirard   Champdieu château de Vaugirard   Champdieu château de Vaugirard   Champdieu
 
château de Vaugirard   Champdieu château de Vaugirard   Champdieu château de Vaugirard   Champdieu  château de Vaugirard   Champdieu
 
château de Vaugirard   Champdieu château de Vaugirard   Champdieu
 
   
 
 


(1) 
  source de l'historique : https://inventaire.patrimoine.auvergnerhonealpes

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.