châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Grézieux-le-Fromental (Loire)
 
 

  Le château de Grézieux est mentionné dans une charte du Forez en 1291 (castrum, villa et mandamentum de Greysiaco); Pierre du Verney (ou Vernet) en rend alors hommage au comte de Forez. Par la suite, le château change plusieurs fois de mains (E. Salomon donne la succession des propriétaires, parmi lesquels il cite en particulier Annet de César en 1540, dont les armoiries auraient été visibles à Grézieux, les Henrys d'Aubigny entre la fin du XVIe siècle et 1670, puis les Bérardier jusqu'en 1775, et enfin les Chappuis entre 1775 et 1791). La famille d'Apchon aurait également possédé ce château à la fin du XVe siècle. En 1801, Claude-Joseph Buer, procureur du roi à Montbrison, rachète le château au lyonnais Simon Dupin, avec sa réserve (enclos, jardins, bâtiments et pigeonniers), et les domaines du Colombier, des Rapeaux et de Thévenon. En 1802, il achète également le domaine Brunel, au Bourg, puis d'autres terres et domaines dans les communes voisines (L'Hôpital-le-Grand, Chalain-le-Comtal, pour un total général de 670 hectares dans la plaine du Forez. Le plan cadastral de 1809 montre l'emprise du château au début du XIXe siècle, que la comparaison avec le plan géométral levé en 1806 permet d'affiner. On y distingue en effet une tour à l'angle oriental; malgré son plan plus ou moins arrondi, il s'agit peut-être de la "tour carrée couronnée de mâchicoulis" écroulée "au commencement de ce siècle" (d'après le Forez pittoresque; donc au début du XIXe siècle), qui était peut-être le donjon du château médiéval.
Le bâtiment montre en effet à cet endroit des traces d'arrachement et de reconstruction de l'angle. La façade nord-est du bâtiment est peut-être implantée sur des murs médiévaux, mais dans son état actuel elle ne présente pas de vestige datable d'avant le XVe siècle. Elle est percée de fenêtres à encadrements à cavet et congés en forme de feuille, au rez-de-chaussée et au premier étage, mais ces ouvertures ont été remaniées, sans doute au XIXe siècle (changement des linteaux et des appuis, avec sans doute un élargissement des fenêtres de l'étage, surmontées d'arcs de décharge en brique); la porte située la plus au sud est peut-être en place. Les vestiges d'enduit imitant le bossage qui subsistent sur cette façade sont datables du XVIe ou du XVIIe siècle. L'élévation du côté nord-est est datable de la fin du XVIe ou du XVIIe siècle; les fenêtres ont également été remaniées (remplacement des croisillons). Ces reprises des ouvertures correspondent peut-être aux travaux de mentionnés par le Forez pittoresque... sur les "nouvelles constructions des XVIe et XVIIe siècles, que l'on restaure en ce moment". Les deux portes à encadrement mouluré à tore et linteau en anse de panier en calcaire blanc, sur les élévations nord-ouest et sud-ouest, ont peut-être été mises en place à la même époque. Cette façade était encadrée par deux pavillons, bien visibles sur le plan de 1806, et encore sur le plan dessiné pour la réfection du jardin en 1886.
La matrice de 1830 précise la nature des parcelles: château et bâtiment, et 1809, maison et bâtiment ("domaine de la Cour", dit plus tard "maison Gallon"). Le château possède à l'époque une avant-cour bordée au nord-est par le mur d'enceinte, et dont l'entrée est protégée par deux tourelles, une cour sur l'arrière, et sans doute une basse-cour au nord-ouest, bordée par des bâtiments de dépendances (la "maison Gallon"). En 1835, la propriété passe à Françoise de Vazelhes (morte en 1857), l'une des trois filles de Claude Joseph Buer, épouse de Joseph Florimond de Bronac de Vazelhes (mort 1885); elle se transmet ensuite à leur fils Henri Joseph (1820-1871), avocat à Montbrison, mais surtout propriétaire terrien à Grézieux, qui agrandit le domaine (il achète 98 hectares aux Battant de Pommerol en 1857, puis 88 hectares aux Portier et aux Courbon de Saint-Genest en 1867). À sa mort en 1871, la propriété de Grézieux comprend en six domaines sur 550 hectares et il n'a qu'un héritier (hormis son père, toujours vivant), son fils Etienne. La matrice cadastrale indique que le passage de la majorité du domaine à Etienne de Vazelhes s'est fait en 1882; celui-ci délaisse alors le château de la Pierre à Saint-Paul-d'Uzore, où il s'était établi dans les années 1870, pour Grézieux, où il fait immédiatement faire des travaux. Il commence par faire démolir le mur d'enceinte, vers 1882-1885: le fossé passant devant l'avant-cour du château est alors comblé, le pont qui l'enjambait supprimé, ainsi que le pan de mur joignant les deux tourelles et le portail en bossage qui se trouvait au milieu (visibles sur une photo du début des années 1880).
Les communs ou dépendances situés au nord-ouest du château avaient peut-être été démolis ou transformés dès 1846. Etienne de Vazelhes fait construire à la place de nouvelles écuries et une habitation dans le parc, entre 1884 et 1889: il s'agit sans doute des bâtiment adossés aux tourelles, et d'un bâtiment situé au sud du château, visible sur le plan de 1886, mais qui n'existe plus: constructions nouvelles: écurie, achevée en 1884; écurie achevée en 1887; maison achevée en 1889. Un plan pour le parc paysager, qui englobe le petit noyau villageois (lui-même largement constitué de bâtiments relevant du château: ferme et maison du régisseur, maisons d'ouvriers) est donné en 1886 par Louis Cottin, architecte paysagiste, rue de Paris à Nevers. Dans les années qui suivent, des arbres d'ornement y sont plantés. Enfin, des modifications sont faites aux façades et les pavillons bordant la façade nord-est sont supprimés: encore dessinés sur le plan de 1886 (on distingue le pavillon oriental, coiffé d'un toit en pavillon à forte pente, sur la photographie de l'entrée du château sans doute prise vers 1880) ils ont disparu lors de l'état des lieux des bâtiments établi en 1910. Dans le premier quart du XXe siècle, de nouveaux travaux sont menés au château.
L'état des lieux des bâtiments et un projet sont dressés en 1910 par l'architecte J. Les travaux sont réalisés par le maçon Julien Gatier, entrepreneur à Boën. Le château est surélevé et le niveau de comble, dont les ouvertures sont murées sur les photographies prises avant les travaux, transformé en comble à surcroît éclairé par des lucarnes passantes (qui reprennent les anciennes ouvertures, agrandies et dotés, côté nord-est, de croisillons; côté sud-est, l'allongement des montants utilise des pierres de remploi; dans l'angle rentrant ouest, le niveau de comble est créé). Les toitures, à faible pente et en tuile creuse, sont refaites en tuile écaille, avec une forte pente permettant d'accueillir un second étage de comble, éclairé par de petites lucarnes. Les fenêtres des façades de l'angle rentrant ouest sont largement refaites. Enfin, le château est doté d'un nouveau donjon : une haute tour de plan circulaire, à six niveaux d'élévation, couronnée d'un mâchicoulis sur consoles, est édifiée sur l'angle oriental du bâtiment nord-ouest. Ce signal dans le paysage fait l'objet du titre du paragraphe ("Un donjon dressé au coeur des terres") qu'Henri Gerest consacre à Etienne de Vazelhes, figure de l'aristocratie forézienne de la fin du XIXe et du débur du XXe siècle. Passionné de mise en valeur agricole, il tient l'essentiel de ses domaines en exploitation directe, avec un régisseur. En plus de son intérêt pour les cultures, il développe l'élevage du cheval de travail pour les mines et l'industrie stéphanoises et pour la remonte de l'armée; enfin il pratique la viticulture dans son domaine de Curtieux, au nord de Montbrison.
Le château a un plan irrégulier en forme de L légèrement oblique, comprenant deux corps de bâtiments doubles en épaisseur, avec un sous-sol, un rez-de-chaussée, un étage carré, un comble à surcroît et un étage de comble dans la toiture. La porte principale se trouvait au milieu de l'élévation nord-est, un peu décalée par la présence de l'escalier; un vestibule rejoint un couloir ou galerie qui longe le corps de bâtiment nord-est sur l'arrière, desservant l'escalier et le corps de bâtiment sud-est. La construction de la tour, à l'angle nord-ouest du bâtiment nord-est, a ménagé un nouvelle porte à l'extrémité de cette galerie, signalée par un encadrement monumental. Le rez-de-chaussée comprend cinq grandes salles, dont certaines ont été subdivisées. L'étage est divisé en chambres. La tour a six niveaux d'élévation, sans doute desservis par un escalier en vis. Le dernier niveau est un faux mâchicoulis sur arcades. Le bâtiment est en moellon de granite enduit. Des changement de matériau sont visibles sur les élévations, témoignages des différentes phase de construction: l'angle sud est reconstruit en moellon assez gros avec mortier débordant, la surélévation dans l'angle rentrant ouest est en moellon de granite plus gros que le reste du mur, les contreforts qui renforcent la façade sud-ouest sont en pierre de taille. La tour est en moellon de granite de moyen appareil. Les encadrements sont en granite: moulurations à cavets et congés sur l'élévation sud-est; porte d'entrée et fenêtres de l'escalier à linteau en plein-cintre sur la façade nord-est; fenêtres à croisées ou meneau ailleurs (les croisées et meneaux sont tous des réfections); portes en arc en anse de panier et mouluration torique, en calcaire, sur les élévations nord-ouest, sud-ouest et à la base de la tour; arcs de décharge en brique ajoutés lors de l'élargissement des ouvertures. Les lucarnes sont couronnées de petits frontons triangulaires; les lucarnes sur le versant du comble sous toiture ont un décor en bois découpé trilobé. Les toits sont à longs pans, en tuile écaille (toit conique sur la tour). (1)

château de Grézieux 42600 Grézieux-le-Fromental, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Nous remercions chaleureusement M. Claude Moritel pour les photos qu'il nous a adressées afin d'illustrer cet historique.

A voir sur cette page "châteaux de la Loire" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
Château de Grézieux le Fromental  Château de Grézieux le Fromental  
 
   
 
 


(1)  
source de l'historique : https://inventaire.patrimoine.auvergnerhonealpes

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.