châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Cenevières
 
 

      Au XIIIe siècle, les La Popie, seigneurs de Cenevières, construisent et habitent le château. Vente par Guillemette de La Popie à Jean de Gourdon de tous ses droits, les vicomtes de Gourdon Cenevières deviennent les seigneurs du château et des terres de Cenevières au XIVe siècle. En 1469, Olivier de Penne de Gourdon hommage pour ses dépendances du dûché de Guyenne, des châteaux et lieux de Gourdon, Sennebières, Saint Jean de Laur, Limogne, La Toulzanie, Lugagnac, Puigourde, Gaiffier et Puylagarde. En 1531, Flottard de Gourdon, vicomte de Gaiffier et de Cenevières, épouse Marguerite de Cardaillac, Baronne de Saint Cirq La Popie, le château est transformé en Palais Renaissance. De 1561 à 1616, Antoine de Gourdon, a joué un grand rôle parmi les chefs Huguenots pendant les guerres de Religion. Convertit au protestantisme par la Reine, Jeanne d'Albré, il reçoit très souvent à Cenevières le Roi Henri de Navarre, futur Roi Henri IV. En 1580, prise de Cahors par Henri de Navarre aidé d'Antoine de Gourdon. Fidèle serviteur de la royauté, les terres de Cenevières sont érigées en Marquisat, en 1612, par le Roi Louis XIII. En 1691, Charles-Barthélémy de La Tour du Pin, marquis de Cenevières, quitte la religion protestante et épouse à Paris, Louise Emilie Goussé de Rochelard, les témoins du mariage étaient le roi Louis XIV et Madame de Maintenon. Charles-Frédéric de la Tour du Pin, marquis de Gouvernet, épouse, en 1717, mademoiselle de Livry. Sauvé de l'incendie grâce au vin de Cahors, l'édifice est pillé par les révolutionnaires en 1792. Avant de monter sur l'échafaud en 1793, le marquis de La Tour du Pin vend le château de Cenevières à M. Louis Naurissart, aîeul des propriétaires actuels. En 1826, Mortimer Lesage, neveu de Naurissart, épouse Mademoislle de Boÿs. A la fin du second empire, Charles Lesage, maire de Limoges, épouse Julia de Cautillon de Lacouture. Celui-ci effectuera d'importants travaux d'entretien à Cenevières : remparts, corps de garde, intérieurs... La fille de Charles Lesage, la comtesse de Combarel du Gibanel, continue les travaux de restauration vers 1919. Sa fille, Mme de Braquilanges assure la maintenance jusqu'en 1981, et obtint le classement "Monument Historique" de Cenevières en 1957 et l'a aussitôt ouvert au public. Monsieur et Madame Guy de Braquilanges et leurs enfants continuent les travaux, et organisent des animations et des découvertes pour contribuer au maintien et à l'embelissement du château...
Le château développe entre deux cours des logis dissymétriques datant pour l'essentiel des XVIe et XVIIe siècles et qui ont dû tenir compte des contraintes de la topographie et de la présence de constructions antérieures. L'entrée de la basse-cour est défendue par deux tourelles très restaurées mais dont les meurtrières proches de celles de la barbacane de Cahors accusent l'extrême fin du 16e voire le XVIIe siècle. La courtine au centre de laquelle elle ouvre est flanquée par un grand bastion (à droite) et, à ses extrémités, par deux tours rondes de fort diamètre. L'ancien temple protestant est adossé au revers de la courtine et un châtelet d'entrée secondaire ouvre en hauteur sur l'à-pic sur le front nord. Entre la basse-cour et le rebord de la falaise s'interposent les logis. Ils dessinent approximativement un arc de cercle évoquant l'enceinte supérieure des anciens châteaux de falaise, comme on en voit un exemple à Rocamadour. Le corps de garde se présente comme une épaisse tour carrée couronnée de mâchicoulis, adossée aux logis et en avancée sur la basse-cour. Un pont-levis au mécanisme atypique implique l'hypothèse que la tour était précédée d'une fosse. A gauche du pavillon d'entrée, à l'extrémité nord de l'aile principale, un autre pavillon (la tour "des Gourdon") agrémenté de lucarnes et de fenêtres Renaissance à frontons correspond à une ancienne tour médiévale reconnaissable aux vestiges de ses anciennes archères et de ses fenêtres géminées et à la qualité de ses maçonneries de moyen appareil que l'on retrouve sur le logis attenant. D'une première transformation, attribuable à la fin du XVe siècle, date la cheminée monumentale de la grande salle ainsi que quelques vestiges de croisées moulurées. Pour l'essentiel, les autres transformations de ce logis primitif sont imputables aux nombreuses campagnes de modernisation et d'agrandissement qui furent menées entre le milieu du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle. Les vestiges de la construction médiévale primitive se concentrent dans la partie nord de l'édifice actuel ; ils se composent de deux ensembles disjoints : un logis rectangulaire accosté d'une tour carrée (la tour "des Gourdon") et un second bâtiment inclus dans l'actuelle aile nord-est, en rebord de falaise. Ces deux ensembles, distants de plus de 5 m et orientés différemment, sont séparés, sous le niveau actuel des terrasses, par la chapelle castrale et, au-dessus, par le grand escalier à l'italienne.
La tour carrée (8,15 m de côté) est conservée sur cinq niveaux dont deux sont enterrés actuellement sous le niveau de la cour. Elle semble avoir précédé la construction du logis, au moins en partie haute où l'accolement est visible. Le niveau inférieur correspond à un caveau voûté en berceau faiblement brisé, dont les murs particulièrement épais dépassent 2,70 m. Ce niveau enterré était aéré par une ample fente de jour, inscrite dans une embrasure à couvrement conique en arc brisé qui démontre qu'il correspondait primitivement à un rez-de-chaussée. Le second niveau, également en sous-sol aujourd'hui, est couvert en plein cintre et disposait initialement d'un accès direct depuis l'extérieur par une porte en arc brisé à arrière voussure segmentaire. Il était éclairé par une fenêtre rectangulaire largement chanfreinée, inscrite dans une embrasure à couvrement conique en arc brisé. Ce niveau correspondait donc primitivement à l'étage d'accès dont les murs étaient considérablement amincis (1 m et 1,15 m) par rapport à ceux de l'étage inférieur. Le rez-de-chaussée actuel correspond donc au deuxième étage primitif. Les aménagements du XVe siècle, en le dotant d'une ample cheminée, l'ont transformé en cuisine mais son usage était sans doute différent initialement. Sur le panneau sud se trouve la porte d'entrée en arc brisé. Elle a été condamnée au XVIe siècle et remplacée par une canonnière à double ébrasement. Sur le même panneau, la présence d'un ancien caisson de latrines est à relier à la surépaisseur du mur qui apparaît à l'extérieur. Une deuxième porte, au centre du panneau est, assurait la communication avec les salles attenantes du logis. A l'ouest, dans le panneau occupé aujourd'hui par la cheminée, ouvrait une archère cruciforme, visible à l'extérieur, mais dont la base est malheureusement masquée par un escalier moderne. Sur la face nord, enfin, la porte qui ouvre aujourd'hui sur les salles voûtées modernes qui portent la terrasse nord a été réaménagée dans une fenêtre géminée dont les dimensions indiquent qu'elle était semblable à celles des étages supérieurs. La salle est couverte par une voûte d'ogives dont la clé ornée d'un fleuron suggère qu'elle pourrait appartenir à l'état médiéval.
Le premier étage (ancien troisième étage) a été largement repris au XVIe siècle. Il présente cependant des vestiges assez lisibles de ses dispositions d'origine : deux fenêtres géminées à coussièges au nord et à l'ouest, une ancienne porte d'accès et une niche de latrines au sud ; une armoire murale à l'est. La porte de communication qui relie la chambre à la grande salle est moderne de même que la mise à niveau de leurs sols. Le repérage des percements primitifs montre en effet que les deux salles n'étaient pas au même niveau et ne communiquaient pas dans leur état médiéval. Le dernier étage présente une organisation semblable à celle du niveau inférieur. Ses fenêtres géminées apparentes sur les faces nord et ouest, en arc brisé brut, sans chanfrein, étaient soulignées par un appui en gorge et cordon d'imposte biseauté portant des anneaux de bannes dont un est partiellement conservé.
Le logis principal médiéval est accolé à la tour dont il semble néanmoins sensiblement contemporain, les murs des deux constructions ayant pu être solidaires en partie basse. Il s'agit est un bâtiment rectangulaire de 8,55 x 16,20 de deux étages, dont les murs étaient épais d'un peu plus d'un mètre. Au rez-de-chaussée, l'espace disponible est recoupé en deux salles inégales par un refend. Accessible par la tour attenante, la première salle a elle-même été divisée en deux petites salles voûtées à l'époque moderne. La salle d'origine disposait d'une armoire murale en arc brisé et sur l'élévation regardant à l'est côté falaise, d'une porte en arc brisé et de deux fenêtres établies à des hauteurs différentes. Ces baies ont été remaniées ou condamnées par l'adjonction, au XVIIe siècle, d'une galerie à voûtes d'arêtes établie sous une terrasse. La plus haute des deux fenêtres, dotée d'un coussiège, surmontait la porte, impliquant de restituer un plancher intermédiaire. L'élévation sud de cette première salle ouvre aujourd'hui par un grand arc chanfreiné, sur une salle carrée terminée par une abside à pans coupés et voûtée d'ogives, faisant office de chapelle castrale. La voûte d'ogives, mal raccordée aux doubleaux, ne paraît pas antérieure au XVe siècle. L'abside à pans coupés ouvrait par deux fenêtres frustes, l'une sur la falaise et l'autre sur une venelle utilisée comme couloir de latrines, situation qui peut faire douter que la salle ait eu dès l'origine une vocation sacrée.
La salle principale du rez-de-chaussée correspond actuellement à une cuisine voûtée dont la cheminée actuelle, du XVe siècle, a été rapportée récemment. La mise en place tardive de sa voûte en berceau y a masqué les traces des éventuels percements médiévaux. Les dispositions de l'étage sont plus lisibles. Contrairement au rez-de-chaussée, il comporte une salle unique. Sur le pignon sud, subsistent les traces de deux fenêtres géminées à coussièges condamnées dont l'une, partiellement réouverte, montre deux formes en arc brisé surmontées par un jour d'écoinçon en losange curviligne. Deux portes sont en partie conservées sur les élévations est et ouest. Celle de l'est, fermant de l'intérieur de la salle, a été condamnée par l'escalier à l'italienne du XVIe siècle ; celle de l'ouest, fermant de l'extérieur de la salle, ouvrait sur un bâtiment aujourd'hui disparu. Deux arrachements de murs, visibles sur l'élévation sud de la tour et l'élévation ouest du logis laissent supposer qu'un bâtiment disparu, de plan approximativement carré, reliait les deux volumes. Edifié en même temps que le logis, il semble qu'il soit plus récent que la tour sur laquelle il est venu se greffer. La superposition des portes qui faisaient communiquer le bâtiment disparu avec la tour et leur différence de niveau avec celles qui desservaient le logis, laisse penser qu'un escalier a pu y prendre place.
Un deuxième logis médiéval subsiste dans l'extrémité de l'aile est, qui se présente sur la cour comme un ouvrage homogène du XVIe siècle. L'examen de la face nord-est, sur la falaise, montre en effet que la façade du XVIe siècle est venue raccourcir un bâtiment initialement plus développé, comme le montre la croisée amputée de l'élévation est, côté falaise. Or cette croisée de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle résulte elle-même du percement d'une maçonnerie antérieure que son parement de moyen appareil permet d'attribuer au XIIIe ou au XIVe siècle. Le repérage de ces maçonneries primitives permet de restituer un bâtiment de 6,85 m de largeur, dont la longueur, aujourd'hui de 7,60 m environ, atteignait initialement 8,90 m si l'on en juge par la position des deux arcs de refend qui l'articulent intérieurement. Outre ces deux arcs de refend, deux portes au moins semblent appartenir à la construction d'origine. L'une, dans l'élévation nord, ouvre sur un conduit étroit ou une venelle qui aboutit, côté falaise, à un caisson de latrines réaménagé après coup et dont subsistent les corbeaux. La seconde porte, couverte par un linteau, ouvre directement sur l'à-pic. Accompagnée de deux trous d'encastrement au niveau du sol et au niveau de son linteau, il est vraisemblable qu'elle desservait initialement un hourd. Le bâtiment médiéval disposait d'un étage au moins, en partie conservé. La croisée à remplages chanfreinée et celle qui lui a succédé, dotée d'une canonnière en allège, doivent être attribuées respectivement au XVe et au XVIIe siècle. Seul vestige de l'état médiéval, deux corbeaux solidaires des parements de moyen appareil semblent confirmer l'existence contre l'élévation est de structures de charpente appliquées formant balcon sur la vallée. Sur l'esplanade de la basse-cour est aménagé un jardin d'accompagnement.

Éléments protégés MH : le château, avec le mur d'enceinte et l'ancien temple protestant situé à l'entrée: classement par arrêté du 9 décembre 1957.

château de Cenevières 46330 Cenevières, tél. 05 65 31 27 33, ouvert au public du 1er mai au 05 novembre tous les jours sauf mardi, de 10h à 12h et de 14h à 18h, en plus, location pour réceptions avec quatre salles, terrasses et cours.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Licence photo©webmaster"B-E", photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.

 
 
 
 
château de Cenevières château de Cenevières  château de Cenevières
 
 
château de Cenevières château de Cenevières  château de Cenevières
 
 
 
   
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.