châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de La Coste
 
 

             A la fin du XIIIe siècle, le repaire de Lacoste appartenait aux Guiscard, lignage de chevaliers lié au castrum de Bélaye. Les généalogistes du XVIIIe siècle les faisaient passer pour des descendants du normand Robert Guiscard, duc de Pouille et de Sicile et fondateur du royaume de Naples et supposaient que c'est en récompense de sa participation à la croisade des albigeois qu'un cadet aurait été apanagé en Quercy par l'évêque de Cahors. De fait, une famille de La Coste, attestée en 1250, semble avoir précédé les Guiscard sur les lieux avant de disparaître de la documentation moins d'une vingtaine d'années plus tard. Quoi qu'il en soit, Bernard de Guiscard, héritier de son père en 1284, recevait à cette date les hommages de ses tenanciers dans la sala de Lacoste. Deux ans plus tard, l'"ostal" paternel était encore occupé par la mère, Finelle, qui y dictait son testament, laissant entendre que la présence des Guiscard à Lacoste était antérieure à son mariage (vers 1245). En 1301, c'est cette fois pour le "repaire" de Lacoste que Bernard de Guiscard, toujours chevalier de Bélaye, faisait hommage entre les mains de l'évêque de Cahors. Ce dernier tenait vraisemblablement ses droits de suzeraineté de l'acquisition qu'il avait faite en 1236 de la châtellenie de Bélaye dont Lacoste faisait partie au XIVe siècle. Le repaire de la fin du XIIIe siècle, et son "ostal" comportant une "sala", sont encore identifiables au sein l'édifice actuel. Il ne semble pas que le château ait subi de dommages pendant la guerre de Cent ans. La famille de Guiscard connut un revers de fortune en 1526, avec le bannissement de trois des fils d'Antoine de Guiscard et la confiscation de leurs biens ; leur frère Jean Ier dut en outre payer les frais de procédure, et son fils Jean II de Guiscard, marié en 1529 à Souveraine de Genouillac, dut vendre une partie de ses biens pour soutenir son état de gentilhomme de la Maison du Roi. Jean II et Jean III sont des partisans déterminés du parti catholique et le château de Lacoste est pillé par les protestants en 1580 : il est encore inhabitable en 1595, année du compte de tutelle rendu par la veuve de Jean II, Françoise de Labarthe (qui vivait encore en 1610). A Jean III, décédé entre 1602 et 1614, succède son fils Jean IV de Guiscard, mort en 1638-1639, marié en 1608 à Jeanne du Tilhet d'Orgueil, décédée en 1667 : c'est donc probablement à Jean IV et à son épouse qu'il faut attribuer la reconstruction du château de Lacoste. Confisqué à la Révolution, le château est vendu comme bien national, puis revendu en 1825 à un industriel de Longwy nommé Clément qui l'habite, sans doute après y avoir fait des travaux, jusqu'à sa mort en 1846 ; il est alors acheté par un négociant de vins de Grézels, qui fait démolir l'une des ailes. Le château connaît une succession de propriétaires qui le laisseront à l'abandon jusqu'en 1960, date de son rachat par un banquier, M. Bacquié, qui va le restaurer.
Isolé à l'extrémité d'une serre, le château de Lacoste, parfois appelé à tort château de Grézels, domine à distance le bourg de Grézels et la vallée du Lot. Entre les deux subsistent les vestiges d'une motte. En 1480, toutefois, on mentionnait encore une "bourgade" à Lacoste. Celle-ci semble avoir disparu au XVIIe siècle alors que la reconstruction du château s'opérait et seuls quelques murs ayant pu appartenir à une enceinte semblent en perpétuer le souvenir en contrebas du château actuel. L'édifice se présente aujourd'hui sous l'aspect d'une importante maison forte dont les couronnes continues de mâchicoulis et les volumes sévères cantonnés de tours carrées évoquent la silhouette des grands châteaux italianisants des Charentes dont le Château-Chesnel passe pour avoir constitué le prototype. Une courtine encadrée par deux tourelles rondes à mâchicoulis ferme la cour côté plateau. Son portail muni de deux rainures indique qu'il disposait d'un pont-levis et qu'il était donc précédé par une tranchée. L'une des tourelles, à gauche de l'entrée abritait un oratoire qui apportait au système défensif le concours d'une protection sacrée ce qui n'excluait pas la présence de canonnières de faible calibre, certaines d'entre elles percées dans les allèges de fenêtres. A l'opposé de la courtine, le logis principal occupe le front sud de la cour carrée et bénéficie des vues sur la vallée du Lot. Ses couronnements de mâchicoulis se prolongent sans décrochement sur ceux de deux gros pavillons saillants établis à la même hauteur. Sur la cour, un troisième pavillon, dans l'oeuvre celui-ci, abrite l'escalier à volées droites. Il dominait la façade avant que celle-ci ait été surélevée. La porte d'accès surmontée d'un fronton à volutes interrompu par une fenêtre en tabernacle, s'inscrit dans une travée de croisées. Le style de cette porte, de même que celui des grandes croisées doubles des façades et des canonnières en cupules suggère de les attribuer aux premières décennies du XVIIe siècle.
Toutefois, l'homogénéité architecturale de l'édifice n'est qu'apparente. Les maçonneries de l'édifice recèlent en effet, dans les parements extérieurs comme sous les enduits intérieurs, les vestiges d'un édifice médiéval primitif dont les premières mentions apparaissent en 1284. Les vestiges d'archères, de soupiraux chanfreinés et les trilobes d'une fenêtre à colonnette, de même que les parements de moyen appareil habituels dans les maçonneries médiévales permettent de restituer de proche en proche les contours du repaire de la fin du XIIIe siècle. Ces indices montrent que ce repaire se composait en fait d'une épaisse tour carrée et de deux logis en équerre venus s'y adosser. La "turris" de Lacoste, dont les vestiges sont identifiables par l'appareillage massif de ses maçonneries, n'existe plus que par l'une de ses élévations. Son implantation inhabituelle en contrebas de la terrasse rocheuse qui constitue la cour du château, est peut-être due à des problèmes de sol ce qui expliquerait son effondrement, survenu semble-t-il peu avant la reconstruction de l'édifice entreprise à la fin du XVIe siècle. Le repérage des raccords de maçonneries montre que cette tour avait précédé sur le site l'édification des logis médiévaux venus s'y adosser, eux-mêmes attestés dès 1284. Il semble donc que la "turris" ait été originellement isolée. Ses vestiges, encore lisibles sur une hauteur de 12 m, appartenaient à un édifice de plan carré, de 7,85 m de côté et aux murs épais de plus d'1,70 m. La disparition des percements ne permet plus d'en préciser la distribution. Toutefois, les traces de deux retraites de maçonneries indiquent qu'il s'agissait d'une tour planchéiée, de trois niveaux au moins. Le testament de Finelle, veuve de Bernard II de Guiscard (1286), induit que cette tour, antérieure à l'"ostal" de son époux, aurait pu être édifiée par le père de ce dernier, dès avant 1250. La présence d'une baie à colonnette dans la cage d'escalier de l'édifice du XVIIe siècle, de même que les archères et les chaînes d'angle qui apparaissent à l'examen de la façade sur cour, jalonnent le contour des anciens logis qui s'adossaient à la "turris". Composés de deux ailes distinctes, ils enveloppaient la tour sur ses deux côtés est et sud. L'aile la plus ancienne, fondée sur la terrasse rocheuse, occupait une emprise de 7,5 m sur 14 m environ et laissait dégagé l'angle sud-est de la "turris". Elle comportait deux niveaux au moins, à en juger par la chaîne d'angle bien apparente en façade qui marque encore son angle sud-est. Deux archères adoucies par un large chanfrein subsistent à la base de son élévation sud. Sur des soubassements contemporains de cette première salle, une extension en équerre fut édifiée après-coup à l'est. L'irrégularité de son plan implique plusieurs pièces et induit a contrario que la "sala" dans laquelle Bernard de Guiscard reçut l'hommage de ses vassaux en 1284 était incluse dans l'aile précédente. Deux fenestrons chanfreinés, dont les linteaux d'embrasures étaient classiquement soulagés par des coussinets, en marquent les deux premiers niveaux. Le troisième niveau, outre les vestiges d'une armoire murale, conserve les traces d'une baie géminée ouverte dans une embrasure à coussièges. Le chapiteau en a disparu mais la base de la colonnette ornée de griffes et le trilobe aigu qui étoffe ses intrados, conduisent à l'attribuer au dernier quart du XIIIe siècle voire au début du siècle suivant.

Éléments protégés MH : le château, à l'exception des parties classées : inscription par arrêté du 8 décembre 1961. Les façades et les toitures, le sol de la cour : classement par arrêté du 25 avril 1997.

château de La Coste 46700 Grézels, tél. 05 65 21 34 18, musée du vin, ouvert au public du 14 juillet au 30 août, tous les jours de 15h à 18h, visite libre du Musée, visite guidée du château.


Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Licence photo©webmaster B-E, photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.
Nous remercions M. Vincent Tournaire; http://webtournaire.com/paramoteurparapente.htm, pour les photos aériennes qu'il nous a adressées. (photos interdites à la publication)

 
 
 
 
château de La Coste à Grézels château de La Coste à Grézels château de La Coste à Grézels château de La Coste à Grézels
 
 
château de Lacoste à Grézels château de Lacoste à Grézels château de Lacoste à Grézels
 
 
 
château de La Coste à Grézels château de Lacoste à Grézels château de Lacoste à Grézels 
 
 
château de Lacoste à Grézels château de Lacoste à Grézels château de Lacoste à Grézels 
 
   
 
 

(1)    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.