châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Saint Laurent les Tours
 
 

  Le château-fort connu aujourd'hui sous l'appellation des tours de Saint-Laurent, du nom de la commune dans laquelle il se trouve, correspond en fait à l'ancien château de Saint-Céré dont le nom s'est bizarrement transféré au XVIIe siècle à l'ancien bourg ecclésial de Sainte-Spérie, l'actuelle ville de Saint-Céré, établie sur les berges de la Bave, en contrebas du site castral. L'"oppidulum Sancti Sereni" apparaît dans la documentation dès l'an 901. A cette date, le comte Géraud d'Aurillac était contraint d'y conduire une expédition destinée à réduire un certain Arlaldus qui tenait de lui cette forteresse. Un siècle et demi plus tard, les membres d'un lignage éponyme dit de Saint-Séré, dont on ne précise pas encore s'ils sont des chevaliers du castrum, foisonneront dans les cartulaires de Beaulieu et de Carennac. On y retrouve les prénoms d'Eirad et d'Amiel, indice que certains d'entre eux devaient descendre du seigneur rebelle du début du Xe siècle et que d'autres étaient sans doute apparentés aux premiers possesseurs du château des Peyrières, futur Castelnau-Bretenoux. Géraud de Saint-Séré, sixième abbé d'Aurillac (962-987), est le plus anciennement mentionné. Avant 1178, près d'une dizaine de parciers (coseigneurs) se partageaient le castrum, désormais sous la suzeraineté du vicomte de Turenne Raimond II, à qui le comte d'Auvergne venait de céder le dominium. Le plus important d'entre eux, Aymeric de Saint-Céré devait alors sept mois d'estage à la "Tour-Blanche" du castrum dont ses propres vassaux devaient assurer le service de garde. Il n'avait pas cependant la possession de la tour dont il partageait la garde et l'entretien avec les autres nobles du castrum. Leurs maisons, abritées à l'intérieur de la "mureta" (enceinte extérieure), étaient regroupée dans le quartier du "Puy du Château", de part et d'autre de la rue aboutissant à l'unique porte du fort. Ces divers parciers, pour la plupart membres du lignage éponyme des Saint-Céré, sont considérés comme la souche des Araqui, des Astorg et des Saint-Vincent, qui détenaient encore des parts du castrum et de la "viguerie" à la fin du XIIIe siècle. A partir de 1212, les vicomtes de Turenne entrent dans la mouvance directe du roi de France puis font hommage à Simon de Montfort en 1214. Raimond IV épouse Hélix d'Auvergne à Saint-Denis en 1225 et figure encore en 1235 parmi les proches du roi. A partir de 1236, cependant, on le voit entrer dans la clientèle du comte de Toulouse qui lui cède la suzeraineté sur le château de Castelnau. Suite à la défaite de la coalition anglo-toulousaine à Taillebourg, les possessions du vicomte, et notamment Turenne et Saint-Céré, sont mises sous séquestre par le roi jusqu'en 1254 au moins. En 1263, Raimond VI, sous contrôle du roi de France, entre dans la vassalité d'Henri II d'Angleterre, duc d'Aquitaine, et lui fait hommage pour ses châteaux de Turenne et de Saint-Céré Le texte de l'hommage insiste alors sur le caractère rendable des tours de Turenne et de Saint-Céré, qui avaient déjà été l'objet de l'attention du pouvoir royal lors de la saisie des années 1242-1253. L'obligation de rendre ces tours est encore réclamée en 1288 par Edouard Ier, qui rappelle que cette obligation avait précédemment été due au roi Henri II (1154-1189), et une nouvelle fois en 1290, date à laquelle Edouard Ier réclame une fois encore au vicomte les clés de Turenne et de Saint-Céré. A partir de la fin du XIIIe siècle, sous la suzeraineté directe des vicomtes de Turenne, Saint-Céré sera le chef lieu d'une châtellenie importante, s'étendant sur les lieux de Saint-Céré, Saint-Vincent, Frayssinhes, Autoire et Teyssieu.
La tour à contreforts de Saint-Laurent est généralement attribuée à l'année 1178, époque de l'acquisition du castrum par Raimond II de Turenne. L'ocre soutenu de ses parements de calcaire dissuade toutefois de l'identifier avec la "Tour-Blanche" mentionnée dans la reconnaissance d'Aymeric de Saint-Céré vers la même date. André Châtelain rappelle d'ailleurs qu'Arcisse de Caumont et Camille Enlart ne l'attribuaient qu'au XIIIe siècle. L'analyse du répertoire formel de l'édifice confirme cette impression. La similitude des formes qui caractérisent ses deux phases de construction (similitude des portes en arc brisé, du parti de l'escalier, des fenêtres cintrées, des voûtes portées par un cordon d'imposte en quart de rond), invitent en effet à ne pas les créditer d'un écart chronologique trop marqué. En dépit de la spectaculaire discontinuité de parti manifestée par l'abandon des contreforts, il semble en fait que la seconde campagne ait suivi de peu l'achèvement de la première. Par ailleurs, à l'exception des contreforts, les analogies formelles qui rapprochent la "petite tour" de Saint-Laurent des tours de Castelnau-Bretenoux (après 1223), de Béduer (après 1215), de Cardaillac (vers 1227), voire de Castelnaud-Lachapelle (Dordogne), sont trop précises pour ne pas suggérer une proximité chronologique. Le parti de la porte d'entrée, intercalant un conduit couvert par une mitre à ressauts de quarts de ronds entre deux tableaux opposés en arc brisés, est l'exacte réplique de la porte de Castelnau-Bretenoux mais aussi de celle de la Tour de l'Horloge de Cardaillac. Le parti des escaliers dissociés, ouvrant par des portes hautes sur les salles, celui des cordons d'imposte en quart de rond filant sur les quatre faces, voire interrompus par des corbeaux, font également référence aux tours de Cardaillac et de Castelnau-Bretenoux, de même que l'adoucissement de l'arête des baies en un quart de rond à peine marqué. Le parti du caisson de latrines engagé dans l'un des contreforts renvoie en revanche à Puy-L'Evêque (après 1223), de même que celui des contreforts emboîtant les angles. L'ensemble de ces indices converge sur une datation plus tardive que celle habituellement retenue pour cet édifice qui, semble-t-il, porte davantage la marque de la première moitié, voire du deuxième tiers du XIIIe siècle que celle du siècle précédent. Il faudrait admettre dans ce cas que la "Tour-Blanche" mentionnée en 1178 parmi les possessions des vicomtes dont la garde était confiée Aymeric de Saint-Céré, désignait un autre édifice, aujourd'hui disparu. Les armoiries écartelées de Beaufort et Turenne permettent d'attribuer à Guillaume Roger III, comte de Beaufort, la construction de la tour nord-est (grosse tour) qu'il faut donc situer dans le troisième quart du XIVe siècle. Saccagé en 1586, pendant les guerres de Religion, le château est abandonné. En 1826, il est offert par son propriétaire au Département, qui refuse la donation. Le château est acquis en 1894 par Lafon de Verdier qui fait rebâtir le logis dans un style néo-médiéval. Le peintre Jean Lurçat l'achète en 1943 et y installe son atelier en décorant les murs, les plafonds et les menuiseries des portes et des fenêtres. De nombreuses oeuvres de l'artiste : tapisseries, peintures et céramiques y sont conservées et présentées au public.
Le château occupe une position comparable à celle de l'ancien castrum de Turenne (Corrèze). Sur un piton calcaire de 130 x 50 m environ sont conservées deux tours quadrangulaires et les vestiges d'un ancien logis médiéval très modernisé à côté d'autres structures moins bien conservées et difficilement identifiables aujourd'hui. Au XIXe siècle, il restait outre les deux tours, un certain nombre de "masures" comportant plusieurs chambres et des cheminées, un puits, situé près de la grosse tour, et, près de la petite tour, les vestiges d'une chapelle (sans doute les vestiges de l'ancienne chapelle de Saint-Serenus) et d'une sacristie voûtée. La tour à contreforts dite "petite tour", implantée sur la face sud du castrum, occupe une position remarquable, en léger retrait de l'enceinte qui ceinturait l'ensemble. Avec 6,85 m de côté et 22 m de hauteur pour des murs épais de plus de 2 mètres, elle n'offrait qu'un espace intérieur particulièrement exigu, caractéristique des tours-beffrois. A l'exception d'une porte repercée au rez-de-chaussée, l'édifice n'a subi aucun remaniement depuis la période médiévale et présente donc un état de conservation remarquable. Au deux tiers de l'élévation actuelle, apparaît une césure radicale dans le parti architectural. Ce changement de parti se manifeste extérieurement par l'abandon des contreforts au profit de murs lisses, incitant à distinguer deux états successifs au sein de l'édifice médiéval.
La tour "romane" est animée par huit contreforts symétriquement disposés au centre des faces et dans les angles de l'édifice qu'ils enveloppent. Ils sont épaissis à leur base par deux empattements dont l'un, particulièrement soigné, est adouci par une moulure en quart de rond, semblable à celle qui souligne la porte d'entrée de l'édifice. Les maçonneries, parementées de calcaire roux, y sont caractérisées par la présence de pierres de réglage sur chant, insérées dans les lits d'appareil. Au-dessus d'une salle basse couverte par un plancher, la tour primitive ne disposait initialement que d'une très haute chambre voûtée (10,14 m sous la clé), peut-être recoupée par un entresol établi au niveau du cordon d'imposte comme le laisse supposer la porte haute qui devait donner accès à cet entresol. La porte en arc brisé qui donne accès à la salle basse procède d'un percement moderne. Une trappe percée dans le premier plancher devait constituer l'unique accès de ce silo, par ailleurs totalement aveugle. Le premier étage constituait donc le niveau d'accès originel. Celui-ci s'opère aujourd'hui par un escalier de pierre, lié à l'enceinte et relié à la tour par une passerelle volante. Ce dispositif, reconstruit en partie à l'époque moderne, semble correspondre cependant à l'état ancien, comme en atteste un anneau de métal encore en place à la base de la porte d'entrée, sur lequel la passerelle devait s'articuler à la manière d'un pont-levis. La porte d'entrée, en arc brisé largement clavé et souligné par un mince quart de rond, ouvre au revers d'un contrefort. Elle disposait de deux tableaux opposés, dotés chacun de ses vantaux et d'une barre de fermeture. Entre les deux tableaux, le couloir est couvert par une mitre de quart de rond en ressauts se rejoignant au sommet, dispositif très semblable à celui que l'on observe à la tour de Castelnau-Bretenoux. Dans l'angle sud-ouest, un pan coupé correspondant à l'escalier en vis, réduit encore les dimensions de l'espace utile, ici de moins de 3 m de côté (2,92 m). L'escalier, à noyau formant marche, semble avoir initialement permis l'accès à un premier couronnement. A mi hauteur, il desservait des latrines ouvrant sur la même face que la porte d'entrée, ainsi qu'une porte haute (8,15 m), en arc brisé, ouvrant sur l'espace intérieur au-dessus du cordon d'imposte en quart de rond de la voûte en berceau. Une fente d'éclairage évitant le contrefort central, éclairait cette salle unique. Chanfreinée extérieurement, elle est couverte en berceau conique.
La poursuite sur quelques assises de l'escalier en vis dans les maçonneries du dernier niveau qui l'ont condamné laisse supposer que celui-ci débouchait sur une ancienne terrasse sommitale qui couronnait l'édifice primitif. Cette hypothèse est confirmée sur les élévations extérieures par l'arrêt net des contreforts à la même hauteur. L'étage supérieur aux élévations lisses, établi au-dessus du sommet des contreforts de la tour, résulte manifestement d'une surélévation de l'édifice originel. Un larmier couronne ici le raccord des ouvrages et l'effacement des contreforts. Intérieurement, la surélévation correspond à une chambre haute, voûtée en berceau. Interrompant le cordon d'imposte en quart de rond, semblable à celui de la voûte inférieure, on note cependant une série d'épais corbeaux et de trous d'encastrement, suggérant comme à l'étage inférieur, qu'un plancher intermédiaire pouvait isoler un entresol sous la voûte. A mi-hauteur, une autre série de trous d'encastrement marque manifestement un niveau de palier, lié à un ancien escalier de charpente disparu. Celui-ci donnait accès par une porte en arc brisé, à un second escalier en vis, dissocié du premier et logé à l'angle opposé, dans un épaississement de maçonnerie porté par un encorbellement. Une fenêtre en plein cintre, semblable à celle du niveau inférieur, une armoire murale et un conduit intramural coudé complétaient l'équipement de ce dernier niveau. Le conduit coudé évoque par son tracé les dispositions d'une latrine. Il ne débouche cependant sur la face sud, que par une simple fenêtre, couverte par un linteau sur coussinets.

Éléments protégés MH : les ruines du château : classement par liste de 1889. Les tours, les vestiges de l'enceinte et le sol compris à l'intérieur, le château et ses éléments de décor : classement par arrêté du 26 avril 1988.

château Saint Laurent les Tours 46400 Saint Laurent les Tours. Tél. 05 65 38 28 21, en 1988, à la mémoire de Jean Lurçat, le Conseil Général crée un musée. On peut y admirer les tapisseries et peintures de Jean Lurçat, visite des extérieurs du château lors de la visite du musée...

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Nous remercions chaleureusement M. Patrick Deysson pour les photos qu'il nous a adressées pour illustrer cette page.

 
 
 
 
Château Saint Laurent les Tours  Château Saint Laurent les Tours
 
 
Château Saint Laurent les Tours  Château Saint Laurent les Tours
 
 
 
   
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.