châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
 
Château du Loir
 
 
 
 

  Le fief de la Rosière est cité au XIIIe siècle. Le château actuel est bâti pour Louis Gossuin, seigneur du Quesnoy, au début du XVe siècle. Resté dans la famille jusqu'en 1771, il est acquis par N.-J. du Buisson, ancien échevin de Douai. Le cadastre de 1830 montre le château et ses dépendances (notamment un grand bâtiment en équerre dans la basse-cour) et un système complexe de douves. Selon Duthilloeul, C. J. Duthoit, gendre de du Buisson, propriétaire depuis 1810, fait remplacer les croisées ogivales par des fenêtres ordinaires de grand format. En 1885, le comte Henri Duthoit achète le domaine et lance d'importantes restaurations, d'inspiration néo-médiévale. En résumant La Grange et d'Herbommez (1889), l'accès se fait par une avenue d'une centaine de mètres aboutissant à une sorte de tour carrée, reconstruite ; à droite, une courtine, au soubassement ancien et crénelée à une époque toute récente, est baignée par un fossé d'environ quatre mètres de large. La porte franchie, on accède à la basse-cour, où se trouvaient encore récemment communs, logement, etc. ; un bâtiment neuf, à l'aspect de grange, sert de remises et d'écuries. Puis on franchit le deuxième fossé par un pont, refait sur les bases d'un pont plus ancien, qui donne accès à la cour en franchissant un fossé d'environ quatre mètres de large ; on y trouve un logis du XVIIIe siècle (remanié au cours du XXe siècle). On franchit enfin les douves entourant le château par un pont levis. Le logis n'est pas décoré. Dans le vestibule, à gauche, un petit escalier pris dans l'épaisseur du mur mène à l'étage de soubassement, occupé par deux grandes pièces voûtées en berceau. Les pièces ménagées dans les tourelles sont couvertes de coupoles. Au premier étage [rez-de-chaussée], la grande salle de belles dimensions ouvre sur quatre petites pièces rondes ménagées dans les tourelles. Un escalier en vis, à droite de la porte d'entrée, dans le vestibule, mène aux étages ; le premier est destiné aux chambres d'habitation et à une prison, située au-dessus du vestibule ; le deuxième est occupé par une vaste salle, sans doute primitivement destinée aux défenseurs ; au-dessus se trouve la charpente, dénaturée ; les tourelles sont couvertes de toitures en poivrière ; l'ensemble est couvert en ardoise. Les travaux entrepris pour M. Duthoit entre 1885 et 1889 concernent essentiellement le remplacement des baies dues à C. J. Duthoit par des baies à meneaux et traverses, celui du linteau de la porte d'entrée, la reconstruction du porche-pigeonnier, du bâtiment de remises et écuries, d'un logement dans la basse-cour et le parapet du deuxième pont. L. Lefèvre (1914) rapporte que le château est à nouveau dans l'état déplorable dans lequel l'avait trouvé H. Duthoit, qui l'avait vendu à son gendre M. Portier, qui l'a négligé : le château, les remises, les écuries et le mobilier sont à l'abandon, les plus belles pièces de celui-ci ayant été vendues.
Une allée plantée de tilleuls donne accès au site. L'entrée se fait par un porche-colombier au passage en arc surbaissé à claveaux de brique et de ciment moulé. Une courtine en brique bordant l'ancien fossé se développe à l'ouest, avec tourelle basse accolée au centre. Dans la basse-cour, l'étable-écurie, à porte charretière en plein cintre, a un décor de frise d'arceaux sur ciment, que l'on retrouve en d'autres endroits et qui date des travaux de rénovation de Duthoit. Le pont qui franchit le deuxième fossé est en grès (partie ancienne) et brique (parapet à frise d'arceaux reposant sur des corbeaux en ciment, refait lors des travaux de Duthoit). Le pont levis a été remplacé par une passerelle fixe en bois ; un escalier, sur la droite, donne accès aux douves, asséchées. Le château est de plan massé, composé d'un corps rectangulaire, à avant-corps rectangulaire, et cantonné de quatre tours circulaires. Construit en brique, il est formé de quatre niveaux, avec soubassement et premier niveau de l'avant-corps en grès ; la porte, dont l'arc porte la date 1401 ou 1404, est couverte d'un linteau sculpté (armories, leurres de la chasse au faucon). Un décor de brique émaillée, à losanges et croix de Saint-André, ceinture l'édifice aux deuxième et troizième niveaux. Meurtrières et archères-canonnières du soubassement sont conservées. Plusieurs baies d'origine ont été obturées.

château du Loir 59230 Sars-et-Rosières, propriété privée, ne se visite pas. Le château, incendié accidentellement en 1919, perd ses planchers, charpentes et toitures, qui n'ont pas été reconstitués depuis. Bonne nouvelle, l'édifice a été racheté par un couple enthousiaste, les travaux sont en cours, félicitations !

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

 
 
 
 
   
 
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
 
Copyright ©webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu     Tous droits réservés.