châteaux de France
             Accueil          Châteaux Val de Loire          Châteaux pour réceptions          Châteaux à l'abandon          Contact
 
 
 
 

 

 
Château de Compiègne
château de Compiègne

             L’origine de la résidence de Compiègne se confond avec celle de la monarchie et remonte à la dynastie mérovingienne. Après avoir changé plusieurs fois d’emplacement, ce séjour Royal trouva en 1380 sa localisation définitive: Charles V fit construire une forteresse qui connut des agrandissements successifs. Au XVIIIe siècle, Louis XV décida de reconstruire entièrement le château. De 1751 à 1788, l’architecte Ange Jacques Gabriel et Le Dreux de la Châtre, réalisèrent un des monuments les plus sobres de l’architecture néoclassique française. Après la Révolution, Napoléon Ier chargea l’architecte Berthault de remettre le château en état. Il y accueillit sa deuxième épouse, l’archiduchesse Marie Louise d’Autriche, en 1810. Après la chute du régime impérial en 1870, le château de Compiègne devint un musée national. Une politique de restitution des états historiques y est menée depuis 1945.

C’est en 1374 que Charles V, le "sage Roi" cher à Christine de Pisan, décide de faire bâtir un nouveau château, sur un terrain proche des remparts racheté aux religieux de l’abbaye Saint Corneille, à l’emplacement de l’édifice actuel. Compiègne n’est plus, à cette époque, la Carlopolis carolingienne, la "Byzance française", mais sous la monarchie capétienne, le château restera, avec ceux de Versailles et de Fontainebleau, l’une des trois résidences où le Roi se déplace avec son Conseil et où il gouverne. Charles VI y réunit les Etats Généraux en 1382. Henri IV y transfère la cour des Monnaies de 1590 à 1594. Il y prépare le traité de Vervins signé le 2 mai 1598, qui met fin à la guerre qui oppose la France à l’Espagne. Au début du règne de Louis XIII, un traité d’alliance entre la France et les Provinces Unies y est signé le 12 juillet 1624. Dans les Annales de la Diplomatie il porte le nom de traité de Compiègne.

château de Compiègne
château de Compiègne

Le 29 avril 1814, Louis XVIII et la duchesse d’Angoulême, fille de Louis XVI, sont accueillis au château de Compiègne par les maréchaux d’Empire. Le roi y prépare le rétablissement de la monarchie et reçoit une députation du Corps législatif.
Le 1er mai, le tsar Alexandre Ier vient au château pour recommander au roi le projet de constitution libérale élaboré par le Sénat. Les camps militaires organisés à Compiègne par les souverains français furent des manifestations à grand spectacle qui connurent un grand retentissement national, voire international. Ces manœuvres militaires étaient officiellement destinées à la formation des troupes et des chefs, et à l’éducation des princes, celui de 1698 fut le plus important, appelé camp de Coudun, organisé par Louis XIV dans le but d’instruire le duc de Bourgogne aux manœuvres de la guerre.

 
Il donna lieu à un spectacle éblouissant qui contribua au prestige de la France à l’étranger. Devenus une véritable tradition, ces camps se perpétueront jusqu’au milieu du XIXe siècle : de 1666 à 1847, il y aura en tout seize "camps de Compiègne". En août 1429, revenant de Reims où il avait été sacré en présence de Jeanne d’Arc, Charles VII fait une entrée solennelle à Compiègne et séjourne 12 jours au château. Il inaugure une tradition que respecteront la plupart des souverains ; celle de "La halte au château de Compiègne au retour du sacre". Le dernier roi sacré à Reims, Charles X, s’y conformera encore. Prélude à une union royale, le 14 mai 1770 eut lieu à Compiègne la première rencontre entre le Dauphin Louis Auguste, futur Louis XVI, et Marie Antoinette d’Autriche. Le mariage a été célébré à Versailles le 16 mai suivant.

château de Compiègne
château de Compiègne


Près de 40 ans plus tard, le 27 mars 1810, un scénario à peu près identique se répète : Napoléon Ier rencontre à Compiègne l’archiduchesse Marie Louise d’Autriche, nièce de la reine Marie Antoinette, et reproduit le geste dynastique accompli par Louis XV en 1770. C’est au cours d’un séjour qu’il effectue à Compiègne du 18 au 28 décembre 1852 que Napoléon III forme le dessein d’épouser Eugénie de Montijo, comtesse de Teba. Leur union eut lieu à Paris en 1853. Nombre d’unions princières furent célébrées à Compiègne, mais le seul mariage royal, dont le château fut le théâtre, fut celui de la princesse Louise Marie d’Orléans, fille du roi Louis-Philippe, avec Léopold Ier, roi des Belges, le 9 août 1832.

 
château de Compiègne, place du Général de Gaulle, 60200 Compiègne, tél. 03 44 38 47 02, ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf le mardi, fermé 1er janvier, 1er mai, 25 décembre et certains jours fériés.


Ce site recense tous les châteaux et manoirs de France, si vous possédez des documents concernant ce château, (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.

Licence photo©webmaster"B-E", libres de droit à condition de nous demander et citer la source. (1)

château de Compiègne
 
 
 

 

 
 
 

 

Nous remercions M. Vincent Tournaire du site http://webtournaire.com/paramoteurparapente.htm,
pour les photos aériennes (ci-dessous) qu'il nous a adressées. (photos interdites à la publication)
 
 
 
 
 

 
(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 

Copyright © webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu Tous droits réservés