châteaux de France
             Accueil          Châteaux Val de Loire          Châteaux pour réceptions          Châteaux à l'abandon          Contact
 
 
 
Château de la Grifferie

 

 

         Pour les périodes les plus anciennes, il faut associer l'histoire de la Grifferie à celle de la motte de Bouzeau située 500 mètres en aval. Au Moyen Age, la Grifferie dépendait de l'hébergement de Passau. Les seigneurs de Passau sont Geoffroy de la Grézille en 1343 puis Parceval de Couloyne époux de Jeanne de la Grézille en 1391. En 1457, Geoffroy du Bouchet, écuyer, seigneur de Passau, rend hommage pour la Grifferie. Jean de Bouchet, fils du précédent, vend tous ses biens en 1484 à sa soeur Guyonne du Bouchet. En 1486, Guyonne revend à Jacques de la Chevrière son beau-frère. Dans la première moitié du XVIe siècle, noble homme Louis de la Chevrié est sieur de la Grifferie près du Lude. En 1567, Pierre de la Chevrière est sieur de la Grifferie et archer de la compagnie de M. de Chavigny. En 1577, René Rousseau est sieur de la Grifferie. En 1632, Jean Couëtte écuyer sieur de la Grifferie et Jacques Couëtte sieur de la Roche de Vaas, écuyer vendent à Françoise Espinay veuve de défunt Guy Jacques vivant seigneur sieur de la Heurelière demeurant ville du Lude.

La terre, fief, seigneurie de la Grifferie composée de maison seigneuriale, cour, chapelle, fuye, jardins, terres, les métairies de Coustau, de l'Hommeau, la petite Grifferie et la Gaubruère. En 1668, la Grifferie appartient à François Jacques de la Hurelière qui donne la Grifferie à son neveu Henri Jacques de la Hurelière. En 1711, Henri Madelon de Jacques est chevalier seigneur de la Borde et de la Grifferie. En 1722, sa fille Marie-Anne Madeleine de Jacques de la Borde épouse Charles Vincent Barin marquis de la Galissonnière. En 1774, La Grifferie est un château bâti à la moderne composé de cinq fiefs : La Courante, le Breil, la Grue, Frémillonnière, et la Bourse-Grisière. En 1775, les Barin de la Galissonnière vendent la Grifferie à Jean-Baptiste-Marie Pihéry de Sivré, écuyer, trésorier des finances à Tours. Il meurt en 1817 et la Grifferie passe à sa nièce Marie Augustine Pihéry de Sivré veuve de François-Joseph marquis de Foucault. Les Foucault se succèdent au XIXe siècle. En 1883, Gustave de Foucault vend la Grifferie à Adrien Trophime Percheron de Monchy.

Le château de la Grifferie se trouve sur la rive droite du Loir entre le port de Roche-Bandée et la motte féodale de Bouzeau. Les dispositions actuelles du château datent pour l'essentiel du XVIIe siècle même si les propriétaires rapportent qu'il existerait, au centre de la cour, une cave (ou salle) voûtée d'ogives, vestiges d'un logis médiéval. Le parti de composition de l'ensemble château et dépendances connu depuis au moins les années 1673, présente une telle symétrie qu'il est difficile de ne pas envisager une seule campagne de construction ou reconstruction. Le logis simple placé entre cour et jardin est flanqué de deux pavillons. L'escalier primitif aurait été placé au centre. Au nord, deux ailes en retour bordent la cour séparée de la basse cour par un mur ou une grille. La basse cour ou avant-cour se déploie en fer-à-cheval. A la fin du XVIIIe siècle, le château adopte le style néo-classique et les jardins placés entre le logis et le Loir sont remaniés. Les pavillons du logis sont élargis, le comble est transformé en étage-attique et une balustrade couronne l'ensemble.

Le logis se compose alors de trois parties réunies par un portique sur chaque face. Il peut maintenant communiquer avec ses ailes en retour, l'escalier central est démoli et remplacé par deux escaliers latéraux et le centre de l'édifice est devenu un vaste et haut salon de réception. En 1776, la chapelle est transférée dans le pavillon de la cour, et la vieille chapelle est démolie pour dégager la vue sur le Loir. Le logis donne directement sur la grande terrasse qui se prolonge par les deux petites terrasses dites des Ormeaux et des Amandiers. Au bas de la pente, des douves limitent un jardin bas. Une orangerie est construite à l'ouest du château. En 1811, cet ensemble est bordé par le champ de muscat à l'ouest et le champ des figuiers à l'est. Entre 1811 et 1846, le nouveau jardin s'étend vers l'est, jusqu'au chemin qui va à l'abreuvoir. Vers 1840, un parc paysager est dessiné par l'architecte paysagiste Lebotteux du Mans. A partir de 1883, l'architecte Paul Déchard redonne au logis son aspect du XVIIe siècle en enlevant la balustrade et en faisant réapparaître les toits en croupe et pavillons.

 
château de la Grifferie 72800 Luché Pringé, éléments protégés MH : façades et toitures du château et des communs; les pièces suivantes avec leur décor: grand salon, petit salon, salle à manger et bibliothèque: inscription par arrêté du 24 juin 1976, propriété privée, visite des extérieurs uniquement

Ce site recense tous les châteaux et manoirs de France, si vous possédez des documents concernant ce château, (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
 
Propriétaire de cette demeure, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant par mail des photos pour illustrer cette page, merci.
 

 
 
 

 

 
 
 
 

 

 

 
(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 

Copyright © webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu Tous droits réservés