châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de la Raffinière à Brux
 
 

       D’après le Mémoire du sieur Barabé, Intendant du Marquis de Couhé-Vérac, rédigé en 1732, la maison noble de La Raffinière est située dans la paroisse de Brus et relève du château de Couhé à foy et hommage plain à dix sols de devoirs à mutation de seigneur et de vassal. Il paraît que cette maison est dans la famille des floury successivement de père en fils depuis l’an 1413 jusqu’à présent. On remarque que jusqu’en 1549 cette famille portait le nom et signait floury et que ce n’est que depuis 1574 qu’ils ont signé fleury et depuis 1607 de fleury. Le 19 juillet 1574, le Seigneur de Couhé concéda à Claude fleury escuyer Sr de La Raffinière le droit de fuye et garenne en échange de quoi il porte les devoirs à dix sols supplémentaires pour la ditte concession. Le 16 juillet 1601, le Seigneur de Couhé donna des lettres portant permission à Gabriel de Fleury de faire clore et fermer sa maison de La Raffinière de moyennes murailles non excédans 12 pieds de hauteur et 2 pieds d’épaisseur, de faire construire et édifier à un des coins de la ditte maison et joignant les Chambres du logis une tour Ronde de 25 pieds de hauteur de muraille de 3 pieds d’épaisseur par le bas… "de faire édiffier à l’autre bout du logis… une tour ronde de 27 pieds de hauteur de muraille, de 4 pieds d’épaisseur par le bas et de moins au haut à proportion raisonnable… et encore pour sa retraitte et deffence et suretté et des siens de faire construire à chacun des costés du portal et première entrée de sa ditte maison une petite tourette… sans toutefois que le dit fleury n’y les siens puissent faire aucuns fossez ou Douves autour de la ditte maison… et sans que pour raison de la ditte permission ils puissent prétendre à un plus grand droit de fief". En note, Barabé ajoute : "on est contrevenu à cette clause puisque par le dénombrement de 1671 on fait mention que la maison consiste en donjon, basse-cour close, fermée de tours, murailles et partie de fossez".
La chronologie des aveux et dénombrements, toujours selon le mémoire de Barabé, est celle-ci : Pierre Joubert dit de Fayolle : aveu de La Raffinière en 1411 à Jean de Mortemer, Seigneur de Couhé. Michea ou Micheau floury en 1413 à Jean de Mortemer. Jean Floury, escuyer, sieur de la raffinière en 1461-1491 à Philippe ou Philis de la Roche-Foucault, veuve Mortemer, et Guichard de Saint George. Hugues Floury en 1549 à Gabriel de Saint George. Claude Fleury, seigneur de La Raffinière, en 1574-1578 à Joachim de Saint George. Gabriel de Fleury, escuyer, en 1607-1617 à Gabriel de Saint George. Jean-Louis de Fleury qui a fait la foy et hommage le quatorze mars 1732 à César de Saint George de Vérac, Lieutenant-Général du Poitou, Chevalier des Ordres du Roi. Jean-Louis épouse le 28 février 1729 Madeleine Jourdain de Boistillé. Leur fils Gabriel-Philippe, dit le Marquis de Fleury, fait raser l’ancien logis et fait construire à sa place une demeure beaucoup plus confortable, le château tel qu’on peut le voir aujourd’hui (ou à peu près).
Ruiné par cette très onéreuse construction et surtout par la perte d’un catastrophique procès qui l’avait opposé à ses cousins Fleury- Beauregard et Fleury-Lhoumède, il dut, en 1784, laisser saisir la Rafinière et tous ses biens à son principal créancier, César d’Hémerie, chevalier, Sr de la Martinière qui le revendit à Auguste Prévot de Sansac de Traversay, Lieutenant des Vaisseaux du Roi. Le 2 septembre 1786, la maison fut reprise sur celui-ci en vertu du retrait lignager par le comte Jean-Marie d’Orfeuille, proche parent de Gabriel-Philippe. Elle passa ensuite quelques années dans la famille Pandin Romefort, puis au Général Rivaud , dont on connaît les beaux et honorables services, et auquel Napoléon 1er donna le titre de comte de La Rafinière, que jadis Jean de Fleury avait porté. Quant à Gabriel-Philippe, il finit ses jours à une date inconnue, dans une maison du tout proche hameau du Roty et dans laquelle les murs étaient encore revêtus de belles boiseries Louis XVI. Les propriétaires actuels racontent que le marquis, à sa mort, avait donné cette maison à leurs ancêtres, sans doute pour l’avoir recueilli. (1)


château de la Raffinière 86510 Brux, l'édifice, au toit à pans brisés, est couvert d’ardoise. De plan rectangulaire, il présente sur une façade un avant-corps central en très légère saillie et, sur l’autre façade, un avant-corps central polygonal en saillie plus prononcée. Au milieu d’un beau parc, La Raffinière représente un bel exemple de construction classique du XVIIIe siècle, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci. Nous remercions chaleureusement Monsieur Philippe de Fleury pour l'historique qu'il nous a adressé afin de réaliser cette page.

A voir sur cette page "châteaux de la Vienne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
   
 
 


(1)
       Source : Mémoire et observations sur les maisons nobles, relevans du chasteau et marquisat de COUHE-VERAC avec les cronologies des propriétaires desdits fiefs et maisons. ENSEMBLE l’inventaire des titres qui prouvent la mouvance dyceux mis en cet ordre par le sieur Barabé, intendant des maisons et affaires de Monsieur le marquis de vérac, 173 (ms Registre 196, Archives Départementales de la Vienne).

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.