châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Messignac à Adriers
 
 

            L'histoire de Messignac est liée pendant près de quatre siècles à la famille Bonnin, dont on connaît la présence à la tête de l’importante seigneurie de Montreuil-Bonnin dès le XIIIe siècle. Joubert Bonnin semble être le premier représentant de la branche de Messignac. Premier écuyer du roi Jean-le-Bon, il fut tué près de lui à la bataille de Poitiers en 1356. Leurs armes, d’argent à la croix ancrée de sable, sont encore présentes dans les armoiries des Bonnin de Fraysseix. De l’ancien château féodal, il ne reste que le plan carré, sur une motte artificielle ceinturée de douves. Sur cet emplacement fut créé au XIXe siècle un jardin à la française, aux parterres de buis répartis symétriquement autour du puits de la cour d’origine. Colbert de Croissy, dans son rapport de 1665, précise que René, marquis de Messignac, ne laisse à sa mort en 1664 que trois filles à marier. C’est Jean-François Bonnin de Chalucet, son frère, qui lui succède comme chef de la maison de Messignac. Le fils de ce dernier, Armand-Louis, évêque de Toulon, s’illustra lors du siège de 1707, par son courage sur les remparts et par ses dons aux pauvres. Dès la fin du XVIIe siècle, la terre est passée à une autre famille d’ancienne chevalerie, les Bonnet, seigneurs de Lorberie et de Messignac, qui entreprennent, semble-t-il, la construction du château actuel, juste à côté de l’ancien.
Formé d’un large corps de logis à deux avant-corps latéraux, le château s’impose par des proportions tout à fait harmonieuses, tant côté cour, à l’est, que côté jardin, où l’architecte a mis à profit la déclivité du terrain en agrémentant la façade d’une terrasse réunissant les deux arrière-corps. Construite sur une cave voûtée en berceau, la maison présente une élévation à deux étages surmontés d’un comble en surcroît. La toiture est formée de deux versants à pente raide rejoignant les toits à croupes des corps latéraux. La charpente, composée de cinq enrayures, laisse dégagée la superficie totale du comble. Celui-ci est éclairé sur chaque façade par cinq lucarnes aux linteaux délardés en arc et sculptés de motifs champêtres. Le bâtiment principal est jouxté à droite d’une dépendance appelée "châtelet", abritant le four à pain et l’habitation des domestiques. L’allée d’accès, longue de 80 mètres, est bordée de deux bâtiments, en partie du XVIIIe siècle, mais complétés entre 1811 et 1817 pour y loger les écuries et les voitures. En 1734, Messignac passe par mariage à la famille Vallin, encore présente à Messignac en 1796 en la personne de Marie-Louise-Françoise Vallin, veuve de Messire Henri Guyot. Dès 1710, les Bonnet avaient confié la gestion des terres à une famille alliée, les Lauradour.
En 1806, Louis-Pierre Lauradour-Ponteil rachète Messignac, et s’attache, jusqu’en 1824 (date figurant sur le linteau de la porte d’entrée), à restaurer le domaine, tandis qu’il remanie totalement la distribution et l’aménagement intérieurs du château. Les bâtiments fermiers sont complétés, et durant toute la seconde moitié du XIXe siècle, Messignac est considéré comme une ferme modèle. La vie à Messignac jusqu’en 1908, date de la mort d'Emile-Jean-Baptiste Duclos, petit-fils de Louis-Pierre Lauradour, nous est bien connue grâce à une abondante correspondance familiale. Celle-ci fait irrésistiblement penser à l’atmosphère décrite par Alphonse de Chateaubriant dans Monsieur des Lourdines. Tandis que la ferme subsiste, la maison reste à l’abandon tout au long du XXe siècle. Sa remarquable charpente permet toutefois, entre 1940 et 1945, de mettre à l’abri des convoitises allemandes les selles du prestigieux Cadre Noir de Saumur. Les actuels propriétaires s’attachent à restaurer Messignac, demeuré dans la même lignée depuis deux siècles, et a lui redonner vie. (1)

château de Messignac 86430 Adriers, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de la Vienne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   
 
   
 
 


(1)
    Extrait de Châteaux, Manoirs et Logis Vienne, en vente sur http://patrimoines-et-medias.pagesperso-orange.fr

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.