châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Piffonds (Yonne)
 
 

       La première trace écrite date de  mai 1361 lorsque le Roi décharge Guichard d'Ars, bailli de Sens, des poursuites en dommages-intérêts dont il est l'objet. Nommé par le Régent capitaine de la ville et du bailliage de Sens, le bailli, informé que le roi d'Angleterre et le prince de Galles occupaient, non loin de Sens, les lieux de Régennes et de la Malicorne, convoqua plusieurs nobles du voisinage, experts en l'art de la guerre, visita avec eux les villages et forteresses des environs et, sur leur avis, ordonna la démolition de ce qui pourrait servir à l'ennemi d'asile ou de lieu de ravitaillement. Ainsi furent détruits les monastères de Sainte-Colombe, Saint-Jean, Saint-Pierre-le-Vif et Saint-Rémy près Sens, le petit Hôtel-Dieu, l'église des Cordeliers et la plus grande partie des faubourgs de Sens, les maisons-fortes de Piffonds, Pradelles et Villefranche, les moulins des religieux de Saint-Jean de Jérusalem à Cerisiers ainsi que ceux de l'abbaye de Dilo à Theil, les deux forteresses de la Chapelle-sur-Oreuse dont l'une relevait de l'abbé de Sainte-Colombe et l'autre de Gautier Chatorat. Le bailli ne peut être tenu responsable de toutes ces ruines faites dans l'intérêt public.
Le château avait primitivement un plan de forme trapézoïdale, avec une entrée sur la façade Est. Il ne reste aujourd'hui que la façade est, la façade nord et une tour à l'angle sud-ouest appelée le Colombier Il existait des fossés qui étaient alimentés et contrôlés par un système de vannes et de canaux, qu'un vaste étang de sept hectares remplissait d'eau. Ces fossés ont disparu peu après 1820, pour être remplacés par des cours et des jardins, comme ce fut le cas pour les fossés de Villeneuve-sur-Yonne. Cependant, on peut voir une trace d'un fossé au niveau de la façade Nord, puisqu'il faut gravir quelques marches pour atteindre le chevet de l'église qui se situe en face de cette façade. La façade Est possédait un pont-levis à flèches, visible par l'emplacement des deux longues rainures. En effet, un système de poulie permettait d'ouvrir ou fermer l'accès au château, en tirant deux chaînes de fer qui glissaient à travers ces rainures. L'entrée est voûtée en plein cintre. A droite de cette entrée, on observe un petit passage réservé aux piétons, voûté en plein cintre également, et qui possédait son propre petit pont-levis. La rainure située au dessus de ce passage pour piéton nous prouve bien l'existence de ce dernier. Au dessus de notre entrée, une fenêtre centrale a remplacé la bretèche à archère et qui assurait la défense de la porte. La façade Est conserve sa belle charpente en forme de carène de navire renversé qui date de la reconstruction du bâtiment du XVe siècle. La partie la plus au Nord de cette façade Est accueille aujourd'hui la mairie. Si l'on se fie au plan de Pierre Babillon, la façade Est s'étendrait sur 44 mètres, et si l'angle Nord-Est est assez droit, on constate un désaxement du mur à partir du pont-levis qui donne au château sa forme trapézoïdale
 La partie Nord s'étend quant à elle sur une cinquantaine de mètres, et offre au visiteur le plus beau vestige de ce château. Il s'agit d'une façade imposante composée de deux tours d'angle et de deux tours centrales, dont la hauteur atteint les 18 mètres. Elles entourent une poterne, c'est à dire une porte dérobée donnant sur les fossés, qui s'ouvre sur la droite d'un pavillon central de deux étages. Sur le flanc de ces deux tours centrales, des archères sont disposées pour la sécurité de ce passage. Au niveau du premier étage les deux tours centrales se rétrécissent au dessus d'une solide corniche qui les ceinture. Toute cette description est plus facile à comprendre à l'appui du dessin de Victor Petit ci-dessous. Depuis les réaménagements de 1844, la tour de droite communique à chaque étage avec l'aile Nord-Ouest. Les ouvertures condamnées prouvent qu'elle se rattachait primitivement au pavillon central. La tour de gauche, quant à elle, fut transformée en escaliers et desservait depuis le vestibule voûté, tous les appartements de notre pavillon central. Cet escalier primitif en pierre a été remplacé par un escalier de bois, formé de contre-marches de carreaux de terre cuite. Sur certaines de ces contre-marches vernissées, on a retrouvé des motifs de fleur de lys du XVe siècle. La tour d'angle Nord elle aussi, contenait un escalier à vis. On observe sur notre façade Nord la trace d'une tourelle d'encorbellement accrochée à gauche de la tour centrale de gauche, qui semblait desservir une bretèche toujours visible. Elle n'a pas de pendant à droite de la tour, et sa nature unique et autonome peut paraître quelque peu intrigante dans une architecture où la symétrie est un élément plutôt recherché. Malheureusement, une fenêtre en brique a dénaturé cette construction dont nous ne connaissons pas la fonction exacte: s'agissait-il d'un aménagement de type défensif, ou tout simplement d'une latrine exposée au dessus d'un fossé.
La poterne est voûtée en arc brisé, et elle fut plusieurs fois remaniée. Les deux ouvertures assez étroites qui éclairent le premier et le second étage au dessus de cette poterne ne semblent pourtant pas avoir été retouchées. On ne peut pas en dire autant en ce qui concerne les ouvertures de cette façade compte tenu des grandes fenêtres modernes qui la percent sur tout son long et dénaturent complètement l'architecture militaire féodale de l'époque recherchée. Au regard de certaines sources, ce pavillon central muni de ses archères au rez-de-chaussée et de sa bretèche, pourrait bien être une reconstruction à partir des bases de l'ancien donjon primitif du XVe siècle. La façade Ouest a totalement disparu et nous avons peu d'informations la concernant. Elle se terminait par un haut pignon en escalier dont le robuste dispositif devait permettre de protéger les toitures et de soutenir le système défensif composé de hourds et de courtines. Ces courtines devaient permettre d'accéder à la Grosse tour appelée le Colombier. Il s'agit d'une grosse tour de dimensions imposantes, environ six mètres de diamètre avec un mur d'un mètre d'épaisseur. Sa poutre verticale mobile est datée de 1472. On aperçoit à un peu plus de la moitié de sa hauteur une première corniche horizontale, puis une seconde vers le sommet et une troisième qui borde ce sommet. Elle possède encore une salle basse sur les anciens fossés, et de longues et minces archères sont encore visibles, ainsi qu'une serrure primitive. La façade Sud a eu plusieurs emplacements. Dans le plan primitif, elle devait relier la façade Est au colombier, qui servait alors de tour d'angle (Sud-Ouest). Nous ne savons pas si le plan de cette façade fut respecté lors de la reconstruction du château au XVe siècle. Cependant, une reconstruction plus tardive a été entreprise : on désaxa alors la façade Sud de son axe primitif. Cette construction fut appelée "Château neuf". Elle possédait une nouvelle tour Sud-Ouest (censée avoir la même fonction que l'ancien Colombier) qui fut détruite en 1844 par son propriétaire lors du démembrement du château. Malgré cette destruction, on sait qu'un système de courtines la reliait au gros Colombier. En effet, on relève des traces de cette courtine à la base même du colombier, ce qui nous permet d'affirmer son existence.
Pour résumer, notre château avait la forme d'un trapèze et des traces nous permettent d'affirmer qu'un système de courtines et de hourds en bois faisait le tour de ses murailles, pour permettre aux défenseurs d'accéder rapidement aux différentes tours. La cour formée par ces murailles se présentait large et vaste, des trottoirs avaient été pavés tout au long des murailles, et l'on trouvait en son milieu la margelle du puit seigneurial, avec sa haute crosse de fer forgé et sa poulie de cuivre, élevée comme un monument. Cinq vastes baies en plein cintre ou en arc surbaissé et aux angles chanfreinés, éclairaient les salles du rez-de-chaussée des salles du pavillon central et de l'aile Nord-Ouest. A l'intérieur les salles sont aujourd'hui réaménagées en bureaux annexes de la mairie, située elle-même sur la façade Est, et seule la description des Affiches de Sens est à même de nous donner une idée de l'intérieur. Il s'agit d'un établissement composé d'une trentaine de pièces, et qui, comme pour son aspect extérieur, a évolué en fonction des époques. L'entrée se fait par l'ancienne poterne, et nous arrivons dans une salle voûtée de six croisées d'ogives, soutenues par deux colonnes centrales. Une vaste cheminée chauffe la pièce, et à sa droite, deux portes s'ouvrent pour la suite de la visite. La première permet de rejoindre la salle basse de la tour, et la seconde conduit vers trois salles de l'aile Nord. Ces salles sont voûtées en plein-cintre et se succèdent le long d'un couloir, également voûté en plein-cintre et donnant sur la cour par une grande baie, jusqu'au mur Nord-Ouest. Il faut aller jusqu'à la dernière salle pour emprunter l'escalier à vis situé dans la tour d'angle, pour arriver au premier étage. De retour dans le vestibule d'entrée, nous accédons aux cuisines, et à des salles annexes formant des arrières cuisines ou des salles de réserve. Ces dernières donnent sur les fossés Nord. Puis, une autre porte mène à la salle à manger et au salon. On peut penser que l'aménagement de ces pièces est postérieur au XVe siècle, compte tenu de l'usage moderne qui en est fait. En effet, nous savons que la pièce couverte de boiserie et qui sert en 1819 de salon, était en réalité une chambre, distinguable par la présence d'une alcôve et d'un cabinet sur un pan de mur. Il était possible de rejoindre la tour d'angle par une petite porte dérobée. La pièce occupant cette tour d'angle, d'1m40 de diamètre, était munie de rayons de rangement, et servait probablement de petite bibliothèque.
Une inscription de 1700 portant l'écu de France, a été retrouvée sur la cheminée, ce qui nous confirme l'aménagement moderne de ce salon. Nous pouvons accéder également au premier étage par un escalier de bois situé dans un vestibule attenant au salon. En empruntant cet escalier, nous trouvons à gauche une première chambre, qualifiée par l'auteur de "belle chambre à feu avec glace et cabinet adjacent". Ensuite, nous passons par une salle aménagée en salle de billard à l'époque moderne, se trouvant juste au dessus du grand salon. Elle possède également une grande cheminée et une pièce annexe dans la tour, voûtée sur une croisée d'ogives. Un long couloir tout le long de l'aile Nord, permet de relier cette salle de billard et l'escalier de la tour d'angle Nord, mentionné dans la description extérieure. Le long de ce couloir, on accédait à sept appartements, dont celui du maître de maison qui occupait la place en face de l'escalier du pavillon central. Ce long couloir est une création typique du XVe siècle. Ce qui est amusant ici, c'est de voir la différence d'époque entre l'aménagement des pièces du rez-de-chaussée et du premier étage. Le rez-de-chaussée observe le même plan au sol que le château primitif du XIIIe siècle. A cette époque, on ne connait pas l'usage des couloirs et on fait se succéder les pièces, les unes après les autres. Il faut passer par la première et la seconde pour se rendre à la troisième pièce. Au XVe siècle, on invente le système de couloir qui dessert les différentes pièces. Comme il n'existe pas de plan au sol pour le premier étage, l'architecte de ce château du XVe siècle a utilisé la nouvelle méthode du couloir. Ainsi, nous pouvons voir l 'évolution de l'aménagement intérieur d'un château, grâce à l'exemple de Piffonds, entre le XIIIe et le XVe siècle. Au deuxième étage, accessible par l'escalier du pavillon central, la même disposition des chambres est opérée, et les deux appartements centraux sont réservés au maître, tandis que les autres sont mis à disposition des domestiques.
En traversant la cour, nous atteignons la façade Sud : le "château-neuf". Cette partie est attribuée au gérant principal qui supervise le travail de tous les domestiques du château. On y trouve une dizaine de pièces réparties entre le rez-de-chaussée et le premier étage. Parmi ces pièces se trouve une vaste cuisine avec four, qui sert de lieu de réunion lors des repas entre tous les domestiques. Le château de Piffonds, tant par son aménagement intérieur que son aspect extérieur, nous offre un bel exemple d'une place forte du XVe siècle, avec une forte influence du plan d'origine du château primitif. En effet, l'appartenance au domaine royal a permis au village de Piffonds de se voir construire un château imposant. A la fin du XVe siècle, il n'y a plus autant de danger que pendant les guerres du XIIIe et XIVe siècle. Les fortifications sont en majorité plus ostentatoires que sécuritaires, et nous entrons sensiblement dans l'époque des grands châteaux résidences qui doivent être imposants et beaux pour montrer un certain pouvoir et un certain confort. Si en règle générale, les fortifications des châteaux du Moyen Age servent plus à dissuader qu'à faire la guerre, ici, on en vient même à quitter la dissuasion pour n'être qu'un symbole de confort, de richesse et d'aisance. Avec Piffonds, on quitte la période des forts médiévaux pour voir l'arrivée toute proche des grands châteaux de la Renaissance. (1)

Éléments protégés MH : le château en totalité : inscription par arrêté du 10 décembre 1925.

château de Piffonds 89330 Piffonds, propriété de la commune, visite des extérieurs uniquement.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photo©webmaster B-E,
photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.
A voir sur cette page "châteaux de l'Yonne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 château de Piffonds  Yonne château de Piffonds  Yonne 
château de Piffonds  Yonne 
 château de Piffonds
 
   
 
 


(1)
 source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.