châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Logis de La Bussière (Vienne)
 
 

 Le fief de La Bussière relevait de la baronnie d'Angles. La tour d'escalier paraît la partie la plus ancienne du manoir et pourrait dater du XVIe siècle (de tradition, elle daterait de l'époque de Jeanne-d'Arc). L'aile nord-est a été remaniée mais présente des éléments de gros œuvre, des encadrements d'ouvertures et une cheminée qui pourraient être contemporains de la tour. L'aile nord-ouest, reliant les deux ailes précédentes, a été ajoutée au 18e siècle, mais pourrait avoir été construite sur les vestiges d'un bâtiment antérieur. L'ajout de ce bâtiment a provoqué la fermeture de plusieurs ouvertures sur les deux ailes anciennes, dont une fenêtre à meneaux, dont on distingue encore les vestiges, sur l'aile sud-ouest. L'aile sud-ouest a été en partie reconstruite au 18e siècle, en 1752 selon la date inscrite au-dessus d'une porte côté cour. Ces travaux sont entrepris par la famille de La Bussière, propriétaire du domaine jusqu'en 1826. De 1826 à 1857, le manoir appartient au général de Laage de la Bretollière, puis à sa fille Émilie, épouse de Jean-Baptiste du Vigier, qui le cède en 1857 à Alexandre Arnault de la Ménardière par adjudication. A la mort de ce dernier, ses héritiers le vendent, en 1866, à Léon François Joubert dont les descendants le possèdent actuellement. Ce dernier aménage le parc et effectue de nombreuses plantations. L'aile sud-ouest a été largement remaniée au XIXe siècle. L'élévation sud-ouest, qui présente un ressaut sur le plan cadastral de 1826, a été reconstruite de façon rectiligne. Les encadrements des ouvertures ont été modifiés et certains linteaux en arc segmentaire ont été remployés en appuis. La pierre datée 1752 a également été remployée lors de ces travaux. Dans les années 1860, selon le propriétaire, l'escalier en bois de la tour d'escalier a été remplacé par un escalier en pierre et plusieurs portes ont alors été modifiées. Selon les matrices cadastrales, une écurie et une remise ont été construites en 1901 par François Joubert. Il s'agit probablement des dépendances situées sur l'aile nord-est. La porte charretière de cette dépendance, quadrangulaire sur les photographies de 1975, a été modifiée, avec un couvrement cintré, lors de ces dernières années. Plusieurs baies anciennes murées, dont une à encadrement chanfreiné, ont été découvertes en 2012 lors d'une réfection de l'enduit de l'élévation sur cour de l'aile sud-ouest. Ces baies anciennes prouvent une transformation totale de l'aile au XVIIIe siècle avec une modification importante des niveaux.
Le logis est situé dans le bourg de la Bussière, au sud-ouest de l'église. Il est composé de trois ailes disposées sur les côtés d'une petite cour, formant approximativement un plan en U. Les bâtiments comprennent deux niveaux et sont couverts en tuile plate. Une tour d'escalier, demi hors-œuvre, est positionnée à l'angle des ailes sud-ouest et nord-ouest, dans la cour. Son plan présente deux angles droits côté cour et une forme arrondie à l'opposé. La portion arrondie est notamment visible à l'intérieur du bâtiment. La porte d'entrée, qui est la porte principale du logis, est percée sur sa face sud-est. Ses pierres d'angles sont arrondies. La tour est éclairée par deux fenêtres à encadrement chanfreiné, l'une au sud-est pour le premier étage, l'autre au nord-est pour le second. Le niveau supérieur de la tour, percé de trois petites baies précédées d'un appui saillant, servait probablement de pigeonnier. Un toit en pavillon couvre la tour. A l'intérieur, un escalier en vis en pierre, à double révolution, permet l'accès à l'étage et au comble de l'aile sud-ouest par l'intermédiaire de cinq portes à encadrement chanfreiné. Deux portes communiquent avec le rez-de-chaussée. L'une présente un décor peint, simulant une mouluration sur l'ensemble du chambranle et figurant les armoiries de la famille de La Bussière sur le linteau. Deux portes ouvrent sur l'étage et, au second étage de la tour, une autre porte permet d'entrer dans le comble. Un plafond en bois, percé d'une trappe, sépare la cage d'escalier du niveau supérieur, qui servait de pigeonnier. L'aile sud-ouest, divisée en deux par un mur de refend, présente deux travées d'ouvertures côté cour et cinq travées sur l'élévation opposée. Les baies sont larges et régulières et certains appuis sont des remplois de linteaux taillés en arc segmentaire. De même, l'appui d'une fenêtre sur le mur latéral nord-ouest est un remploi de linteau de baie ou de cheminée orné d'une accolade. A l'étage, les vestiges d'une fenêtre à meneaux et à mouluration prismatique sont visibles à l'intérieur de l'aile nord-ouest. Cette baie, murée et remplacée par une porte, était percée sur l'élévation nord-est avant que l'aile nord-ouest soit construite.
L'aile nord-ouest, construite en retour d'équerre, comprend un portique au rez-de-chaussée. Ouvert sur la cour par deux grandes arcades en plein cintre à clef saillante, il est couvert d'un plafond en bouzillis, mélange de paille et de terre. A l'étage, une pièce reliant les deux ailes principales est éclairée par des fenêtres surmontées d'un linteau en arc segmentaire. Une porte murée prouve que cette aile communiquait autrefois directement avec la tour d'escalier. Côté cour, une lucarne aménagée dans le comble présente un linteau également taillé en arc segmentaire. L'aile nord-est est un long corps de bâtiment comprenant des pièces habitables au nord-ouest et des dépendances au sud-est. Côté cour, deux portes à encadrement chanfreiné, dont une présente un linteau refait, ouvrent sur les pièces habitables. Deux fenêtres à encadrement chanfreiné éclairent le rez-de-chaussée. L'une d'elles est une ancienne fenêtre à meneau en partie obstruée depuis la construction de l'aile nord-ouest. A l'étage sont percées deux grandes baies à appui saillant, piédroits chanfreinés et linteau taillé en arc segmentaire. Une fente verticale et une autre fenêtre couverte en arc segmentaire sont situées sur l'élévation opposée. A l'intérieur, cet espace est divisé en quatre pièces alignées. Deux d'entre elles communiquent par une porte à encadrement chanfreiné. Une immense cheminée, dont la hotte s'appuie sur un mur de refend et sur une grosse poutre transversale, chauffe la pièce principale. Côté cour, un contrefort soutient la poutre de la cheminée. Cette pièce comprend une petite cavité dans le sol qui serait, selon la tradition orale, un ancien départ de souterrain. Deux cheminées, au rez-de-chaussée et à l'étage, sont adossées au mur latéral nord-ouest. Les dépendances sont accessibles par diverses ouvertures côté cour, certaines rectangulaires, d'autres couvertes en plein cintre. La cour est recouverte d'un ancien pavage en pierre, révélé par de récents travaux. Un grand jardin, composé d'arbres (cèdres, charmilles, ginkgos, hêtres pourpres, zelkovas, cyprès chauves), de topiaires de buis, d'allées et d'un labyrinthe s'étend au sud du manoir. A l'extrémité de l'allée principale, à l'est, un portail comprend deux piliers en pierre surmontés d'amortissements.

logis de La Bussière 86310 La Bussière (La Sicaurie), propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de la Vienne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   

 

   
 
 


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.