châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de chateauneuf-en-Auxois
 
 

     Première mention vers 1176-1179, lorsque Jean Ier de Châteauneuf, fils de Jean de Chaudenay, avec l’accord et les louanges de son père, de sa mère, du prévôt Guy et son frère Thibault, donne aux cisterciens la moitié de la combe d’Aubaine pour un cens de trois sous. Cette donation imite celle de Guy, sire de Vergy, aux mêmes frères cisterciens. Elle se fait en présence de plusieurs témoins : le frère cellérier Jean, les convers Ivar et Aymon et d’autres frères cisterciens, ainsi qu’Odon de Lambre, son fils Galon et Hugues son frère, Renaud de Beaune, Pierre, Robert d’Argilly, le prévôt de Châteauneuf Guy, Landry de Muille et Guy de Vergy. Notification par le duc de Bourgogne Hugues III, que Jean de Châteauneuf cède à l’abbaye de Cîteaux ses droits à Thorey-sur-Ouche sur les récoltes, les prés et les bois, à l’issue d’une querelle les opposants. Les religieux ne doivent pas couper de bois dans ces forêts sans son assentiment ou de celui de ses gens, ils pourront y chasser le petit gibier, mais Jean de Châteauneuf se réserve sangliers et cerfs. Ce dernier abandonne tous les droits qu’il conteste depuis longtemps aux cisterciens dans la combe d’Aubaine, sous réserve de bornage et moyennant un cens annuel de trois sous. Les cisterciens pourront prendre dans la forêt le bois nécessaire pour la construction de leurs chariots. Enfin, Jean de Châteauneuf leur permet d’élargir le chemin qu’ils avaient tracé et il permet aussi que les bergers de Cîteaux prennent du bois pour faire leurs abris et pour se chauffer, mais non pour construire, ces dernières concessions étant faites pour le repos de l’âme de ses parents et de ses ancêtres. Cet acte fut fait en 1181, sur sollicitation de Jean de Châteauneuf, en la présence du duc de Bourgogne, de plusieurs moines cisterciens et laïcs dont un certain Guy, prévôt de Châteauneuf.
Le 31 octobre 1354, testament de Pierre, seigneur de Châteauneuf, Villaines-les-Prévôtes et Thorey-sur-Ouche, chevalier. Il donne à Gui, chevalier, son aîné, le château et la ville de Châteauneuf avec la justice, fiefs et arrières fiefs, le moulin Guillaume, la Borde de la Montagne, la ville de Quemigny, la garde du prieuré de Maison-Dieu sous Châteauneuf, la ville de Vandenesse, la ville de Villaine-lès-Prévôtes, la garde de la maison de Fontenay près de Villaine, ses droits sur Champdoiseau et Quemigny. Simon et Ponce, les puînés, sont héritiers du surplus qu'ils tiendront en fief de leur frère. S'ils veulent se séparer, Simon aura la terre de Thorey-sur-Ouche, et Ponce prendra le bois des Roches près de Buisson, tous les droits sur Collonges, Vergy, Messanges et Reulle, la maison forte de Créancey avec le fief et l'arrière fief de Saint-Basile. Le 10 novembre 1366, comptes de Guillaume de Clugny, bailli d'Auxois : "à Charboneaul de Semur le Xe jour de novembre pour pourter lettres clouses à Til, à la Moute de Toisey, à Misery, à Charny, à Arconcey, à Bouhes, à Chastelneuf, à Poilley, à Aguillei, à Saint Buri, à Saint Thibaut et à Lée d’Avrés à pluseurs nobles seigneurs des forteresses, de faire bon gait et bone garde et auxi pour pourter mandement overs pour faire crier de par le roi nostre sire et de par Monseigneur le duc que nuns nobles ne partissient du pais ne du royaulme de France". Information en 1439 contre les seigneurs de l'Auxois qui ont favorisé les écorcheurs. Jehan Conteur, de Montigny-lez-Montfor, rapporte que quand les écorcheurs étaient autour de châtelneuf, il se retira à Montbard.
Le 14 janvier 1457, don par le duc à Philippe Pot, seigneur de Thorey, des châtel terre et seigneurie de Châteauneuf-en-Auxois, acquises au duc par confiscation sur dame Catherine de Châteauneuf, dame dudit lieu, exécutée à mort pour avoir fait mourir par poison messire Jacques de Hassonville son mari. Octroi à Philippe Pot d'une foire à Châteauneuf en 1459. Philippe Pot construisit en 1481, du temps de nos ducs, le château tel qu'il est, excepté une tour qu'on dit avoir plus de 500 ans : l'enceinte des murs et les portes ne furent achevées que sous Louis XI. J'ai vu, dit Paillot, par toute la maison avec l'ordre de la toison d'Or, sa devise tant L vaut, avec trois cimeterres, encore sur la cheminée de la grand'salle et à l'entrée du château, avec l'Ordre de Saint Michel. Chapelle sous le vocable Notre-Dame fondé en 1481 (dotée de 30 livre parisi). Vers 1460-1500, hommage rendu par Girard de Brazey pour la terre d'Écutigny à Guillaume de Marbeuf, châtelain de Châteauneuf, procurateur de Philippe Pot. La forteresse ayant été incendiée en 1507, fut rebâtie peu de temps après. Le 19 décembre 1543, mainlevée à François de Montmorency, seigneur de La Rochepot et de Châteauneuf, de la saisie de Châteauneuf comme relevant du domaine du roi. En 1581, arrêt rendu sur la requête de Madeleine de Savoie, veuve d'Anne, duc de Montmorency, portant que ladite terre de Châteauneuf a été adjugée par arrêt du parlement de Paris à Philippe de Rochepot, aïeul maternel dudit feu duc en 1460.
Témoignage lors d'un procès en 1591 contre le sire de Villeneuve. Jacques de Livernin, capitaine du château de Molinot pour le Maréchal d'Aumont, dépose que, le 7 août dernier, alors qu'il était en la basse-cour du château, 10 à 12 soldats armés de pistolets et d'épées sortant du parterre et jardin du château par la porte entrant dans la cour, se sont jetés sur lui et sur deux autres qui l'accompagnaient (il accuse le curé de Molinot de leur avoir donné les clefs de la basse-cour) et le menèrent de force à la maison forte de Châteauneuf où ils les enfermèrent en des prisons closes et basse-fosse si sales et si villaines qu'à peine ils pouvaient supporter l'infection qui en sortait, et, en cet état, les ont retenus pendant sept semaines, exerçant sur eux plusieurs cruautés, pour les contraindre à rançon pour le sieur de Villeneuve, commandant pour la Ligue au château de Châteauneuf. Arrêt en 1649 qui condamne certains habitants de Vandenesse à contribuer aux réparations des fortifications du château, appartenant à Charles de Vienne, comte de Commarin, dans les limites de l'ordonnance rendue par le duc Jean-sans-Peur. En 1695, aveu et dénombrement de la baronnie de Châteauneuf donné par Jeanne Marguerite Bernard, femme d'Henri de Vienne, comte de Commarin, baron de Châteauneuf. En 1869 Joanne note que le château de Châteauneuf, construit par la famille Pot, qui occupait des emplois élevés dans la cour ducale, est une somptueuse demeure du XVe siècle.
Le village de Châteauneuf est un bourg castral construit sur la pointe sud d'un éperon dominant la vallée de la Vandenesse ; le château, vaste bâtisse fortifiée reconstruite à la fin du XVe siècle, se dresse sur le côté occidental de la pointe de l'éperon. Il est constitué d'une enceinte allongée, flanquée de cinq tours rondes et de trois ponts-levis de dates différentes. Cette enceinte contient un donjon rectangulaire, deux corps de logis de la fin du XVe siècle et une chapelle, tous ces bâtiments s'adossant aux courtines. Le château est défendu à l'est par un fossé précédé d'un glacis, au sud par un fossé et un parapet de contrescarpe, et à l'ouest par des terrasses. Les irrégularités du plan semblent s'expliquer par la fusion de deux cours distinctes : au nord, une cour ancienne triangulaire garnie d'une tour à chaque angle : le donjon rectangulaire au nord, la tour gauche du pont-levis à l'est, la tour du logis principal à l'ouest. Cette cour s'ouvrait par un pont-levis à balancier aujourd'hui muré, bâti entre ces deux premières tours. Au sud, une cour carrée postérieure, dont le niveau de sol a été plusieurs fois remonté, était cantonnée des deux tours précédemment citée aux angles nord, et de deux tours en fer à cheval aux angles sud. Au nord, le donjon a une emprise au sol de 10 x 12 m, et une hauteur d'environ 20 m côté cour et 24 m côté terrasse. Les baies les plus anciennes sont d'une part deux fenêtres jumelles à arc surbaissé côté terrasse, d'autre part une série de huit fenêtres de tir (deux sur chaque face) sous la corniche. Plusieurs de ces fenêtres ont été bouchées, par des conduits de cheminées ou des bâtiments contigus ; les fenêtres de tir dominant la cour ont été débouchées lors des fouilles de 1995 : on y a découvert deux systèmes de fermeture successifs : d'une part des tourillons de huchette à l'extérieur du linteau, d'autre part des tourillons de mantelet sur le tableau extérieur de l'embrasure.
Au nord du donjon, au droit de sa façade occidentale, une tour de même hauteur, d'emprise au sol plus réduite, vient épauler le donjon. Son rôle est double : d'une part, un mur de refend perpendiculaire au mur du donjon montre que cette tour a eu un rôle de contrefort ; d'autre part, une archère surplombant le fossé oriental indique qu'elle servait aussi à flanquer la courtine orientale. Cette courtine était couronnée d'un chemin de ronde en encorbellement côté cour dont ne subsistent plus que les corbeaux ; elle est percée de deux canonnières à double ébrasement et fente de visée verticale. (Sauf indication contraire, toutes les canonnières du château sont de ce type). Au milieu de cette courtine, une tour carrée hors-œuvre dont le sommet a été arasé au niveau du sommet des courtines, et qui abrite actuellement les toilettes, porte les traces d'un pont-levis archaïque à balancier. Sa façade est ouverte d'une porte charretière murée large de 2,10 m, munie de feuillures de 17 cm, et dont la partie haute est détruite. Sous cette porte, une rainure longue de 2,12 m et large de 70 cm semble le logement du contrepoids. À l'aplomb de cette rainure, dans l'empattement taluté taillé dans la roche, une encoche garde la trace du pont dormant. Cette tour-porche est enfin défendue sur chacun de ses flancs par une petite archère. Au sud de la cour triangulaire, les deux tours flanquantes offrent un certain nombre de caractères similaires : elles n'ont pas de cave, sont garnies d'archères (la tour occidentale en a gardé trois, la tour orientale n'en a qu'une, transformée en cheminée, puis en canonnière), et sont couvertes de toits coniques. Néanmoins, la tour occidentale seule est construite en moyen appareil, et semble pour cela faire corps avec le corps de logis qu'elle flanque. Au milieu de la façade est du château, l'accès se fait actuellement par un porche garni d'une porte charretière à arc surbaissé, d'une porte piétonne à gauche, de trois rainures de flèches de pont-levis, et surmonté d'un blason bûché. Le parapet crénelé qui régnait sur l'ensemble a disparu.
Le pont-levis est encadré à gauche par une tour ancienne précédemment décrite dont les archères ont été remplacées par des canonnières, et à droite par une tour semi-circulaire extérieurement identique à la première, mais bâtie sur cave, et vraisemblablement plus moderne (fin du XVe siècle). Côté cour, la tourelle de gauche est desservie par un escalier en vis dans une tourelle à pan coupé hors-œuvre, et celle de droite par un escalier identique en-œuvre en façade. Les angles sud du château sont garnis de deux tours en fer à cheval hors-œuvre, comprenant chacune un étage de cave voûté en cul de four à orifice zénithal et trois canonnières, un rez-de-chaussée voûté à trois canonnières, et deux étages habitables avec cheminées et fenêtres à coussiège, actuellement en ruines. Entre ces deux tours, la façade sud du château s'ouvre d'un troisième pont-levis à porte charretière en arc brisé et porte piétonne rectangulaire à gauche, trois rainures et un blason bûché. Ce pont-levis s'ouvre au nu de la façade, sans tour-porche ; il est construit en moyen appareil, comme la façade, et flanqué de part et d'autre de deux canonnières à ébrasement ovale et chambre de tir interne, qui semblent plus récentes que les autres canonnières du château. Sur les montants de la porte piétonne, des encoches de garde-corps montrent que cette porte a été utilisée, ce que confirme les trois piles de pont qui la précèdent. En revanche, la porte charretière n'a ni pile de pont, ni encoche de garde-corps : elle n'a jamais été mise en service, ce qui est normal puisqu'elle s'ouvre à 3 m environ au-dessus du niveau de la contrescarpe. La cour est occupée par trois bâtiments. Au nord, le logis principal s'appuie sur le donjon et la courtine occidentale ; construit entièrement en moyen appareil, il est flanqué côté terrasse par une tour semi-ronde précédemment décrite, et côté cour par une tourelle octogonale demi-hors-œuvre dissimulant un escalier en vis ; ses larges croisées, ainsi que la distribution intérieure, ont été mis au goût du XVIIe siècle. Au droit de ce bâtiment, au nord, la chapelle est un bâtiment rectangulaire indépendant. L'espace de quelques mètres laissé vaquant entre la nef et la courtine a été fermé pour y construire diverses remises ; l'intérieur est couvert d'une voûte de bois, et décoré de fresques sévèrement restaurées au XIXe siècle. Enfin, dans l'angle sud-est, le logis dit de Philippe Pot, éternellement en restauration, est très similaire au logis principal, à l'exception de la tourelle d'escalier, ronde et en-œuvre en façade, et couronnée d'une lanterne sur le toit.

Éléments protégés MH : le château en totalité : classement par arrêté du 10 décembre 1894

château de Châteauneuf 21320 Châteauneuf-en-Auxois, tél. 03 80 49 21 89. ouvert au public, visites du 15 mai au 14 septembre de 10h à 12h et 14h à 19h. Du 15 septembre au 14 mai de 10h à 12h et 14h à 18h, fermé les lundis. Le bourg de Châteauneuf-en-Auxois est classé parmi les plus beaux villages de France à visiter également. La plupart des bâtiments sont ouverts au public ; le donjon du XIIe siècle, la tour carrée dans laquelle on entrait à l’origine par une porte située au premier étage accessible par une échelle, le logis de Philippe Pot du XVe siècle, le grand logis du XVe siècle à l'architecture gothique, les tapisseries des Flandres, les appartements, le mobilier médiéval, les pièces du XVIIe siècle, dont les ornements de façade s’apparentent à ceux de l’ancien palais ducal de Dijon. La tour sud du XIVe siècle et son appareillage militaire surplombant la vallée, la chapelle avec ses carreaux vernissés, ses peintures "à la détrempe" du XVe siècle, représentant les douze apôtres et le Christ.


Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Licence photo©webmaster B-E, photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.

 
 
 
 
château de Châteauneuf en cote d'or château de Châteauneuf-en-Auxois château de Châteauneuf cote d'or
 
 
château de Châteauneuf château de Châteauneuf château de Châteauneuf château de Châteauneuf
 
 
 
château de Châteauneuf château de Châteauneuf château de Châteauneuf château de Châteauneuf-en-Auxois
 
 
château de Châteauneuf-en-Auxois château de Châteauneuf-en-Auxois château de Châteauneuf-en-Auxois château de Châteauneuf-en-Auxois
     
   
 
 

(1)       source: CeCaB, Université de Bourgogne, châteaux forts de Bourgogne: cecab-chateaux-bourgogne/publications-cecab.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.