châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château Lascombes
 
 

  L'origine de Lascombes est liée à la châtellenie de Blanquefort détenue par la famille Durfort de Duras au XIVe siècle. C'est Jean de Lascombes, fils d'Antoine de Lascombes, qui donne son nom à ces terres de Segonnes. L'ascension sociale de cette famille de parlementaires bordelais se traduit par le mariage de Jean, le 26 août 1679, avec Louise de Rauzan, fille de Pierre Desmesures de Rauzan et Jeanne Moncourier. Et le 22 juillet 1681, il achète à Marie de Raymond, veuve du Bourgeois de Bordeaux François Freychinet, le domaine de Segonnes à Margaux pour 12000 livres. Jean, qui est d'abord procureur du roi au Parlement de Bordeaux par héritage de son père, devient procureur du roi en l'Amirauté de Guyenne et siège à la Table de marbre du palais de la dite Amirauté. En 1728, son fils également dénommé Jean hérite du domaine qui est au milieu du XVIIIe siècle divisé entre ses quatre enfants : Pierre Ogier, Jean-François, Jean Pierre Ogier et Anne. En 1760, la moitié du domaine de Segonnes est vendue à Georges Ainslié : s'agit-il de l'actuelle chartreuse de Segonnes ? Est-ce ce partage qui a entraîné la construction d'une autre demeure, aujourd'hui correspondant au château Lascombes ? Le 13 thermidor de l'an IV (31 juillet 1796), une maison et 31 journaux de vignes sont vendus comme biens nationaux à Jacques Bonie. Au début du XIXe siècle, le domaine de Lascombes passe entre les mains de négociants, Walter Johnston puis Jean-Baptiste Loriague. Le 2 juillet 1844, Louis Anselme Hue devient propriétaire du Domaine de Lascombes par adjudication judiciaire, qui revient par la suite à sa fille, Marie Hue, épouse Petit.
L'ensemble est remanié et agrandi dans la deuxième moitié du XIXe siècle : Gustave Louis Chaix d'Est-Ange, célèbre bâtonnier, Vice-Président du Conseil d’Etat, sénateur et Grand Officier de la Légion d'honneur, achète le domaine le 13 septembre 1867. A sa mort, son fils, Gustave Gaspard Chaix D'Est-Ange, en hérite. Des travaux sont confiés à l'architecte Louis-Michel Garros, qui propose un projet dans un style néo-anglais, habituellement daté de 1875. Les travaux se sont peut-être déroulés en deux temps : la chartreuse d'origine aurait été doublée sur la façade nord-ouest avec l'ajout d'une tourelle (peut-être en 1875?) ; puis une chambre et une bibliothèque sont ajoutées à l'ouest. Les travaux sont probablement interrompus en 1887, à la mort de Gustave Gaspard Chaix d'Est-Ange, ce qui explique l'inachèvement du pavillon sud-est (pierres d'attente). Par ailleurs, la déclaration de succession datée du 7 novembre 1887 indique que "la valeur de cette propriété autrefois considérable est réduite à une importance moindre" à cause du phylloxéra. En 1889, le domaine est aux mains de Jean-Jules Théophile Chaix d'Est-Ange, puis en 1923, du comte Emmanuel du Bourg de Bozas. En 1952, la société appartient à Alexis Lichine. En 1971, l'ensemble est vendu à un groupe anglais, Bass Charrington. Le vaste cuvier est construit en 1986 puis restructuré sur quatre niveaux en 2001, époque à laquelle le domaine est racheté par le groupe américain Colony Capital...
Situé dans le quartier de Segones et entouré d'un parc, le château est accompagné des bâtiments de vinification et de logements secondaires. La façade nord est composée de dix travées irrégulières et marquée par un avant-corps formant pignon à redents auquel est accolée une tour polygonale demi-hors-œuvre. Sur le rez-de-chaussée sont greffées des extensions, l'une donnant accès au vestibule, l'autre surmontée d'un toit terrasse avec un garde-corps à motifs polylobés donnant accès à la cuisine. Les baies du rez-de-chaussée présentent des formes variées (bow window, à traverse et meneaux, allèges avec tables décoratives, plates-bandes surmontées de tores, accolades). A l'étage, elles sont traitées de manière régulière avec un encadrement en pierres de taille harpées. La tour composée de trois niveaux est ornée de faux mâchicoulis. Les lucarnes présentent des frontons triangulaires à redents avec un motif de rond sculpté. La façade sud, inachevée, est composée d'un avant-corps formant pignon à redents sur lequel vient se greffer une tourelle circulaire avec des pierres d'attente, correspondant au pavillon prévu par Louis-Michel Garros mais jamais réalisé. Un rez-de-chaussée couvert d'un toit terrasse à balustrade est greffé sur le volume principal. Il est ouvert de larges baies en arc segmentaire et chambranle mouluré. La toiture du corps de logis est dotée de lucarnes, l'une d'elles étant traitée en baie géminée. Les pignons découverts présentent des redents. Le pignon oriental est aveugle exceptées deux baies qui encadrent le conduit des cheminées traité en ressaut. Le pignon occidental est percé en rez-de-chaussée d'une large baie à trois meneaux et traverse, à l'étage de deux baies à linteau droit mouluré et à accolade, surmontées d'une baie géminée. Un écu avec un lion dressé et couronné est sculpté au-dessus de la fenêtre du rez-de-chaussée. Les souches de cheminée sont en pierre de taille et présentent une forme polygonale.
A l'intérieur, les tours n'abritent pas d'escalier : celui-ci, en bois, est situé au centre du bâtiment. Les anciens chais abritent aujourd'hui des locaux techniques (chaufferie, atelier, local du jardinier). Le nouveau chai est un vaste bâtiment de onze travées, la travée centrale formant pignon. A l'intérieur a été aménagé un espace accueillant les meilleures bouteilles du domaine. L'ensemble de style néoclassique est éclairé d'une lumière bleutée. Au sud-ouest se trouve le cuvier organisé selon quatre niveaux : le sous-sol avec cuves enterrées, le deuxième niveau avec la zone de tri, le troisième niveau avec les cuves en inox et en bois et le quatrième niveau permettant l'accès au haut des cuves. Un autre bâtiment abrite les machines permettant le conditionnement et l'expédition des bouteilles. Un logement secondaire de plan carré et couvert de tuiles plates présente des façades composées de trois travées, celle au centre formant pignon. Les encadrements de baies, les bandeaux, les jambes et chaînes d'angle sont traitées en pierre de taille. Le bâtiment, ayant peut-être abrité des écuries, est traité en rez-de-chaussée avec du moellon, le reste des maçonneries étant enduit. Ce bâtiment est doté d'une tour carrée et couvert de tuiles plates. Le parc qui se développe au nord du château est accessible par un portail à piliers maçonnés. Statues et bancs agrémentent cet espace arboré.

château Lascombes 33460 Margaux, Lieu-dit : Segones, tel. 05 57 88 70 66, propriété viticole.


Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de Gironde" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   
 
 
 
   
 

(1)    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.