châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château Pontet Canet
 
 

   Canet est acquis le 23 juin 1757 par Jean-Pierre Pontet, écuyer, ancien secrétaire du roi, garde des sceaux à la cour des aides et finance de Guyenne, major général des troupes garde côte du Haut Médoc. Il est également propriétaire du domaine de Langoa à Saint-Julien-Beychevelle. Au milieu du XVIIIe siècle, les bâtiments se composent d'une maison de quatre chambres, d'un chai, d'un cuvier et de quelques bâtiments agricoles. En 1780-1781, le fils de Jean-Pierre Pontet, Bernard, fait appel à l'architecte François Lhôte dont des plans sont conservés aux Archives municipales de Bordeaux. Ils montrent les modifications demandées par le commanditaire à l'architecte, concernant notamment le remplacement d'un perron par une porte d'entrée avec un portique permettant d'"y remiser un cabriolet ou toute autre voiture". Le rez-de-chaussée garde donc des proportions de niveau de soubassement permettant l'accès à un vestibule puis à l'escalier intérieur pour accéder aux pièces de l'étage noble, contrairement au projet initial où un escalier extérieur à double volée donnait directement accès à l'étage noble. En 1825, le cadastre ancien indique une maison avec perron, complétée d'un vaste bâtiment à l'arrière et d'autres constructions organisées autour d'une cour en U. Sur ce plan, ainsi que sur la représentation de Gustave de Galard vers 1835, on remarque que le corps principal de logis et le logement secondaire sont indépendants ; ils sont en revanche reliés le croquis de Stahl au milieu du XIXe siècle vers 1868; la demeure présente un toit longs pans et à croupes et un fronton nu au-dessus de la travée centrale.
En 1865, Jean-Christian-Herman Cruse rachète le domaine aux héritiers de Pontet. L'architecte Albert Labbé est chargé en 1882-1883 de la reconstruction du péristyle du château. La toiture du pavillon annexé au sud-ouest du château est détruite puis refaite en juillet 1890. Un attique en pierre dure avec les mêmes balustres que ceux du pavillon au nord du château est réalisé. Deux illustrations des éditions de l'ouvrage de Cocks et Féret de 1874 et 1893 permettent de mesurer les changements apportés à la demeure et aux chais. D'après des factures conservées dans les archives du château, des travaux sont réalisés en 1892 sous la direction de l'architecte Simon Édouard Émerit auquel on attribue la salle à manger du château, le cuvier, le chai neuf, une cour intérieure couverte d'une charpente métallique disparue et remplacée aujourd'hui par un chai, le logement du régisseur dans la cour au-dessus des bureaux, l'annexe sud du château et le logement du concierge à l'entrée du parc. L'ancienne charpente couverte de tuiles creuses de la demeure est remplacée par une toiture brisée en ardoise ouverte de lucarnes, réalisée par le couvreur Jacques Duprat de Pauillac. Des motifs sculptés sont ajoutés sur la façade par le sculpteur Courbatère (fronton, agrafes des fenêtres et lucarnes). Des vitraux sont commandés auprès de Chauffrey à Bordeaux pour l'escalier du château. Pour le jardin, Herman Cruse fait appel à William Fau, horticulteur, architecte, paysagiste à Bordeaux. L'orangerie date peut-être du XVIIIe siècle, elle semble apparaître sur le cadastre ancien reliée à un autre bâtiment aujourd'hui détruit. Le logement du gardien à l'entrée du parc a été construit en 1892, selon les plans d'Émerit réunis dans un carnet conservé au château.
La demeure, accompagnée de bâtiments de dépendance, présente sa façade principale à l'est, donnant sur un jardin. On distingue un corps de logis principal à étage carré et étage de comble, couvert d'une toiture en ardoise brisée et un corps de logis secondaire, relié à l'élévation nord du logis principal par une annexe dotée à l'étage d'une verrière. Le logis secondaire présente un étage carré surmonté d'une balustrade dissimulant la toiture à croupes couverte de tuiles creuses. Le corps de logis principal présente une façade de cinq travées, la travée centrale formant un léger avant-corps traité en bossage continu et couronné d'un fronton cintré sculpté d'un motif de cuir découpé et de palmes. Un portique est greffé sur la travée centrale, soutenu par des colonnes d'ordre toscan et formant une terrasse sur laquelle ouvre la porte-fenêtre en plein-cintre du premier étage. Le rez-de-chaussée peu élevé et aux murs fruités est traité à la manière d'un niveau de soubassement, avec un bossage en continu. Les fenêtres du premier étage sont dotées d'un châssis de tympan, d'un chambranle à crossettes et d'agrafes sculptées à motifs de coquille. Les lucarnes cintrées présentent également des agrafes sculptées. La façade latérale sud est également composée de cinq travées et rythmée des mêmes types de fenêtres et de lucarnes que la façade principale.
Les façades nord et ouest sont en partie occultées par les bâtiments qui leur sont accolés : au sud-ouest, une annexe présente des ouvertures en triple baie et une balustrade d'attique. Le corps de logis secondaire, au nord, présente cinq travées de baies à plates-bandes ; le rez-de-chaussée est séparé de l'étage par un bandeau médian. Les intérieurs n'ont pas été visités ; on peut se rapporter à la description précise et aux plans réalisés par Catherine Sarraute dans son étude. On relève notamment la présence d'un vestibule avec une voûte en anse de panier et des pièces voûtées d'arêtes ; en 1878, il servait de salle de billard. L'orangerie située au nord de la demeure s'ouvre au sud par une série de sept ouvertures vitrées, séparées par des pilastres à ordre toscan. Une corniche à denticules est surmontée d'un attique en pierre ajouré de tuiles. La façade est, en pierre de taille, présente une baie en plein-cintre aveugle. A l'est du jardin, l'entrée du domaine est marquée par le logement du gardien : la maison en rez-de-chaussée surélevé est accessible par un perron avec auvent et garde-corps en bois ; une niche est ménagée dans le soubassement pour le chien. Le gros-œuvre est en pierre de taille et le soubassement traité en moellons rustiques. La toiture débordante présente des aisseliers en bois sculpté et ajouré.

château Pontet Canet 33250 Pauillac, tel. 05 56 59 04 04, propriété viticole.


Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant un historique détaillé et des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de Gironde" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   
 
 
 
   
 

(1)    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.