châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château Pomys
 
 

   Les mentions les plus anciennes de Pomys ou Poumeys remontent à la fin du XVIIe siècle, dans l'inventaire après décès de Guy de Maniban, président de la Cour des Aydes, daté du 3 janvier 1689. Il avait acquis des biens à Saint-Estèphe en 1676, parmi lesquels peut-être Poumeys. Lors de l'inventaire après décès de Guy, ses biens sont visités et expertisés, notamment "la maison de Poumeis" : y sont mentionnés "un vestibule, une chambre à main gauche , la chambre où logeoit feu Monsr, l'antichambre, la cuisine, le cuvier avec 6 cuves, un parq avec trois bœufs, le chay et un grenier". Sa fille, Marthe, épouse le 10 janvier 1673 à Bordeaux, Raymond de Lacoste, seigneur d'Estournel en Quercy. C'est Alphonse de Maniban qui hérite de Poumeys au début du XVIIIe siècle. Puis en 1758, lors d'un partage, Guy Destournel de Maniban, petit-fils de Raymond de Lacoste et de Marthe de Maniban, est bénéficiaire de Poumeys; à sa mort en 1791, son fils Louis Gaspard Destournel en hérite. Dans la première moitié du XIXe siècle, Louis Gaspard Destournel fait reconstruire le château de Pomys ; son nom est resté lié au cuvier orientalisant qu'il fait également édifier à Cos, mais il résidait à Pomys. Les bâtiments de dépendance sud, et notamment le hangar, portent la date 1845. C'est probablement à cette période qu'il engage d'importants travaux à Pomys. Les motifs sculptés des pavillons du jardin et de la tour crénelée sont très proches du décor de Cos d'Estournel ; on trouve également sur la tour nord les armoiries de la famille d'Estournel. Les augmentations et diminutions du cadastre indiquent la construction achevée de deux pavillons en 1849 (qui sont imposés en 1867, alors que Charles Martyns est propriétaire). Dans un ouvrage daté 1850, la demeure est ainsi décrite : "Pomys une blanche villa italienne, calme et douce, à moitié perdue au milieu de ses jeunes ombrages. Terrasses, colonnades, jardins anglais, fontaines jaillissantes dans leurs frais bassins de marbre, prairies, vergers, parc immense ". Les travaux ont peut-être été conduits par l'entrepreneur de bâtisses Guillaume Escarraguel, dit Escarraguel père. En 1852, Louis Gaspard Destournel vend à Charles Cecil Martyns, rentier, demeurant à Paris, Hôtel Bristol, représenté par Jérôme Chiapella, négociant, les domaines de Cos d'Estournel, de Pomys, de l'Abbaye de l'Isle à Ordonnac, de Cos Gaston Labory et de Bidouilloux.
Le domaine de Pomys s'étend alors sur environ 62 hectares dont 29 hectares de vignes et est composé "d'un château de construction récente, de vastes bâtiments d'exploitation, jardin anglais, garenne, cour, écuries, remises, vignes, prairies, terres labourables, oseraies, bois taillis et de haute futaie, pacage et chemin". M. Martyns laisse "jouir M. Destournel pendant sa vie mais à titre de simple droit d'habitation de toute la partie du château de Pomys qui se trouve au midi, à partir du vestibule qui reste commun ainsi que la cuisine actuelle établie dans la partie nord dont l'usage sera aussi commun avec droit de passage dans le corridor intérieur pour arriver à cette cuisine". Une lithographie représentant le château appartenant à Mr. C. C. Martyn, montre l'état du château et de ses jardins à l'est : on remarque que la demeure n'est pas dotée à cette époque de lucarnes ; les deux pavillons carrés présentent des toitures galbées agrémentées de clochettes, identiques aux pavillons de Cos d'Estournel ; au centre du jardin, un jet d'eau est entouré de bosquets, des allées sont ménagées avec des ponts. Les augmentations et diminutions du cadastre ancien mentionnent l'augmentation de construction du château en 1866 : Charles Martyns a donc sans doute opéré des modifications sur la demeure. En 1869, les domaines de Pomys et de Cos sont rachetés par la famille Errazu. Le château est alors remanié, notamment les lucarnes qui portent l'initiale E de la famille. Un plan du château et de ses bâtiments d'exploitation est dressé en 1886. Le domaine passe en 1889 à MM. Hostein, frères, propriétaires du château Montrose ; puis en 1894 à Louis Charmolue, marié à une demoiselle Hostein.
Le domaine de Pomys est situé à l'est du hameau de Leyssac. Il se compose d'une demeure donnant sur un jardin à l'est et sur une cour à l'ouest, délimitée par des bâtiments de dépendance (viticoles au nord et agricoles au sud). Élevé d'un étage, le château présente deux façades au décor soigné et sur lesquelles sont greffés des portiques, de plan rectangulaire à l'ouest, semi-circulaire à l'est, larges de trois travées. Le traitement des façades est similaire, composées de sept travées, les travées aux extrémités étant délimitées par une jambe à bossage. Un bandeau médian ainsi que le bandeau formé par les appuis des fenêtres du premier étage règnent sur l'ensemble des façades. Les fenêtres de l'étage présentent des chambranles moulurés et sont surmontées de corniches. Une corniche à modillons souligne la toiture brisée en ardoise percée de sept lucarnes de chaque côté. Ces lucarnes présentent un fronton cintré couronné d'un décor sculpté de grappes de raisin, de rinceaux, de coquilles, de fruits ; certaines d'entre elles portent l'initiale E de la famille Errazu. Le décor des portiques est également particulièrement soigné : le portique à l'est est formé de huit colonnes à chapiteaux de type corinthien à palmes avec un gorgerin orné d'un quadrillage avec fleurettes ; à l'ouest le portique est composé de 6 colonnes à chapiteaux toscans soutenant un balcon à balustrade. Côté jardin se trouvent trois tours, deux de plan carré et une de plan polygonal.
Les deux tours de plan carré sont disposées symétriquement de part et d'autre de la façade est du château. Elles présentent la même mise en œuvre, construites en pierre de taille avec au premier niveau un bossage continu en table, et au deuxième niveau un appareillage en pierre de taille marqué. Les chaînages d'angle sont traités avec un bossage adouci aux angles. La tour sud abritait semble-t-il un puits : le décor des tables sculptées fait référence à cette thématique aquatique avec la représentation de dauphins adossés de part et d'autre d'un trident. A l'étage, les fenêtres sont surmontées de tables décoratives en plein-cintre sculptées de feuillages et de joncs. Une corniche à modillons couronne l'ensemble du pavillon ; la tour nord présente des tables cintrées ornées de vases, de fleurs et de palmes à l'étage et de tables rectangulaires avec double guirlande de fruits avec rubans au rez-de-chaussée. Cette tour, dotée d'une cheminée, abritait, d'après le plan de 1886, un bureau. La tour de plan octogonal présente un traitement différent dans la mise en œuvre de la pierre de taille et dans la sculpture du décor. Ici les bossages qui soulignent les angles ne sont pas adoucis ; les encadrements des jours percés sur trois niveaux (rectangulaires au rez-de-chaussée, ovales au premier étage, à crossettes et accolade renversée au deuxième étage) présentent une sculpture fouillée de feuillages, de guirlandes de fleurs, de volutes. La tour est couronnée d'une frise de rinceaux avec motifs de ruches, de modillons et de créneaux également sculptés. La porte d'entrée est surmontée d'armoiries sous forme d'un écu portant trois étoiles avec un chevron, encadré de volutes et souligné d'une guirlande végétale ; les têtes d'un lion et d'une licorne, une ancre et une pagaie complètent l'ensemble. Le parc qui se déploie à l'est du château est planté d'arbres ; une butte artificielle et un kiosque ont été aménagés. Au nord, le jardin potager était accompagné d'une orangerie aujourd'hui en ruines. L'ensemble était clos d'un mur en moellons et de piliers de portail maçonnés.

château Pomys 33180 Saint-Estèphe, tel. 05 56 59 73 44, hôtel restaurant, visite du chai sur rendez-vous.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photos©webmaster B-E : les
photos ci-dessous sont interdites à la publication sur Internet, pour un autre usage nous contacter.
A voir sur cette page "châteaux de Gironde" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
château Pomys   Saint-Estèphe château Pomys   Saint-Estèphe  
 
 
 
   
 

(1)    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.