châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château Langoa et Léoville-Barton
 
 

 La chartreuse de Langoa aurait été construite en 1758 par Bernard de Pontet. Son fils, Pierre-Bernard de Pontet la vend en 1821 à Hugh Barton. Le domaine consiste alors "en maison de maître à plusieurs pavillons, écurie, remise, logements de paysans et d'hommes d'affaires, chais, cuvier, caves voûtées, parcs à bœufs et à vaches, granges et autres bâtiments de servitudes, cours, parterres, jardins, fontaine, vivier, lavoir, charmilles, garenne à l'entour du principal manoir ; le tout formant une contenance de trois hectares quarante neuf ares quatre vingt douze mètres carrés ou onze journaux ancienne mesure". En 1826, Hugh Barton agrandit ses possessions avec l'acquisition d'une partie du domaine de Léoville. Deux domaines cohabitent donc, Langoa et Léoville-Barton. Le plan cadastral de 1825 représente les bâtiments organisés autour de deux cours, disposition qui a été conservée jusqu'à nos jours. Une augmentation de construction du château est mentionnée en 1865 dans les matrices cadastrales. En 1880, une maison est démolie correspondant à une aile de la cour des dépendances. Les témoignages iconographiques représentent le château tantôt façade est (dans l'ouvrage de Cocks en 1874), tantôt façade ouest (dans l'ouvrage d'Alfred Danflou en 1867 et dans celui de Charles de Lorbac vers 1868). La cour des bâtiments de vinification, notamment le cuvier et le chai contigu, date probablement de la deuxième moitié du XVIIIe siècle.
Une description précise du cuvier dit "ancien système", en rez-de-chaussée, est donnée par Paul Ferrouillat dans son ouvrage de 1896. Il attribue la construction de ce dernier à l'architecte bordelais, Gérand. Le logement situé à l'ouest de la cour semble également dater du XVIIIe siècle avec ses baies à arc segmentaire (sur la façade ouest) et la vaste cheminée abritant deux fours à pain. Un bâtiment figurant au centre de la cour sur le plan cadastral de 1825 a été détruit au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. L'aile sud a subi de nombreux remaniements à la fin du XXe siècle avec l'aménagement de bureaux. Un petit cuvier inox a été installé ainsi que des chais, dont le chai Thomas construit en 1990 en hommage à Thomas Barton, fils d'Anthony Barton décédé accidentellement. Une salle de dégustation a été aménagée à la fin du XXe siècle dans la partie orientale du cuvier. Certaines ferrures du XVIIIe siècle ont été conservées (porte donnant accès à l'actuelle salle de dégustation). Le jardin a subi plusieurs remaniements : la partie basse, située à proximité d'un ancien vivier, était utilisée comme potager et verger, comme semble l'attester l'album photographique d'Henry Guillier. Le domaine est complété par un ensemble de bâtiments de dépendance (ferme) construits de l'autre côté de la route par l'architecte G. Gérand en 1880.
La demeure, en rez-de-chaussée surélevé, est composée d'un corps principal de logis dont la façade orientale présente sept travées. Les trois travées centrales forment un avant-corps surmonté d'un comble à surcroît ouvert d'oculi et couvert d'un toit en pavillon en ardoise. Ce corps de logis est flanqué de deux pavillons de plan carré, larges de trois travées et couverts d'un toit à longs pans et croupes brisés. Les toitures des pavillons sont dotées de lucarnes en plein-cintre, tandis que l'ensemble des baies sont en arc segmentaire. Deux corps de bâtiments encadrent enfin l'ensemble. Ils sont surmontés d'une balustrade et sont ouverts de fenêtres à chambranles moulurés à crossettes. Une terrasse avec un escalier à double volées donne accès au jardin en contrebas. Le niveau de soubassement de la demeure abrite les cuisines et les chais. Deux ailes en retour, en rez-de-chaussée, forment une cour en U délimitée par un mur de clôture et un portail à piliers. Au sud, l'aile communiquant avec la cour des bâtiments de vinification abrite le chai et le cuvier bois. Ces deux bâtiments communiquant sont toutefois séparés par un espace sur toute leur longueur. L'aile nord devait abriter des écuries et des logements secondaires. Si la façade postérieure de la demeure reprend le même ordonnancement que la façade principale, on note toutefois que les pavillons n'ont que deux travées et que l'escalier d'accès et la terrasse se limitent au corps central.

château Langoa et Léoville-Barton 33250 Saint-Julien-Beychevelle, domaine viticole, tel. 05 56 59 06 05, visites sur rendez-vous, ouvert du lundi au jeudi.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant un historique détaillé et des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de Gironde" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
   
 
 
 
   
 

(1)    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.