châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château d'Arras
 
 

 Mentionné pour la première fois en 1260 dans un acte faisant état du Bayle du château, le Castet-Nau d'Azun voit son architecture se lier à ses occupants. On ne saurait donner une date précise de fondation, mais nous pouvons faire un lien avec la commande de Centulle III compte de Bigorre, qui en 1175 fait élever le château de Vidalos. Le château d'Arras n'était pas encore érigé mais étymologiquement, l'appellation Castet-Nau, pour "château neuf", y trouve sa justification en tant que nouvel édifice. On peut donc présumer que le donjon central et son enceinte sont les éléments alors en place en 1260 et que leur élévation est postérieure à 1175. Ceci est confirmé par le style architectural adopté ainsi que par les monnaies trouvées sur site et remontant à la seconde moitié du 13e siècle. La documentation ne permet pas pour l'instant de préciser le commanditaire du château. Quoiqu'il en soit, il est sous tutelle comtale puis devient possession des rois de France jusqu'au traité de Brétigny. En 1360, la forteresse est laissée au parti anglais et en sera la propriété jusqu'en 1404, date du siège orchestré par Jean de Bourbon, comte de Clermont. La deuxième phase de construction se situe alors à cette bascule historique. Au tournant du XIVe et du XVe siècle, le château entre dans un contexte militaire où sa défense jusqu'ici passive devient un enjeu politique. C'est la phase de remaniement qui laisse le plus de traces aujourd'hui. Il n'est cependant pas encore évident de pencher pour un remaniement anglais ou français. La bâtisse est redevenue possession française et en 1426 lorsque Jean de Foix Grailly en fait don à Bernat de Coarraza, le Castet-Nau d'Azun obtient son premier seigneur particulier. Les historiens Raymond Ritter et Gaston Balancie remarquent le remaniement de la structure. La courtine est surélevée, le chemin de ronde est agrémenté d'un crénelage et une tour carrée, massive, imposante et adossée à l'enceinte, vient compléter le donjon primitif. Concernant la datation, il est difficile là encore d'être très précis. Au vu de la morphologie du remaniement, remonter à la fin du XIVe ou au début du XVe siècle est justifiable, ceci dit, ce serait trop s'avancer que de choisir entre un aménagement opéré par le parti anglais ou bien français. En effet, dire si le renfort de cette structure sur le plan défensif se fait en prévention du siège de 1404 ou en réponse est délicat, dans l'actuel des connaissances. Quoiqu'il en soit, Bernat de Coarraza en devient le premier seigneur particulier. Vicomte de Lavedan, sa famille en conserve la garde jusqu'en 1733 pour la laisser à celle de Palarin. En 1757 c'est la famille de Palaminy qui reprend l'édifice. Il faut alors souligner que cette famille, aussi à la tête du château de Laloubère serait une branche descendante des Castet-Nau. La forteresse médiévale se retrouve, dès la fin du XVIIIe siècle, exploitée en propriété agricole, l'enceinte devient une étable et la tour carré un fenil. Ruiné et abandonné depuis des siècles, des corbeaux et autres éléments ont servi au XIXe siècle à la restauration de la tour de Vieuzac à Argelès. Il avait disparu sous la végétation quand, en 1996, un archéologue de Lourdes a décidé de le racheter pour le restaurer scrupuleusement. Beau travail sous le contrôle des Bâtiments de France.
Implanté à flanc de montagne, dans la vallée menant d'Argelès-Gazost aux pentes du col du Soulor, le Château d'Arras-en-Lavedan suit une politique d'occupation du territoire visant à protéger le passage vers le Béarn et l'Aragon. En parallèle il borde la route empruntée pour aller sur le Plateau du Bergons, véritable grenier nourricier de la vallée. La bâtisse se caractérise par un donjon enclos d'une enceinte utilisant la déclivité naturelle pour optimiser sa protection. Il s'agit d'un élément de défense passive intégré à la logique de gouvernance du territoire. L'enceinte, chaînée à ses angles par des pierres de taille, simplement percée d'une entrée principale et d'une poterne, se compose d'un mur large, en moyen appareil, utilisé de manière hétérogène. La maçonnerie, liée à la chaux, emploie aussi bien de gros blocs de galets que du granit morainique ou bien du tuf, comme en témoigne le pan de mur au-dessus de la porte d'entrée. Le donjon primitif, de plan circulaire, révèle une utilisation de blocs plus petits. Il s'élève sur quatre niveaux, un rez-de-chaussée aveugle, voûté et muni d'un trou d'homme, un premier étage percé d'une porte d'accès desservie par un escalier en bois dont le départ se trouve dans la cour. Un deuxième est éclairé par une archère en pierre de taille à ébrasement simple. Le dernier étage est ouvert par une baie rectangulaire en pierre de taille au-dessous de laquelle se remarquent deux trous de boulins. Une série de corbeaux couronne l'élévation. Elle est précédée d'une assise uniforme de dalles de schiste qui confortent la maçonnerie. La partie inférieure de la tour est datable du XIIIe siècle, les parties supérieures sont le résultat d'une reprise. A l'intérieur, la circulation entre les niveaux se fait par une succession d'échelles : résultat d'une restitution à partir des sources. Dans l'angle sud-est de l'enceinte on remarque le rehaussement de la courtine avec la mise en place d'un chemin de ronde crénelé et le creusement d'un fossé en eau qui se prolonge tout autour des fortifications. Au sud-ouest se tient la porte d'entrée principale, protégée de mâchicoulis restaurés. Son encadrement est fait en pierre de taille et forme un arc brisé. On remarque au niveau des piédroits chanfreinés les deux seuls décors de la construction. Ils représentent des motifs végétaux. Des marques de tâcherons sont réparties sur ces pierres de taille, elles sont identiques à celles que l'on peut retrouver sur l'appareil constituant le sas. Venant flanquer cette porte, une tour carrée est adossée à l'enceinte. Cet élément de défense active protège l'entrée par la mise en place d'un sas. Les deux angles extérieurs sont chaînés de puissantes pierres de taille tandis que les maçonneries de la tour sont constituées d'un appareil de blocage entre deux murs de parement. Le chaînage de la tour avec l'enceinte est lisible au premier étage, la partie ruinée expose la technique de maçonnerie employée et on constate la stratification opérée. De gros blocs sont disposés en assises horizontales et encadrent un remplissage hétérogène, permettant ainsi de lier la construction. Cette tour est à rapprocher de celles de Montaner, Morlane ou Mauvezin.
Parmi les aménagements d'origine encore en place sur cette tour on note l'encadrement d'une porte en arc brisé donnant sur le chemin de ronde par une galerie couverte et voûté en berceau. On relève aussi une fenêtre à meneaux restituée à partir de fragments en place. Les moulures prismatiques de ces fragments pourraient confirmer une datation de la seconde moitié du XIVe siècle, en raison de leur forme archaïque. Au nord, on trouve un percement à 1,50 m au-dessus du sol actuel et à 30 cm au-dessus du lit de corbeaux courant sur la face de l'enceinte. Cette ouverture possède un entablement composé de deux dalles de schiste reposant sur un corbeau central et deux latéraux. Le corbeau central repose sur une pierre taillée prismatique divisant l'ouverture en deux partie qui se réunissent dans la profondeur du mur et qui débouche à l'extérieur sur une pierre débordant de l'enceinte. En façade interne, le sol de ce percement est fait d'une dalle de schiste imposante et monolithe. La composition de l'ensemble laisse penser qu'il s'agit d'un aménagement lié aux évacuations d'eaux, même si la forme en est remarquable. A l'est, le mur d'enceinte est percé de trois fenêtres à coussiège, leur encadrement est fait de tuf. Un conduit de cheminée dont l'encadrement est nouvellement restauré est aménagé dans l'épaisseur du mur, de même que des latrines. Ces dispositifs permettent de restituer l'emplacement d'un logis dont les fondations sont encore visibles. Au niveau du sol actuel, dans l'angle avec le corps de logis oriental, la face sud de l'enceinte dispose d'une baie à ébrasement dont les piédroits intérieurs en pierre de taille ont été réparés. Le couvrement est fait de dalles de schistes qui reposent sur des corbeaux. Au niveau supérieur, on retrouve une petite baie fermée d'une grille. Plus à l'ouest, une fenêtre à coussiège imposante prend place. Au moment de l'enquête, la brèche surmontant cette baie, était l'objet d'une restauration. La poterne, munie d'un escalier traversant la largeur du mur, dispose d'un encadrement en pierre de taille où l'empreinte d'une grille est marquée. La descente par l'escalier est couverte de dalles de schistes alternant avec plusieurs linteaux. L'ensemble forme une couverture disposée en degré et débouche sur la porte donnant vers l'extérieur de l'enceinte. Cette élévation est complétée par une fenêtre à double coussiège, une autre à coussiège simple et deux cheminées. Ces aménagements constituent un autre niveau d'habitation dont l'alignement des corbeaux nous confirme les limites.

château d'Arras, rue du château, 65400 Arras-en-Lavedan, vestiges, visite possible l'hiver pendant les travaux.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant un historique détaillé et des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux Hautes-Pyrénées" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 


(1)  
     source :  https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.