châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de La Chapelle de Bragny
 
 

   En juillet 1042-1043, Bernard donne au monastère de Cluny l'église Notre-Dame (capella Sanctae-Mariae) au village de Bragny, au pays de Chalon, avec touts les biens qui en dépendent, comme lui avait légué par droit héréditaire son oncle Guy. Première mention du château en 1466, entre les mains de Thibaud de Sampigny. En 1474, Thibaud de Sampigny, écuyer, seigneur de La Chapelle de Bragny, confesse tenir en franc alleu sa maison forte, terre et seigneurie de la Chapelle en toute justice. Plus sa maison, rentes, cens et domaines qu'il a en la ville d'Etroy sous Montagu aussi en franc alleu et en toute justice. Terrier de 1493 : "domaine dudit escuier et seigneur de La Chapelle. Premièrement, le chastel et maison fort de la Chapelle dudit Braigny, auquel ledit seigneur fait sa residence, fossoyés à l'entour de plusieurs grans fosséez, la grange devant ladite maison couverte de thieule toute neuve, ung colombier devant; parterre et une estable de cheval ensamble les aultres ediffices, portalz, pons levys à chaigne de fert et plusieurs beaux vergiers et jardins comprins esdits fossez à l'entourt, tout ainsi que ledit pourpris et maisonnemens se contient et est encloux desdits fossez, ausquel pourpris ledit escuier a toutes manières de justice haulte, moienne et basse, mixte et impaire. Tieulerie dudit escuier : Item la tieulierie, enseble ung pourpris et vergier à l'entour fournis d'essueur, couvert de paille, fourneault. Item ung molin et un bapteur d'escorces l'un de costé l'autre, et ung aultre bapteur à baptre chenvres".
En 1503, Louis d'Escuriat, écuyer, seigneur dudit lieu, comme procureur spécial de damoiselle Isabeau d'Escuriat sa sœur, veuve de Claude de Sampigny, écuyer, seigneur de La Chapelle-de-Bragny en partie, certifie qu'ils tiennent de franc alleu ce qu'ils ont audit lieu de la Chapelle de Bragny en toute justice, et tant en maison forte, moulin à trois roues, tuillerie que autres choses. Le 14 septembre 1548, reprise de fief de partie de la seigneurie de la Chapelle de Bragny par Philippe Symon, écuyer. "Sont joints des expéditions des actes suivant, savoir une déclaration donnée au bailly de Chalon le pénultième février 1539 par Philippe Symon, écuyer, seigneur de La Chapelle-de-Bragny, qui déclare tenir la seigneurie de ladite Chapelle en justice haute, moyenne et basse, maison, fossés, cens, rentes et qu'il n'a scu ladite maison, terre, et seigneurie être mouvante de fief d'aucun, aussi de franc alleu, et à la charge de comparoitre au ban et arrière ban". Saint-Julien de Balleure en 1581 : "La Chapelle-de-Bragny, la maison fort estoit à ceux de Champigny : mais faillans hoirs masles, elle demoura à Loyse de Champigny, laquelle fut mariée à Jehan de Symon, sieur de Boyer, qui laissant plusieurs filles n'eut qu'un fils, nommé comme luy Jehan de Simon, sieur de ladite chapelle et de Flés en l'Auxois". Dans l'Annuaire topographique, statistique et historique du département de Saône-et-Loire de 1869 : Chapelle de Bragny, château appartenant à M. Carmoy. Cet ancien manoir, dont la construction paraît remonter au XIe siècle, à en juger par le style de la chapelle, avait conservé tout son aspect féodal jusqu'en ces derniers temps, où une partie a été reconstruite.
Léopold Niepce décrit le site en 1877 : le château de La chapelle est très ancien. il est difficile de bien déterminer l'époque de sa construction. En voyant ses murs d'enceinte, Mgr Devoucoux, évêque d'Evreux et savant archéologue, et M. Bertier, l'habile architecte de l'église Saint-Pierre de Mâcon, m'ont fait remarquer que dans la partie inférieure de la muraille d'enceinte, la pose de la pierre, au lieu d'être horizontale, était inclinée, ce qui ferait remonter la construction d'une partie de ces murs aux premiers siècles. Dans les ruines de l'ancienne église romane, on distingue encore une tête couronnée. Dans les fouilles effectuées par le comte de Carmoy père, il a été trouvé des médailles romaines, des figurines et les restes d'une voie romaine qui se dirigeait de l'ouest à l'est. il a découvert aussi un boulet ramé sur lequel on voit encore les restes d'un cercle de fer qui le liait à un autre boulet. Le château et l'église ont été incendiés pendant les guerres de Religion du XVIe siècle et pillés par les protestants, après un combat dans lequel prit part le jeune Charles de Simon, alors seigneur du lieu. On voit encore sa pierre tumulaire dans la chapelle actuelle du château. Une tour dite de Brancion, attenant aux murs d'enceinte, subsiste encore; c'était près de cette tour que se trouvait le pont-levis par lequel on pénétrait dans l'enceinte du château. Ce pont n'a été démoli qu'il y a quelques années. La tradition a conservé à plusieurs appartements et pièces leurs premières dénominations. Nous avons le Poële, grande chambre voûtée et chauffée par la plaque en fonte du foyer d'une immense cheminée de cuisine. La chambre rouge où la justice se rendait. La prison, avec ses oubliettes. La classe où on donnait l'instruction. Tout se trouvait réuni dans l'enceinte des murs protégés par un triple rang de fossés. L'école et la prison, avec ses oubliettes, existent encore. Le reste a disparu avec la restauration du château. Dans la parti la plus ancienne du château que le comte a fait démolir et qui date probablement du XIIe siècle, il a trouvé dans les vieux murs et parfaitement conservés des fragments de socles, de consoles de cheminées en pierre blanche de colombier. On y voit des sculptures très bien exécutées qui représente le soleil, une scie, un marteau, un ciseau et d'autre objets. J'ai remarqué surtout les feuilles de tilleul qui, avec la scie et le marteau, sont encore actuellement des insignes de la franc-maçonnerie. L'ancienne église existait dans la cour du château, elle semble avoir été assez vaste, et une partie de ses murs sert encore de clôture à la cour intérieure.
À 300 mètres à l'est du village, sur une terrasse dominant la rive est de la Grosne, le château actuel de la Chapelle-de-Bragny est un bel édifice composite, restauré et très rebâti au XIXe siècle autour des vestiges d'une chapelle de l'an mil. Il est composé de plusieurs bâtiments autour d'une plate-forme surélevée trapézoïdale, entourés de profonds fossés. La façade principale, à l'ouest, face à la basse-cour et au village, est dominée par la tour porche, dite "tour de Brancion", à deux étages carrés sous toit d'ardoise, en saillie sur le fossé. A gauche de cette porte, au nord, un grand corps de logis moderne à un étage carré ferme l'espace entre la tour porche et une tour d'angle ronde, dont le premier niveau est équipée de canonnières à fentes de visée. Une tour carrée néo-classique, à deux étages carré, est bâtie en retour d'angle vers l'est. L'extrémité sud de la façade est occupée par le pignon dérasé de la chapelle romane, percé d'une porte plein-cintre. Entre la tour et la chapelle se dresse un corps de logis néo-gothique. Le sommet du mur de la chapelle a été affublé de créneaux au XIXe siècle, et son angle nord-est d'une échauguette néo-gothique à créneaux. Le pignon de la chapelle et le mur gouttereau de la nef forment la courtine de l'angle sud-ouest du château. Le transept sud, saillant sur le fossé, est surmonté d'une tour de flanquement carrée, au milieu de la courtine sud. A la base de cette tour, sur le côté est, s'ouvre l'absidiole semi-circulaire du transept. Le chœur de l'église, décoré de bandes lombardes et d'opus spicatum, est conservé à l'intérieure la courtine, et sert de chapelle castrale. Un bâtiment restauré, mais sur bases anciennes, occupe l'espace entre le chœur de la chapelle et l'angle sud-est. Le côté sud de l'enceinte est fermé par une courtine flanquée de deux tourelles rondes. Le premier niveau des tourelles est équipé de canonnières à fente de visée, et le second niveau de canonnières à ébrasement externe ovale. Au milieu de la courtine, une porte piétonne couverte d'un arc plein cintre donne accès à une terrasse qui prologue la plate-forme à l'est. Cette porte est surmontée du millésime 1597. (1)

Éléments protégés MH : les murs subsistants de la nef de la chapelle, restes de l'ancienne enceinte, les façades et les toitures de la tour carrée, des deux tourelles rondes et du bâtiment d'angle : inscription par arrêté du 25 février 1974. L'abside de la chapelle: classement par arrêté du 25 février 1974.

château de La Chapelle de Bragny 71240 La Chapelle-de-Bragny, propriété privée, visite uniquement pour les journées du Patrimoine.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Nous remercions chaleureusement Monsieur Bokken pour les photos qu'il nous a adressées afin d'illustrer cette page.
A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 château de La Chapelle de Bragny château de La Chapelle de Bragny  château de La Chapelle de Bragny
 
   
 
 
 


(1)
  source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.