châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Cuisery
 
 

  En 1186, le duc Hugues III déclare tenir en fief de l'Empire ses biens de Cuisery, Bagé et autres fiefs de l'empereur Henri. En 1220, Henri de Bagé reconnaît tenir du duc en fief son châtel de Cuisery, promettant de ne le donner ni vendre ni séparer du duché. Il y eut en 1236 une vive querelle pour enlèvement de bétail entre les moines de Tournus et Renaud, sire de Bagé, à la garde duquel ils avaient confié leurs fonds dans l'enclave de la châtellenie de Cuisery ; mais par un traité avec l'abbé et le sire de Bagé, la paix se rétablit. Une clause porte, "que Renaud doit prier le duc de Bourgogne, son seigneur, de ne rien exiger à son occasion, de l'abbé et des bourgeois de Tournus, en réparation des dommages causés à la châtelenie de Cuisery". En 1248, Sybille de Bagé, fille unique de Guy, mort en 1248, porta au comte de Savoie, Amédée IV, les châtellenies de Cuisery et de Sagy. Le 1er mai 1273, le jour de la saint Philippe et saint Jacques, Aimé, seigneur de Bâgé, reconnaît et confesse tenir son châtel de Cuisery en fief du duc de Bourgogne. En juillet 1281, transaction entre Jean, abbé de tournus, et Aimé de Savoie, seigneur de Bâgé, au sujet de plusieurs conflits. L'abbé de Tournus reproche notamment au châtelain de Cuisery de prendre du bois dépendant de l'abbé. En octobre 1289, le comte de Savoie cède au duc Robert II, les châteaux et lieux de Cuisery, Sagy, Savigny avec leurs mandements; et le duc, en contre-échange, donne le château de Saint-André-en-Revermont, Treffort, Saint-Étienne, Marlot et Coligni avec leur territoire, se réservant le fief de Cuiseaux.
En 1318, le mardy après la saint Denis, lettre par laquelle le Duc Eudes et l'abbé de Tournus transigent entre eux sur leur différend au sujet de la garde des villes de Préty et la Crot outre Sône appartenant à l'abbaye de Tournus et "au sujet de certaine quantité d'avoine qui étoient due pour ladite garde par les hommes dudit lieu à cause du château de Cuisery et qui étoit autrefois payée au seigneur de Bagey lorsqu'il étoit seigneur de Cuisery; c'est pourquoi conviennent entre eux que ledit Duc et ses successeurs seront payés de ladite quantité d'avoine due à cause de ladite garde comme autrefois; Et en outre comme ledit abbé de Tournus au nom de son monastère a cédé et transporté audit Duc tout le fief que tenoient dudit abbé les héritiers de feu messire Philippe de Vienne, seigneur de Pagny pour raison de ce ledit Duc fait et en a fait homage audit abbé". Certificat en 1349 de Renaud de Verrey, chevalier, châtelain de Cuisery. En 1351, compte de Renaud de Verrey, chevalier, châtelain, "pour Madame la Royne, ayant le gouvernement de la duchey et contey de Bourgoigne. Dépenses de 5 florins pour V poz à giter feu, qui sont en garnison au chastel de Cuisery". On construit des hourds de la "tour basse" jusqu'à la "grande chambre". Le 27 août 1359, Hugues de Vercels, chevalier, bailli et maître des foires de Chalon, est châtelain de Cuiserey et de Sagy pour la reine. Un arrêt du parlement de Beaune en 1387 décida un procès entre les châtelains de Sagy et de Cuisery, d'une part, et Hugues de Vienne, seigneur de Louhans, d'autre part; il fut réglé "que, selon la coutume générale du comté de Bourgogne (comme des ressorts du duché), les châtelains en useraient chacun dans son district; et qu'en cause d'appel ce serait le bailli de Chalon ou son lieutenant au siège de Saint-Laurent". Les châtelains étaient Regnaut de Montconis, chevalier, procureur du duc, et Philippe de Valois.
Terrier de Cuisery en 1437. "Guillaume de Neufville, ecuié chatelain dudit Cuisery au nom et à cause de dame de Frolois sa femme, paravant femme de feu messire de Thurey, jadis chatelain, doit chascun an sur un plastre de maison situé entre les murailles de la maison dudit feu messire Girard assise au bourg de Cuisery, laquelle maison appartient de présent en propriété à Jacques de la Balme, seigneur de Marboz, laquelle maison ladite dame tient à cause de douaire". En 1559, état du revenu de la terre et seigneurie de la Sarrée par le chatel de Cusery au temps de la réunion du domaine du Roy. Dans l'Annuaire statistique et administratif de Saône-et-Loire de 1823 il est mentionné : Ville de Cuisery; c'était jadis un châtel des sires de Bagé, et qui n'a rien d'ailleurs de remarquable et en 1836, il n'existe à Cuisery aucun monument ancien, si ce n'est une tour en ruine, la seule qui reste des quatre dont était flanqué le vieux château fort. On voit encore dans les caves ou souterrains qui servaient à renfermer les prisonniers dans le temps des guerres civiles, d'énormes anneaux en fer scellés dans les murs.
Le château de Cuisery se dressait au nord-est de la ville, sur un rebord de plateau dominant la Seille. C'était un château carré cantonnés de trois tours rondes et une carrée. Il reste les ruines de la tour nord-ouest, et le plan du château peut encore se lire dans le paysage. La tour ronde, que les textes appelle "tour basse" ou "tour menue", mesure 6 m de diamètre pour une hauteur d'environ 15 m. Sa base talutée est séparée du fut par un larmier saillant. La base et le sommet sont bâtis en grand appareil rectangulaire. La partie centrale est en petit appareil : il s'agit vraisemblablement d'une réfection, après arrachage de l'appareil primitif. La tour flanquait l'angle nord-ouest du château. On voit encore à l'est les traces d'arrachement de la muraille. Au sud, une porte donnait accès au chemin de ronde. Le niveau de cave est aveugle. On accède aujourd'hui au rez-de-chaussée par une porte tardive au sud-ouest. À gauche de cette porte, on remarque une archère canonnière à trou de visée bas, et une archère longue soulignée par chanfrein, à trou de visée central. L'étage supérieur est ouvert de baies à coussièges (en ruine) au nord et au sud, et d'une latrine en encorbellement à l'est, contre la courtine. L'emprise du château est bien visible à l'ouest, où les murs de soutènement accentuent la dénivellation du plateau, et au sud, où les fossés profonds sont occupés par des cours intérieures d'habitat. (1)

Éléments protégés MH : la tour et les abords : classement par arrêté du 1er juillet 1937.

château de Cuisery 71290 Cuisery, propriété de la commune, visite des extérieurs uniquement, vestiges.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant un historique détaillé et des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 


(1)
  source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.