châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Charnay
 
 

      La première trace écrite date de 1120 lorsque Rainier de Frangy donne au prieuré de Saint-Marcel ce qu’il possède au village de Pontoux. En 1264, puis en 1310, Guillaume de Frangy, écuyer, confesse tenir en fief du duc de Bourgogne, ce qu’il possède au bois de Lachaz à Frangy. En 1287, le samedy, jour de l'invention de la Sainte Croix, Jean de Bosjean, écuyer, fait hommage et reconnait tenir en fief du seigneur abbé et du monastère de Tournus, la villa de Charnay, le bois dudit lieu, la campagne, la rivière, les prés, les dépendances. En 1503, Pierre Prost, tant en son nom qu'au nom de Jean et Antoine Prost ses cousins, confesse tenir du seigneur de Collaon, à cause de sa seigneurie de Frangy et en toute justice, "savoir deux maisons, l’une à Charnoy et l’autre audit Frangy avec le domaine d'icelles ; celle dudit Carmoy est de franc alleu. Plus confesse tenir la moitié de la seigneurie de Vannoise partant avec M. et dame de Tenarre, de franc alleu, plus au lieu de Valole (ou Balole) un petit étang et un meix". Ces deux maisons se trouvaient à la limite de chacune des seigneuries de Charnay et de Frangy; de sorte qu’elles étaient en réalité attenantes par leur cours et dépendances. Philippe de Saubiez réunit le tout en un seul domaine, qu’il fit entourer de fossés et transforma la maison de Charnay en maison forte. "Jean de Poupet, seigneur de Charnay, mit opposition à cette nouvelté. Il prétendait qu’il était seigneur en toute justice de Charnay même en une maison et dépendance appartenant à noble Philippe de Saubiez. Il se plaignit que ledit Saubiez ait fait fossoyer un certain pourprix où est enclose sa maison avec d’autres biens qui sont de la seigneurie et justice contigüe à celle de Charnay; que par ce fossoiement, il enjambait un grand chemin et portion d’héritage appartenant à des particuliers sujets du seigneur de Charnay, qu’il abolissait un sentier et chemin à pied par lequel les gens de Champfrenay avaient coutume d’aller au moulin de Charnay, qu’il avait fait édifier une maison forte revêtue d’une tour fossoyée avec canonnières sur le grand chemin de Charnay à Frangy et autres marques de forteresse, qu’il s’intitulait indûement conseigneur de Charnay".
En 1577, Philippe de Saubiez épousa Ysabeau de Montcony, veuve de Valentin de Brancion et pris le titre de seigneur de Charnay. Il mourut en 1577 sans héritier direct. Ysabeau de Montcony convola en troisième noces avec Philibert d’Ugny et racheta la seigneurie des Bastits des héritiers de son défunt mari. Le château des Bastits fut rasé. Le 22 janvier 1582, vente de Charnay par Philibert d’Ugny, veuf d’Ysabeau de Montcony, à Philibert et Louis de Brancion : "La terre et seigneurie de Charnay, y compris ce qui était des Bastits, pour la somme de 4 000 écus sols d’or". En 1636, François du Chastel amodie la seigneurie de Charnay pour la somme de 800 livres, mais il se réserve "le château et ses dépendances, la moitié des lods et mainmortes, toute la justice, huit soitures de pré". Le 14 avril 1640, destruction du château par les comtois. Sur l'heure de midi, quatre cents fantassins et cent cavaliers ennemis de l'Etat, conduits par les seigneurs d'Arnaud et d'Arbois, vinrent de la Comté sur le village de Charnay. Ils tuèrent tous ceux qu'ils rencontrèrent, mirent le feu aux maisons au nombre d'une trentaine. Ils vinrent ensuite assiéger le château où s'étaient réfugiés un grand nombre de personnes avec les amodiateurs ; ils sommèrent les gens de se rendre. Ceux-ci répondirent qu'étant loyaux serviteurs du roi, ils ne se rendraient pas. Ils tirèrent alors plusieurs coups de mousquet, tentèrent l'escalade de la courtine et après une demi-heure ils entrèrent dans le château, tuèrent femmes, hommes et enfants puis ils mirent le feu aux tours et en plusieurs endroits où les amodiateurs et les sujets avaient retirés tous les biens meubles et effets qu'ils avaient, brûlèrent encore plusieurs autres bâtiments, même le moulin. L'un des témoins du procès verbal rédigé le 15 juin suivant déposa qu'il savait que le château était gardé ordinairement par sept hommes, que c'était trop peu devant une attaque aussi brusque et qu'il n'y avait pas de seigneur pour organiser la défense. Le seigneur de Charnay, François du Chastel et sa femme étaient morts. Leurs enfants mineurs résidaient vraisemblablement chez leur tuteur Louis de la Balme.
Vers 1650, Louis de la Rodde, seigneur de Charnay, obtint l’autorisation de reconstruire le château. En 1686, il obtint l’autorisation de fonder une chapelle dans son château de Charnay. En 1785, terrier de Charnay article 13 : les sujets de Charnay sont tenus de faire guet et garde au château de leur seigneurs, pourvu que le seigneur se fasse distraire de Louans. Monnier écrit en 1856, au hameau de Charnay, ancien château possédé par M. Le comte de la Rodde et Joann en 1869, Frangy : des cinq châteaux qui existaient dans cette commune, il ne reste plus que celui du Bas de Charnay. Très détérioré pendant la deuxième moitié du XXe siècle, le château à subi de gros travaux depuis 2006. Le site se trouve à 800 mètres au sud-sud-est de l'église. Le château de Charnay, implanté sur les bords de la Serenne (ou Seillette) n'a plus rien de médiéval : château en brique, de plan en "L", constitué d'un corps principal flanqué d'un pavillon oblong sur sa droite. La façade du corps principal est symétrique. L'obturation de quantité des hautes fenêtres a permis la conservation d'huisseries d'origine. Les fenêtres de l'étage prennent appui sur un bandeau tandis que les murs sont soulignés par une corniche à cinq rangs, le deuxième et le quatrième étant posés pointes en avant. L'unique porte, axiale, est surmontée d'un médaillon en pierre dont le blason a été bûché. A l'intérieur, face à cette porte un escalier en pierre permet de descendre à la cave plafonnée. Un escalier monumental en chêne, rampe-sur-rampe, à quatre volées droites, balustres tournés et paliers carrelés, occupe le centre du corps principal. Il sépare deux grandes pièces sur chacun des deux niveaux. Les divisions du grenier sont en pan de bois à "bâton-rompu". La charpente sur blochets est constituée de deux sous-faîtages, le deuxième étant contreventé par des aisseliers. La partie en avancée du pavillon est constituée d'une cuisine possédant une cheminée à manteau en bois large de trois mètres. Trois potagers sont situés devant une fenêtre. La pièce de l'étage située dans l'alignement du corps principal du bâtiment est décorée d'une frise peinte de rinceaux incluant le blason des de la Rodde. Un four en appentis est accolé à droite du pavillon. Sept des huit pièces du château sont chauffées par une cheminée. Les plafonds sont à la française et on note plusieurs placards muraux en bon état de conservation. Dans l'angle antérieur gauche du château se trouve un pigeonnier de plan carré ouvrant à l'est, accolé à un toit à porcs, en brique également. Les puits sont en pierre. L'un se trouve près du toit à porcs, l'autre est plus à l'est, là où se trouvaient les grands bâtiments de dépendances.

château de Charnay 71330 Frangy-en-Bresse, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 


(1)  
   source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.