châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de l'Épervière
 
 

       Le 20 février 1517, reprise de fief de la moitié de la maison forte de l'Epervière avec les cens rentes justice haute, moyenne et basse par Jean de Lugny, chevalier. Le 9 décembre 1518, reprise de fief et dénombrement de la seigneurie de Lespervière et de la moitié de la maison et péage rouge de la Colonne, par Philibert de Rochebaron, chevalier, seigneur de Berzey et de Rochetaillée et dame Catherine de Rossillon, sa femme, dame desdits lieux de Rochetaillée et de ladite Lesperviere. Ladite Lesperviere consiste en une maison et place forte partant par indivis avec les Digoigne... Plus la moitié d'un péage rouge, qui se paye ainsi qu'il est détaillé, par indivis, assis à la Colonne, qui se perçoit en une maison appelée le Péage Rouge y confinée. Le 10 août 1534, dénombrement par damoiselle Adrienne de la Perrière, de la moitié de la tierce partie qu'est un sixième de la terre et seigneurie de la Previère partant avec damoiselle Margueritte Foucault, nièce et héritière dudit feu seigneur de Foucault pour une semblable portion, et monseigneur de Barzey pour les autres portions étant en maison forte en toute justice, et la pluspart des habitans étant en mainmorte. Plus la tierce partie du péage et de la maison rouge situés à la Colonne. Le 13 janvier 1537, reprise de fief des deux tierces parties de la tour, maison fort et seigneurie de l'Esprevière et de la tierce partie de la maison et péage rouge de la Colonne sur la rivière de Sône par messire Christophe de Damas, écuyer, licencié es droits au nom et comme fondé de procuration de Théodore de Saulx, écuyer, homme d'armes des ordonnances du Roi sous la charge du seigneur d'Acier et de damoiselle Ysabelle de Rochebaron, sa femme, seigneur et dame d'Arc-sur-Tille. Le 28 mars 1544, reprise de fief et dénombrement par Claude Floris, marchant à Chalon, de la tierce partie de la maison rouge et péage par eau et par terre de la Colonne que souloient porter feu Jean Foucault et Adrienne de la Perrière, sa femme, avec la 6e partie de la seigneurie et maison forte de Lesprevière, en toute justice. Item les etableries et jardin étant derrière ladite maison rouge, avec aussi le droit pour la moitié de tenir charrière sur la rivière de Sône audit lieu de la Colonne. Copie collationnée de la reprise de fief et dénombrement en 1545 par Claude Floris, cytoyen de Chalon sur Saone de la troisième partie de la Maison Rouge et péage de la Coloune et la sixième partie de la maison forte de Lespreviere, avec le droit pour la moitié de tenir charriere sur la riviere de Saone.
Description de Niepce : Tiberiade 1747 "le château actuel de l'Epervière semble avoir été précédé de plusieurs autres châteaux élevés dans le même enclos, mais sur des points différents. Ainsi, on voit, sur un plan qu'il a dû exister dans ce vaste parc trois châteaux divers. En effet, les légendes inscrites dans le périmètre du parc portent les mentions suivantes: presque au centre, "Motte, contenant un quart de journal". A côté de cette motte, au nord, "La Tour Jeanne, consistant en pavillon, grange, ecurie, chambre à four et jardin". Au dessous et à l'occident, "enclos dans lequel est la tour de Vieil Enfant, consistant en plusieurs chambres, les granges, ecurie, cour, puits, jardin, terre deux journaux et demi". Enfin, à l'extrémité nord du Parc se voit le plan d'un château ayant la forme d'un long parallélogramme, avec une cour limitée, à l'est par un grand bâtiment contenant les communs du château, à l'ouest par un mur contre lequel s'adosse un puits, et fermé au nord par un mur au centre duquel s'ouvre un pont à plusieurs arches jeté sur un large fossé et flanqué, aux deux extrémités, de tours carrées irrégulières.
Le premier château aura été élevé sur la motte; cette motte, artificielle, a été entièrement rasée par Mr de Ronfaud, lorsque après 1830, il restaura le château actuel. Le second aura été construit probablement après la chute du premier, ou lorsque celui-ci aura été jugé insuffisant par ses maîtres, car toute la motte n'a qu'une superficie d'un quart de journal (8,57 ares). C'est alors qu'on aura élevé, à côté même de la motte, cette maison forte, dont la tour Dame Jeanne existait déjà en 1537. À ce moment, Théodore de Saux, se qualifie aussi de seigneur de la grosse tour de l'Épervière. Le troisième château, doit être dû probablement à la maison de Vellaufant, entre les mains de laquelle on voit la terre de l'Épervière en 1500. À l'issue fut construit un château de style renaissance qui fut rasé. Il précéda celui qui est visible actuellement. Ne fut conservé de l'ancienne habitation (datant du XVIe siècle) que le pont qui la précédait et l'aile droite. Le corps principal et l'aile gauche furent refaits à neuf au XVIIIe siècle.
L'actuel château de l'Epervière, qui sert de restaurant au camping de luxe de l'Epervière, a été reconstruit en 1788 et restauré en 1830; il est constitué de trois corps de bâtiment en U autour d'une cour carrée ouverte au nord, formant un ensemble de quarante mètres de côté, flanqué d'un pavillon rond au milieu de la façade sud. Ce château moderne a pris la place d'un château plus ancien, entouré de fossé, flanqué au nord de deux tours carrées, et qui est dessiné sur le plan terrier de 1747. De ce château primitif, il reste le fossé nord-est et est, large de quatorze mètres et profond de trois mètres, et la base du bâtiment est, marqué par un cordon d'escarpe. Le pont-dormant de pierre est une réfection de 1767. (1)

Éléments protégés MH : les façades et les toitures du bâtiment principal et des deux ailes des communs ; le portail avec sa grille en fer forgé : inscription par arrêté du 23 juillet 1976.

château de l'Épervière 71240 Gigny-sur-Saône, tél. 03 85 94 16 90, restaurant, visite des extérieurs.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photo©webmaster"B-E", photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.
A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
château de l'Épervière   Gigny-sur-Saône château de l'Épervière   Gigny-sur-Saône  château de l'Épervière   Gigny-sur-Saône
 
 
château de l'Épervière   Gigny-sur-Saône château de l'Épervière   Gigny-sur-Saône  château de l'Épervière   Gigny-sur-Saône
 
   
 
 
 


(1)  
   source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.