châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château d'Igornay
 
 

  Première mention dans le cartulaire de l'église d'Autun: en 1122, Robert d'Igornay est témoin du seigneur de Glenne dans un conflit avec l'église d'Autun. En 1313, le lundi devant la Toussaint, "à Argilly, Hugue, duc de Bourgoigne, à nos amés et feaulx madame Alluys, dame Dygornay et à monseigneur Guy des Barres, son fils salut. Nous avons donné quitté et délivré a toujours mais à notre amé et foiaul chevalier, monseigneur Girard de Chastoillon, seigneur de la Roiche le fye de la maison fort d'Ygornay de ladite ville et des appartenances. Vidimus d'une lettre (même date) : Nous Hugues, duc, donnons à notre amé et feal chevalier, monseigneur Girard de Chastoillon, seigneur de la Roiche le fie de la maison forte d'Ygornay de ladite ville et des appartenances en notre vierie d'Ostun, lequel fie tienent de nous madame Aluis de Bleneauls, dame dudit lieu et messire Guy des Barres, son fils et généralement tout ce que ladite dame et sondit fils tiennent de nous en notre baronnie". En 1373, dénombrement rendu par Hugues de Lespinasse, sire d'Ygornay, chevalier, tant en son nom que au nom de Marguerite de Thianges, sa femme, "de sa maison forte d'Ygornay, ensemble les fossés, aisances, pertinences et appartenances d'icelle, plus le verger de la maison, les prés et les terres gaignables et tiersables à Igornay, la Varenne, Visignot, Villeneuve et Voyen, l'estang d'Igornay, ensemble le molin et boutour dudit estang et l'étang du bois, bois, tenanciers, dîme, justice haute, moyenne et basse, rivière".
En 1430, Ygornay : où il y a forteresse, serfs de Oudard de Lespinace. les 16 et 17 août 1440, consécration et dédicace de l'église paroissiale de Saint-Symphorien d'Igornay, avec la consécration des autels et bénédiction des cimetières par l'évêque de Bethléem 'Antoine Buisson) commissaire député par le pape et le cardinal évêque d'autun (Jean Rolin) à la requête de Guillaume de Sercey, seigneur d'Igornay, et des habitants, lesquels, auparavant des temps de guerre et de peste, étaient desservis en deux églises, l'une au château et l'autre dehors. Le 10 juin 1441, supplique que Guillaume de Cercy présente au pape Eugène IV : "Bien qu'anciennement la paroisse d'Ygournay ait été très peuplée et que, pour la commodité des paroissiens, elle ait eu deux églises, ne formant cependant qu'une seule église paroissiale, avec deux cimetières, et qu'elles aient été d'ancienneté instituées et consacrées, l'une étant dans la forteresse du lieu, et l'autre assez près, comme à un trait d'arbalète, ces deux églises pouvant être convenablement entretenues par les paroissiens, néanmoins, à cause des guerres et des autres pestilences qui, O douleur, y ont sévi, la population du lieu a diminué à ce point qu'elle n'a plus la possibilité d'entretenir convenablement ces deux églises et d'en supporter les charges. Il apparaît donc qu'une seule suffirait aux besoins des paroissiens". Guillaume demande que l'église située dans le château soit réduite au rang d'une chapelle dépendant de l'autre, qui serait désormais la seule paroissiale.
Peincedé mentionne : "en 1461, Ygornay où il y a parroiche et une forteresse et sont les hommes de ladite parroiche au seigneur de Sercey, lequel pour la réparation de ladite forteresse a contraint lesdits parroichiens à faire les murs, tours et fossés tout à leur dépens, et avec ce ont esté leurs biens et terres tempestés. Et sont lesdits hommes tous francs (42 feux)". En 1504, Anne de Baissey, veuve de Guillaume de Villers, reconnaît tenir en fief du roi "le chastel et maison forte d'Igornay, ensemble les fossés, jardin et vergers étant alentour dudit chastel, le verger contenant environ huit soitures de prey étant du domaine de l'ostel de ladite maison fort". En 1580, partage successoral entre Jean et Guillaume de Saulx. Jean de Saulx eut les chastels et maisons fortes de Sully, Repas, Igornay et la Marche. En 1593, Nicolas Thouin est capitaine du château d'Igornay. Dessertenne écrit en 1757 : le château d’Igornay aussi bien que l’église sont situées dans la plaine marécageuse au milieu d’une petite isle que forme la rivière d’Arroux. L’église est à environ trois cents pas et au levant du château, et le château tout auprès de mon village. Il y a des planches posées sur cinq piliers de pierre de taille qui traversent la rivière d’Arroux, servant d’écluse au moulin qui est au milieu de mon village, de communication à l’église pour le curé et les paroissiens, et de chemin public aux étrangers. Annuaire 1869, Igornay : château ayant conservé quelques restes de ses anciennes fortifications.
Sur le plan de 1827, le château d'Igornay forme un ovale de 74 mètres du nord au sud pour 53 d'est en ouest, flanqué de sept tours rondes ou carrées. Il a gardé globalement la même disposition, même si le plan initial est moins lisible à cause des différents remaniements tardifs. Il est bâti sur la rive orientale de l'Arroux, mais au centre du lit majeur, sur une petite île, alors que le village d'Igornay s'est développé sur la rive occidentale. Le château est constitué de plusieurs corps de logis avec tours de flanquement, autour d'une cour ovale. L'enceinte a été ouverte au sud, sur le chemin commun, mais l'entrée primitive se faisait à l'est, face au bourg et à l'église. Cette porte a été détruite, et il n'en reste que quelques blocs de pierres. A main droite, au nord, la courtine sert d'appui à des bâtiments modernes. L'angle nord est flanqué d'une tour en fer à cheval de deux étages. Le rez-de-chaussée, à plafond planchéié, est équipé d'archères canonnières à niche de tir recouverte d'un plein-cintre. Les étages sont équipés de baies, de cheminées à base prismatiques et de latrines dans l'angle. Un linteau de porte à accolade porte les armes des Sercey, à trois fasces ondées.
Les deux tours occidentales visibles sur le plan cadastral ont disparues. La tour sud-ouest est une tour en fer à cheval. Les modifications malheureuses de ces dernières années laissent néanmoins visibles une trace de baie à accolade sur cour. La courtine sud est détruite. La tour sud-est est une tour carrée à hourd de brique. Les chaines d'angles sont formées de plusieurs pierre par rang. Le rez-de-chaussée est percé de trois archères-canonnières. Le premier étage de deux archères-canonnières de flanquement, et d'une baie à traverse au sud. Au dessus, le hourd est porté par des consoles à triples ressauts. Le parement est en brique, et la toiture de tuile pyramidale repose sur une armature interne posé sur les murs de pierre. Le corps de logis sud-est est ancien. Il a conservé ses fenêtres à croisillon à l'extérieur. Les fossés, larges de huit à vingt mètres, sont nettement visibles sur le plan cadastral, et partiellement conservés au nord du château. (1)

château d'Igornay 71540 Igornay, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.