châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Leynes
 
 

     Première mention le 25 octobre 1230, lorsque Jocesin et ses hommes avaient occupé et pillé les prieurés de Leynes et de Saint-Romain. Jocesin et ses complices, transformèrent les bâtiments des prieurés en repaires de brigands et de voleurs, y bâtissant des châteaux et des forteresses où se réfugiaient tous les voleurs, pillant les églises de Mâcon, Tournus et Cluny, et celles qui se trouvaient dans les environs, et occupant leurs bâtiments par leur propre volonté : "Excommunication du juif Jocesin. Comme l’abbé de Tournus s’est plaint au légat pontifical Mgr Romain de Saint-Ange de ce que Jocesin, juif du comte de Mâcon et ses hommes avaient occupé et pillé ses prieurés de Leynes et de Saint-Romain, Aymon, évêque de Mâcon, sur l’injonction du légat, a averti puis excommunié Jocesin ; mais comme, deux ans plus tard, celui-ci ne s’est toujours pas amendé et qu’il occupe toujours les prieurés qu’il a fortifié et grâce auxquels il pille la région, l’évêque demande à tous les clercs de Mâcon, Lyon et Chalon de faire proclamer l’excommunication dans leur diocèse contre Jocesin et contre tous ceux qui auraient commerce avec lui. Aymon, par la grâce de Dieu humble serviteur de l’Église de Mâcon, à tous les archiprêtres, prêtres et autres recteurs des églises établies aux diocèses de Lyon, Mâcon et Chalon, salut et sincère charité dans le Seigneur. Si, généralement, autant que nous le pouvons, nous sommes tenus de compatir à l’affliction des églises, néanmoins, pour celles qui sont de notre juridiction, il nous faut contempler leurs afflictions et leurs malheurs avec une affection plus encore remplie de compassion, et réprimer par la force ceux qui les affligent. C’est le cas avec Jocesin, juif du comte de Mâcon, qui ne cesse d’infliger aux églises de Mâcon et de Tournus de graves injures héréditaires; pendant longtemps il occupa par la force deux prieurés qui dépendaient de l’église de Tournus, assavoir le prieuré de Leynes et celui de Saint-Romain, qui sont établis dans notre diocèse. L’immunité de ces lieux fut violée, toute dévotion au fils de Dieu fut dédaignée au profit des coutumes juives et hérétiques, quand il occupa, par une hardiesse sacrilège, avec ses complices, les biens ecclésiaux desdits prieurés qu’on dit dépendre de l’abbé et de l’église de Tournus, ainsi que toutes les redevances qui s’y trouvaient et les droits dépendants des prieurés, et il les utilisait à son propre usage. S’ils avaient été de fidèles chrétiens, ils ne se seraient pas associés au juif dessus-dit dans ce crime ; ils auraient dû par tous les moyens l’interdire et l’empêcher par la force à cause de la révérence de Dieu tout Puissant et de la Vierge Marie, dont les cultes furent célébrés jour et nuit depuis l’antiquité dans les églises desdits prieurés.
Et comme, pour ce motif, ils furent dénoncés par l’abbé et le couvent de Tournus à Monseigneur R. de Saint-Ange, cardinal diacre, alors légat du siège apostolique, celui-ci nous donna fermement pour mission, par ses lettres patentes, que, par aversion desdits crimes et en faveur non seulement de l’église de Tournus mais de l’ensemble de l’Église, nous nous efforcions de contraindre le dessus-dit juif et ses complices à une juste réparation, par des sentences d’excommunication et d’interdit, envoyées comme menace, en alourdissant le poids de notre main par tous les moyens comme nous le jugerions opportun. Et comme nous avons fréquemment averti ledit juif pour qu’il répare ce qu’il avait témérairement entrepris en offense à Dieu et en grave dommage envers l’église de Tournus, permettant en même temps aux moines, chapelains et clercs de Tournus d’agir selon leurs coutumes juridiques et pour le service de Dieu, et ledit juif fermant ses oreilles comme un serpent à nos avertissements, nous avons donc fait proclamer contre lui et ses complices une sentence d’excommunication et d’interdit. Mais le dessus-dit juif et ses complices, résistant pendant deux ans à ces sentences, dans le mépris de Dieu et de l’Église, transformèrent les bâtiments des prieurés dessus-dits en repaires de brigands et de voleurs, y bâtissant des châteaux et des forteresses où se réfugiaient tous les voleurs, pillant les églises de Mâcon, Tournus et Cluny ainsi que celles qui se trouvaient dans les environs, et occupant leurs bâtiments par leur propre volonté. Comme donc il ne faut montrer aucune bienveillance envers la malignité des hommes, voulant remédier à ce crime autant que nous le pouvons et comme il nous l’a été demandé, nous vous demandons, par l’autorité ci-dessus nommée, et nous vous enjoignons fermement de dénoncer et faire dénoncer le fameux juif et ses complices, publiquement et solennellement, dans vos églises, à chaque dimanche et fêtes, au son des cloches et à la lueur des chandelles ; et tous ceux qui auront résidé dans ces prieurés avec ce juif et ses partisans, et tous ceux qui lui auront apporté aide et conseil dans quelque entreprise, seront tout-à-fait confondus avec ceux qui ne craignent pas Dieu et ne craignent pas le péril de leur âme. Nous espérons donc, en ceci et en autres choses, que, persévérant, avec l’aide de Dieu, selon le devoir de l’office que vous avez reçu, le zèle de votre sollicitude s’illustrera dans cette tâche et trouvera un accroissement chez vos sujets et aussi chez vous et chez ceux qui entendront ou à qui cette notice parviendra, de sorte que nous pourrons à juste titre nous féliciter de votre zèle. Fait en l’octave du bienheureux Luc évangéliste, l’an du seigneur 1230.
Le 16 septembre 1423, prise du château de Leynes par les troupes anglaises (registre secrétarial de Jean Crochat). "Item vindrent a Mascon le comte de Seffolks et le bailli de Alanson et en lour compagnie grant nombre de gens d'armes et de archiers d'angleterre... Et le jeudi ensuyvant... alarent aussi devan le chastel de Leyne, occupé comme dit est lequel chastel de Leyne rendit obeyssance au Roy et furent amenes audit chastel de Mascon troys des bonnes gens ganisons dudit lieu prisoniers". Le 14 décembre 1433, fut assemblé le conseil de ville à Saint-Vincent ou a été décidé que Monseigneur le duc de Bourgogne, "qui tient grande quantité de gens d’armes en Bourgogne, vu et envoyer par deça en la ville et comté de Mascon, sejourner et hyverner environ 50 piars, à la charge du pays, qui seroit la totale destruction dudit pays, veu que la garnison de la Roche de Soluyteré, ennemi et adversaire du Roy nostre sire et de Mondit seigneur, et aussi les garnisons de Vinzelles, de Banneins, de Chevignes, de Loysie, de Leyne, de Pierrecloux et d’autres ont détruit et détruisent tout le pays". En février 1471, agissement des troupes du roi Louis XI (registre secrétarial d'Antoine de Lyon). "Pendant lesdites troupes au moyen desdits gens de guerre estans en garnison en Mascon et des communes tant de Mascon que du pays furent reconnues les places et forteresses des Tours, de Vinzelles, de Layne et de Saint Sorlin, lequelles furent par lesdites communes brulees et pillees". On voit, dans les registres secrétariaux de Mâcon que, le 19 mai 1471, les habitants de Leynes, n'ayant plus à faire le service de ce château qui avait été brûlé et démoli, furent tenus de venir monter la garde à Mâcon.
En 1563, le cardinal de Guise, abbé de Tournus, s'étant refusé à payer une partie des sommes auxquelles les diocèses s'étaient imposés pour aider Charles XI à réduire les Calvinistes, la terre de Leynes fut confisquée et vendue en justice par-devant Jean Boyer, lieutenant général de Mâcon. Dans l'Annuaire statistique et administratif de Saône-et-Loire en 1834 il est mentionné : les abbés de Tournus avaient à Leynes un château qu'ils fortifièrent sous le règne de Charles VI, et qui devint successivement la proie des combattants pendant les guerres de Louis XI et de Charles le Téméraire. En 1563, le cardinal de Guise, abbé de Tournus, s'étant refusé à payer une partie des sommes auxquelles les diocèses s'étaient imposés pour aider Charles XI à réduire les Calvinistes, la terre de Leynes fut confisquée et vendue en justice par-devant Jean Boyer, lieutenant général de Mâcon. En 1869 à Leynes, l'ancien château des moines est occupé par la mairie et la salle d'école. Isolé sur un rebord de platean, à trente mçtres au nord-ouest de l'église, l'actuel château de Leynes est composé de plusieurs bâtiments disposés à l'intérieur d'une enceinte rectangulaire de 32 x 40 mètres. L'entrée se fait au nord, par une porte charretière qui vient d'être restaurée, ouverte au milieu du petite côté de la courtine. Au nord, cette courtine présente un angle saillant qui lui donne un aspect polygonal. La courtine nord es cantonnée à l'ouest d'une tourelle ronde qui a été quasiment englobée dans un épaississement de la courtine, et à l'est par une tourelle rectangulaire. Dans la cour, le corps de logis principal occupe l'angle sud-ouest. Il s'agit d'un bâtiment rectangulaire à deux étages carrés sous toit à deux pans couvert de tuiles. (1)

château de Leynes 71570 Leynes, tél. 03 85 35 14 61, hébergement en chambre d'hôtes et gîte.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photo©webmaster B-E,
photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.
A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 château de Leynes  château de Leynes
 
   
 
 
 


(1)
    source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.