châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Lourdon
 
 

          La première trace écrite date de septembre 888 lorsque Bernoêl Dis et ses fils vendent à Sicbortus des terres situées "in villa Oblado" par un acte passé au château de Lourdon (très tôt, les abbés de Cluny prennent l'habitude de négocier leurs transactions au château de Lourdon). Concile d'Anse en 994 "nous interdisons d'enfreindre ou de violer le pouvoir du saint lieu, de faire du butin, de prendre ou de piller les églises avec granges et celliers appartenant à ce lieu, notamment en excommuniant et anathématisant, par l'autorité pontificale, ceux qui s'y sont opposé en prenant et pillant de mont de Lourdon dans le comté de mâcon. Avec véhémence et sous l'invocation de l'anathème, les Pères du concile interdisent ensuite à tout juge public ou percepteur d'impôt de construire un château ou une quelconque fortification à l'intérieur ou à proximité de Cluny ou des possessions de ce lieu consacré. Ils invitent tous les puissants et tous les résidants des environs de Cluny et de Charlieu à protéger les saints moines et à s'abstenir de faire du butin dans le château ou le bourg de ce lieu, tant sur les bœufs, vaches, porcs et chevaux". En 1153, malgré un traité pour la paix, Guillaume 1er, Comte de Chalon, avec une bande de Brabançons fournie par Frédéric Barberousse et l’appui des seigneurs de Brancion, ravagea la vallée de la Grosne. Ces pillards prirent le château de Lourdon en 1156, et saccagèrent l’abbaye de Cluny. Appelé à l’aide par l’abbé Etienne, Louis VII, roi de France, vint chasser les brigands et déposséder Guillaume de ses biens. Une paix fut signée au château de Lourdon en 1180.
En 1180, Guillaume II, comte de Chalon, Engilbert, évêque de Chalon, Thibaud, abbé de Cluny, et Jean, prieur de Paray, se retrouvent à Lourdon pour régler les différends entre l'abbé de Cluny et le comte de Chalon, qui "contraignait les habitants de Paray à le suivre à la guerre et les forçait à lui bâtir des châteaux et travailler à leurs fossés". De1250 à 1252 le bailli de Macon s'empare du castrum de Lurdone. Ragut, l’abbé de Cluny ayant refusé de contribuer financièrement aux croisades, pour l’y contraindre, le bailli de Macon jeta ses troupes sur Cluny, prit Lourdon et y installa une garnison. En 1252, sur l’intervention du pape, les soldats du bailli abandonnèrent Lourdon sans réparer les dommages causés. En 1471, Claude du Blé, nommé capitaine de Lourdon par Charles le Téméraire, enleva la forteresse aux moines et l’occupa jusqu’en 1476. Remis en possession de leur château de Lourdon, l’abbé Jean de Bourbon fit réparer les dommages causés par les sièges, restaurer l’enceinte du donjon et construire une tour au midi ainsi que divers bâtiments annexes. En 1562, les calvinistes vinrent l'assiéger, après avoir saccagé et pillé le monastère de Cluny ; mais ils ne purent le prendre. En 1576, un chanoine est envoyé au château de Lourdon, occupé par les soldats du duc d’Alencon, pour négocier un accord avec la ville de Mascon. Réparations au château de Verzé des dégâts faits par les soldats de la garnison de Lourdon. Le 24 juin 1593, un parti de royaliste tenta de le surprendre pendant la nuit. Déjà l'ennemi était maître des deux premières cours et du pont-levis, lorsque l'alarme fut donnée dans le château. Une vive mousquetade s'engagea alors et se soutint jusqu'au lendemain. L'abbé de Guise commandait en personne la défense de la place. Avertis par le bruit du canon, les magistrats de Cluny, qui soutenaient le parti de la Ligue, envoyèrent 120 arquebusiers à son secours. Les soldats du roi de Navarre, assiégés à leur tour dans la position difficile qu'ils occupaient, furent obligés, après un combat opiniatre, de se retirer, ce qu'ils firent dans le plus grand désordre, abandonnant leurs morts et leurs blessés, ainsi qu'une partie de leurs armes.
Détruit en 1632 sur l'avis de l'évêque de Macon, le consentement du gouverneur de Bourgogne, et moyennant indemnité envers l'abbé. Le cardinal de Richelieu, alors abbé de Cluny, demandant 60 000 livres, les États de Bourgogne et du Mâconnais se sont imposés à cette somme, en 1632, pour payer l'indemnité de la démolition. Dans l'Annuaire statistique et administratif de Saône-et-Loire en 1834, il est mentionné que le château de Lourdon, dont on aperçoit les ruines sur une montagne de cette commune, appartenait de toute ancienneté à l'abbaye de Cluny. Fortifié par sa position et par l'art, il fut souvent attaqué dans les guerres que les moines eurent à soutenir. Dans le XIIe siècle, Guillaume, comte de Chalon, s'en empara à la tête des Brabançons. Claude du Blé, seigneur de Cormatin, le soumit à l'autorité de Charles le Téméraire et s'appropria toutes les richesses qu'il renfermait. Dans le XVIe siècle, les Calviniste et les catholiques le prirent et reprirent tour à tour. C'est à ce château que le trésor de l'abbaye avait été confié en 1562. Ce fut le même lieu que les soldats du comte de Tavanes, favorisés par la nuit et animés, dit-on, par un bon repas, partirent pour reprendre Mâcon sur les Huguenots. Les excès en tout genres, commis par les garnisons qui occupaient ce château, excitèrent les réclamations les plus vives de la part des états du Mâconnais, qui obtinrent enfin un arrêt pour sa destruction, en 1614. Mais ce ne fut guère qu'en 1622 qu'il fut exécuté. A en juger par l'aspect que présentent les décombres, les moyens employés pour la démolition durent répondre au désir qu'on en avait. Le sol, qui fut foulé par cet immense édifice, paraît avoir été bouleversé par la mine. Les pans de murailles se montrent çà et là, e souvent à des distances très grandes. Vues dans le lointain, ces ruines paraissent encore considérables. Elles occupent surtout l'imagination par la disposition pittoresque de plusieurs colonnes de hauteur inégales, rangées sur des murailles. On cherche à expliquer la singularité de ce monument ; et ce n'est qu'après plusieurs détours, où on les perd et retrouve plus d'une fois, qu'arrivé au pied des ruines, on ne voit plus, à la place des illusions qu'elles produisaient, qu'un jeu de paume avec ses hautes croisées découvertes au-dessus. Ces murs et une tour percée de meurtrière, voilà à peu près tout ce qui est encore debout.
Aujourd'hui, les ruines du château de Lourdon, qui dressent leur neuf piliers carrés sur une butte au nord du village, comptent parmi les plus pittoresques de la Bourgogne. Le château est bâti à trois kilomètres au nord de Cluny. Il se dresse au sommet d'une butte, précédé au sud d'une terrasse. La façade la plus spectaculaire est la façade sud, côté village, qui est ornée de neuf énormes piliers carrés de maçonnerie, correspondant aux ruines d'un jeu de paume. Cette façade est également munie d'une tour ronde demie-hors-œuvre, avec cave, rez-de-chaussée et deux étages, qui était encore habitée au début du XXe siècle. A gauche de la tour, une poterne permet d'entrer dans une première cours, puis dans le 'jeu de paume", vaste salle de 17 x 42 mètres. Une entrée plus importante, au nord-est, est défendue par une tour ronde. La partie nord-ouest du château est moins lisible. On y voit d'énormes blocs de murailles effondrés suite à la destruction du XVIIe siècle, et on y remarque également un départ d'escalier en vis. Au XVIe siècle, la butte a été dotée à la base d'une enceinte, qui forme un polygone irrégulier de 800 mètres de diamètre. Il en reste plusieurs tours basses sans canonnières, et la chapelle Saint-Hubert, dont le choeur forme tour de flanquement, et qui a été dotée de créneaux au XIXe siècle. (1)

château de Lourdon 71250 Lournand, propriété d'une association, tel. 06 88 27 19 75, vestiges visibles de l'extérieur, des bénévoles poursuivent le débroussaillage et la clôture du site à raison de deux samedis par mois. Visites lors des Journées du patrimoine.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. N
ous remercions chaleureusement M. Bernard Drarvé pour les photos qu'ils nous a adressées afin d'illustrer cette page.
A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 

 château de Lourdon   Lournand

château de Lourdon   Lournand 

 
 
 
 

 

 
 
   
 
 
 


(1)
     source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.