châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Marigny
 
 

          La première trace écrite date de 1080 lorsque la comtesse Aelis de Chalon avait fait une donation à l'Écheriolle, commune de Martigny le Comte. Cette donation fut approuvée par Elgod Bers, sa femme Rotru, leurs trois fils et leur fille Agnès. Rotru et deux des enfants résidaient au château de Marigny où un des moines de Paray, Antelme, vint leur demander leur approbation. Le 5 juin 1365, comptes généraux du duché, "messages envoyés à Jehannin Vincent d'Aucerre pour porter au bailli d'Othun une commission de monseigneur le duc pour mettre en la main de mondit seigneur toute la terre de monseigneur Guy de Marigny et le chastel de Marigney et pour faire esploiter icelle jusques à la some de 1024 florins qu'il venoit par la fin de ses comptes. Et puor faire venir ses hoirs eux assurer du compte des grains d'icelle chastellerie, pour tout : VI gros". En 1371 copies en bonne forme des subhastations aux marchés de Montcenis, du château et seigneurie de Marigny, sur Huguette, fille et héritière seule et pour le tout de Guy de Marigny, chevalier. En 1425, le lundy après la fête Saint Hilaire, dénombrement donné par Louis de Veriset, seigneur de Marigny, damoiseau, de sa terre et maison forte et dépendances de Marigny en Charollais. En 1599, "au surplus que par le passage des troupes et armées du sieur marechal d’Aumont, de Senecey et du sieur viconte de Tavanes et du ravage des garnisons qui estoient aux places et chasteaux circonvoisins comme Montcenys, Le Plecys, l’Ecertot et Marigny, ils ont esté ruynez, perdu leur bestail et meubles, ayant esté contraints de se constituer en de grandz debts pour payer les tailles et se redimer des prisons et ranceons". L'abbé Courtépée mentionne qu'iln'y a plus qu'une tour carrée à trois étages voûtés en 1774.
Le château se dresse sur un tertre naturel, à un kilomètre au sud du village de Marigny. Le sommet du tertre est délimité par une esplanade polygonale qui est sans doute la trace de l'ancienne enceinte. Le château est composé de plusieurs bâtiments répartis autour de cette enceinte : une grosse tour carrée, vraisemblablement romane, au sud, un bâtiment rectangulaire flanqué de deux tours rondes à l'est, et dont la façade ouest a été recouverte d'une galerie au XIXe siècle, et une grosse tour néo-gothique au nord. La tour romane est composée d'un rez-de-chaussée, deux étages carrés et un étage défensif. Le rez-de-chaussée s'ouvre au nord, face à la cour, par une large porte plein cintre, sans doute moderne. Il est couvert de voûtes d'arêtes qui retombent sur un pilier central. Cette voûte ne fait pas partie de l'état original. L'accès se fait au premier étage par une porte suspendue sur la face orientale. Cette porte se fermait par un petit pont levis. A l'intérieur, au-dessus du linteau, un moyeux de treuil qui aurait servi à enrouler la corde est conservée. Son authenticité n'est pas sûre. Il existe deux autres traces de portes au premier étage : la première, à gauche de la précédente, présente un seuil un peu plus haut, qui pourrait correspondre à un sol planchéié avant l'établissement de la voûte du cellier. La seconde, au nord, au-dessus de la porte du cellier, présente elle aussi les traces d'un pont-levis à corde, et les encoches des mains courantes. Le premier étage est éclairé par une baie géminée au nord et par une autre au sud. On accède au second étage par un escalier creusé dans l'épaisseur du mur oriental. La salle du second étage est éclairée par une baie géminée au sud, et par une baie simple au nord. L'étage défensif, qui n'a plus actuellement de plancher, est ouvert par deux baies créneaux à niche par face. Le système est complété par une latrine en encorbellement à l'ouest et par une bretèche au nord. La tour nord-est a été passablement transformée par des adjonctions néo-gothiques. La tour sud-est, plus trapue, porte plusieurs canonnières à ébrasement externe ovale. Enfin, on remarque une étrange canonnière cruciforme au pied de la courtine orientale, entre ces deux tours. (1)

Éléments protégés MH : le sol et les vestiges du château, à l'exclusion de la partie construite au XIXe siècle : inscription par arrêté du 12 juillet 1990. Le donjon : classement par arrêté du 13 février 1996.

château de Marigny 71300 Marigny, propriété privée ne se visite pas, visible de l'extérieur uniquement.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 


(1)
     source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.