châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château du Montet
 
 

        Les archives mentionnent le site depuis le XIe siècle. En 1386, reconnaissance du fief du Montet, par Jean d’Amanzé, seigneur d’Amanzé, les Feuilles en Mâconnais et autres lieux. Le 9 avril 1578, établissement du terrier de la seigneurie du Montet, pour Antoinette de Saligny, fille du seigneur de la Motte-Saint-Jean, veuve de Pierre d’Amanzé, assassiné dans son château d’Amanzé (canton de la Clayette), en 1568. Elle avait droit de "justice, haute, moyenne et basse, mère mixte et impère suivant qu’elle s’étend de long en large, se limite et comporte tous les dits objets tels que corvées, amandes, épaves, confiscations, dèshèrence, lesdits seigneurs et dames ont le droit de nommer et établir un juge châtelain, lieutenant procureur fiscal, et postulants sergents et autres officiers et pour l’exécution ont le droit de planter pilory et d’élever fourches, piliers et signes patibulaires et il y a auditoire et prisons dans le château »« Une maison, hautes et basses chambres, cellier, couverte en tuiles plates, ensemble une tour carrée, faite en pavillon avec machicoulis, étables, fournier, cour, aisances, le tout clos de murailles, un jardin et une autre espèce de terrain appelé les Verchères, situé au devant dudit château et maison forte du Montet". Dessertenne mentionne en 1757: "à Palinges, le hameau du Montet, où il y a un château, à un quart de lieuë de ma paroisse au septentrion. Le château du Montet, à un quart de lieuë de mon village au septentrion".
Le 27 août 1768, aveu et dénombrement, donné pour la terre et baronnie de Digoine, par Jacqueline-Eléonore de Reclesne, femme de Louis-Marie-Joseph Frotier de la Coste-Messelière, maréchal des camps et armées du roi, chevalier commandeur de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, Vidame de Neaux, comte de Vivonne, baron de Digoine, seigneur de la Varenne, le Montet, Saint-Aubin, Moulin-Chipot, Saint-Vincent. "Un château en forme de pavillon avec deux ailes dans lesquelles sont plusieurs chambres, hautes et basses, salles, cabinets, cuisines, et autres appartements et commodités, caves, greniers, écuries, granges, remises, prisons, conciergerie, le tout couvert en tuiles plates, et en différents corps de bâtiments, cours, basse-cour, colombier, terrasse, jardins, parterres, promenades, charmilles et autres aisances et décorations; un moulin à blé à deux roues sur la Bourbince". Le 30 septembre 1778, rénovation et confection du terrier de la seigneurie du Montet, pour Louis-Marie-Joseph Frotier, comte de la Coste-Messellière, baron de Digoine. "Au village du Montet en la paroisse de Palinges, le château et maison forte du Montet, consistant en plusieurs belles salles, chambres, cabinets, deux tours carrées du côté de bize, grange et plusieurs écuries du côté de matin, cour du côté de midy, terrasse du coté de soir, à l’entrée de la dite cour il y a deux collombiers et une belle grange contenant en tout quatre boisseaux et demy, tenant de matin et bize à la verchère dudit seigneur, de matin à la cour et entrée du château, de midy aux jardins et verger dudit seigneur, du soir au grand pré du château et de bize à la grande verchère du dit seigneur".
Selon Monnier en 1856, l'ancien château seigneurial qui existait au Montet a fait place à une habitation élégante, occupée par le propriétaire de la fabrique de poterie. Dans l'Annuaire statistique et administratif de Saône-et-Loire de 1869 il est mention à Palinges de trois châteaux : celui de Digoine, qui fut le siège d'une ancienne baronnie ; construit il y a 130 ans sur l'emplacement du prieuré des Picpus, fondé en 1609. Il appartient à M. le comte Jacques de Moreton-Chabrillant ; celui de Beauregard, à M. le comte Philibert de Moreton-Chabrillant, et celui du Montet, bâti il y a seulement une quinzaine d'années, à la place d'un ancien château, le propriétaire est M. Pajot-Ruaut.
Le site se trouve dans la vallée de la Bourbince, dans une boucle de la rivière. Il ne reste plus aucun vestiges de la maison-forte, qui fut démolie en 1852 par Emmanuel Pajot pour construire le château actuel. Le cadastre de 1828 montre un bâtiment massif en L, avec une aile en retour d’angle, moins large, qui possède deux décrochements qui peuvent indiquer l’emplacement d’un pont-levis (ou dormant). La grille d'entrée, marquée par un pavillon, s'ouvre au débouché du pont sur le canal. Les communs sont à l'ouest du corps de logis. Situé au milieu d'un grand parc naturel limité, à l'Est, par le canal du Centre, le château du Montet est une grande demeure haute d'un étage avec un très petit étage de comble, flanqué à ses deux extrémités méridionales d'une aile en équerre constituant un plan en U sur cette façade agrémentée d'un petit pignon triangulaire dans la partie médiane du corps de logis principal ; la façade opposée rectiligne, est également redressée par un pignon de même type. Dans le grand et beau parc du château, à l'Ouest, petite motte sur laquelle se dresse une tour ronde aujourd'hui enrobée de lierre, couverte d'une toiture domicale ; c'est, peut-être, l'emplacement de l'ancien château. (1)

château du Montet 71430 Palinges, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 


(1)
       source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.