châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Pierreclos
 
 

   Première mention en 1019 lorsque Audin 1er de Berzé "renonce en faveur de Cluny à toutes les revendications injustes qu’il élevait dans plusieurs villae dont celle de Pierreclos". En 1140, Hugues de Berzé, fils de Roland Brescentis, promet de donner à Cluny le manse de Pierreclos, actuellement tenu par Paganus. En juillet 1266, testament de Sibille, fille de feu Gui de Bagé, par lequel elle institue son héritier universel Philippe de Savoie, évêque de Lyon, et madame Dauphine sa mère pour héritière particulière en la troisième partie de tous ses biens, et dans les fiefs de Brancedone, de Berziac, de la Sale et tous les autres qui se trouvent au-delà de la Saone et en la terre de Pierreclos. En juin 1282, charte sous le sceau de l'official de Chalon, d'Etienne de Berzé, seigneur de Pierreclos et de Hugues, seigneur de Berzé et de Saint-Germain-en-Bresse, chevalier, par laquelle Etienne de Berzé donne à titre de gagerie à Robert, duc de Bourgogne, en la personne de Pierre de Châteauneuf, bailli de Montcenis et de Brancion, et du consentement de Hugues de Berzé, ses châteaux, villes, terres et dépendances de Pierreclos et tous droits mouvant du fief du sire de Berzé et de l'arrière-fief du duc pour le prix de 240 livres tournois. En 1422, lettre d'Humbert de Grolée aux échevins de la ville de Lyon. Les Bourguignons, maîtres de Mâcon, ne purent défendre Pierreclos contre les Armagnacs qui tenaient la campagne sous les ordres d'Humbert de Grolée, bailli de Mâcon, sénéchal de Lyon, et réussirent à y pénétrer le 4 du mois d'août, ainsi que dans ceux de Vinzelles, Chevignes et Germolles.
Le 26 mars 1431, compte de Mathieu Regnault Louis de Chalon, seigneur d’Arlay, chargé par le duc de paiements à faire à plusieurs seigneurs et capitaines qui étaient avec lui pour repousser Roderigue, et autres ennemis qui occupaient les places de Masille, château et Pierreclos avec des forces considérables pour entrer en Bourgogne. "A messier Loys de Chalon, prince d’Oranges et seigneur d’Arlay la somme de deux cens francs monnoye royal a present courant pour icelle somme tourner et convertir ou paiement de certains cappitaines de gens d’armes. C’est assavoir des seigneurs de Chastelluz, de Praelles, de Fontaine-Française, de Roland de la Guiche et autres estans en la compaignie et avec mondit seigneur le prince pour resister, alencontre de Rodrigue et autres ennemis et adversaire du Roy notre sire et de mondit seigneur qui detenoient et occupopient les places de Masilles, de Chasteau, et de Pierrecloux en grant puissance pour entrer et dommaigier es pais de mondit seigneur pour et paie a lui par vertu des lettres patentes de mondit seigneur le Duc sur ce faites, données à Montcenis cy rendu avec quittance dudit monseigneur le prince requises par icelles... audit Huguenin Coteneau, III gros pour avoir este devers ledit monseigneur le Prince audit lieu de Bourgneuf pour parler à lui de bouche du comine des ennemis estans à Pierrecloux ou il a este naguere prisonnier. A ung bon homme qui est ale a Pierrecloux pour savoir le comine des ennemis pour le rapport audit monseigneur le Prince VI gros".
En 1434, le château passe par mariage à Humbert de Rougemont. Le 4 novembre 1474, Philibert de Rougemont, chevalier, seigneur de Pierreclos, Bussy et Bussières, est l'un des représentants de la noblesse aux états du Mâconnais. Son château ayant été pris et en partie brûlé par les troupes de Louis XI lors de leurs invasions en Mâconnais en 1471, il lui est signifié que ses sujets de Pierreclos, Bussy et Bussières devront faire guet et garde à Mâcon. En 1516, assignation devant le Parlement de Paris donnée à Antoine de Rougemont, seigneur de Pierreclos, pour entendre déclarer que les habitants de Pierreclos, de Bussy et Bussières doivent venir en temps de guerre, faire guet et garde dans la ville de Mâcon. En 1562, prise de Pierreclos par les protestants, le château de Pierreclos fut assiégé et pris par d’Entraigues, chef des calvinistes, qui ravageaient le mâconnais. Montrosat, qui y tenait garnison, fut amené à Mâcon, où il fut retenu prisonnier avec ses soldats pendant plus d’un an. "La retraicte de Poinct occasionne Entragues à vouloir estendre les limites de son territoire. Il assiège le chasteau de Pierrecloux, contraint Morosat et vingt-cinq soldats qu’il y commandoit, de se rendre à discretion; et les fait mener prisonniers à Macon. Sur ces entrefaites Poncenat avec des suisses et français arrive à Mascon, en tire les principales forces, assiège Tournus et s’en rend maistre; Tavanne adverti que Mascon estoit à descouvert et qu’Entrages mesmes pour complaire à Poncenat suivoit ses enseignes, part de Chalon avec quatre cornettes de cavallerie et huict cents hommes, asseuré d’une pratique qu’il auoit tramée dedans, cependant que ses ennemis poussez d’affections particuliers, employent leurs armes ailleurs. Voicy plusieurs charettes à bœufs entrer par l’intelligence et faveur du commis à garder la clef d’une porte. Elles passent la première et seconde porte : à la troisième le premier bouvier verse et par ceste ruse arreste les suivantes. Vingt hommes couchez sur le ventre derrière une muraille du jardin proche de la porte accourent, esgorgent quelques gardes, introduisent leurs gents renversent un corps de garde, se font maistres de la ville, les soldats de Pierreclous sont eslargis et sortant de prison couppent testes, bras et jambes aux protestants, en jettent plusieurs dans la Saone, pillent leurs maisons et rançonnent les plus aisez. Ainsi la Bourgogne revient à la dévotion des catholiques".
Le 17 octobre 1587, dans son testament, Jean de Rougemont demande que son héritier fonde une pension pour l'entretien d'un prêtre au château qui sera chargé d'y célébrer perpétuellement 4 messes par semaine. Il demande aussi que l'on fasse parachever et fermer la chapelle de Pierreclos, puis qu'on la fasse sacrer de nouveau par l'évêque de Macon et la dédier au Saint-Esprit. Le 13 juin 1643, Hugues de Rougemont donne à bail pour 5 ans au prix de 2100 livres à Guillaume Berrard, marchand de Fuissé, sa terre et seigneurie de Pierreclos, consistant en chastel, jardin, colombier, prés, terres et bois, moulin, tuileries, rentes portant laods, ventes, cens, servis, justice et généralement toutes dépendances de la seigneurie, à la réserve toutefois de la maison et héritage situés sur le territoire de Livigue et la rente due à Fussé. "Nous Gardenote, furent présent hault et puissant seigneur messire Hugues de Rougemont, baron de Chandé, seigneur de Pierreclos, Bucy et Bussières, et autre place et haulte et puissante dame dame Isabeau d’Albon sa compagne, lesquels scachant et bien advisé sans force ny contraincte solidairement l’un pour l’autre et chascung d’eulx seul et pour le tout sans division ont admodié et à ce tiltre remectent et promectent de maintenir pour le temps et terme de cinq années prochaines et consécutives commenceans au jour feste de Saint Jehan Baptiste prochain et à tel jour finissant lesdites cinq années préalablement expirées à honorable Guillaume Berard, marchand de Prissé et Claude Cormet sa femme ledit Berard présent et acceptant a son proffict de sa femme et de leurs hoirs. Assavoir la terre et seigneurie dudit Pierreclos concistant en chastel, jardin, collombier, prés, terres et boys, molins, thuileries, rentes portant laodz ventes, cens, servis, justice et généralement toutes dépendances de ladite seigneurie...".
Le 24 mars 1668, aveu et Dénombrement, reprise de fief, des terres et seigneurie de Pierreclos par noble Jean Michon, comme acquéreur de dame Isabeau d’Albon, veuve et héritière testamentaire de Messire Hugues de Rougemont, par contrat reçu Roignard, notaire à Lyon, le 28 janvier 1665. Premièrement le chasteau et maison forte de Pierre Cloux avec son jardin, aisances et appartenances accoustumé, avec la seigneurie en toute justice haute, moyenne et basse mère, mixte et impère. Item la thuillerie despendant dudit chasteau avec la terre y joignant qui est admodié trente livres. Le 8 novembre 1744, procès-verbal de visite de l'église de Pierreclos. "Nous nous sommes transportés en la chapelle du château où s’est présenté messire Aymé-Gabriel Michon de Ceanves, seigneur de la Paroisse, laquelle chapelle est éloignée dudit château d’environ quarante pas, et entièrement séparée de tout bastiment, construite sur le terrasse du côté de matin, laquelle a été anciennement l’église paroissiale dudit lieu de Pierreclos et est a présent échangé, et dont il ne reste plus que le sanctuaire qui est une coquille voutée et le chœur sur le voute duquel est élevé le clocher qui subsiste encore en son entier où il y a une petite cloche, le tout en bon état et bien entretenue et forme ladite chapelle". les 23 et 24 août 1747, procès-verbal d’inventaire au château de Pierreclos, et scellés apposés sur les effets de la succession de défunt Aymé-Gabriel Michon, trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Lyon, seigneur de Pierreclos.
Le 6 novembre 1793, (16 brumaire an II) inventaire des biens de Jean-Baptiste Michon au château de Pierreclos. Dans la cuisine des appartements dudit Citoïen Michon, à côté de laditte salle à manger un endroit servant de passage pour aller à l’office. Nous sommes montés dans une chambre au dessus de l’office. De là nous nous sommes rendus dans une chambre sur l’escalier, nous sommes entrés dans un appartement, nous nous sommes ensuite rendus dans une chambre vis-à-vis l’appartement. Dans un corridor au dessus de l’escalier dans le corridor à côté de celui précédent. De là nous sommes entrés dans une chambre à côté dudit corridor dans un cabinet de toilette à côté de ladite chambre. Nous sommes ensuite entrés dans une autre chambre ayant son entrée par le corridor ci-dessus décrit, dans une chambre à côté de celle dont nous venons de parler. Enfin, à côté de cette chambre nous avons trouvé sur la porte du dernier appartement les scellés du Comité de surveillance apposés par les citoïens Lavenir, Lejeune et Moretat. Nous sommes ensuite montés dans les appartements supérieurs, entrés dans une chambre à l’usage des domestiques, dans un autre cabinet ruineux, dans un grenier vis-à-vis des chambres, dans un petit cabinet à côté dudit grenier. Nous sommes enfin montés dans une chambre dite de la tour. Etant ensuite descendus dans une écurie, entrés de là dans une remise, enfin dans une ancienne écurie... Enfin inventaire des papiers de Michon, baux et acquisitions ventes.
Description du château de Pierreclos par Lamartine en 1805. La grille du château avait un aspect majestueux. Une vaste cour d’honneur la précédait ; puis une voûte haute et large, ouvrait passage sous des donjons inégaux, qui laissaient voir un second passage; enfin, des parterres en plein soleil fleurissaient autour d’un clocher de chapelle s’élevant à gauche sur une haute terrasse ; puis cet espèce de cap, qui portait la masse du bâtiment, s’abaissait tout d’un coup comme dans une décoration d’opéra et laissait l’air le jour, la lumière inonder tous les angles de ces gothiques constructions. En entrant dans la cour d’honneur, on admirait d’abord un édifice moderne, régulier, non achevé et dont les ouvriers n’avaient pas incrusté les fenêtres dans les pierres de taille. L’édifice, de ce côté, était vaste et destiné apparemment à doubler et à remplacer le gothique château composé de donjons de tours carrées, de hauts escaliers tournants, de tourelles irrégulières, de toits aigus, de mâchicoulis, ayant l’aspect d’un village aérien; le tout ensemble couvrait l’extrémité du cap, montait et descendait en cours inégales depuis le rocher du sommet jusqu’au fond de la vallée. Le haut formait une terrasse ovale sur laquelle s’ouvraient les portes et les fenêtres des escaliers, des cuisines, des salles et des salons du château habité. Les appartements, à l’exception d’un grand poêle en fonte de fer, qui s’élevait en colonne torse dans un angle de la salle à manger, et d’une vaste cheminée en marbre noir ébréché, où brûlaient, dans le salon des arbres entiers, ressemblaient à des chambres récemment bâties et incendiées de la veille. Le ciment même des maçons n’était plus uniformément répandu sur le mur; ces murs semblaient de pierres brutes que la truelle du badigeonneur n’aurait jamais touchées. Le feu avait léché évidemment les peintures des plafonds qui portaient la trace de l’incendie à peine éteint. "Voyez, disait, en montrant du geste ces vestiges, le comte de Pierreclos, voyez les marques du passage des brigands ! Voilà la torche d’un tel, voilà la pioche de tel autre, voilà la hache d’un troisième. Ah ! les scélérats, je les connais bien, et je ne veux pas qu’on efface jamais à mes dépens les souvenirs de ces horreurs !" Le château, en effet, avait été, en 1790, dans la fameuse et inexplicable journée dite des brigandage, complètement ravagé et à demi brûlé par des bandes de paysans des montagnes descendus des villages forestiers au château de Pierreclos, sur le bruit de l’impopularité du maître, haï du peuple. Le pillage et la dévastation avaient été complets ; la femme et les filles du comte, sauvées par des métayers fidèles, avaient été conduites dans les bois qui environnaient la vallée ; le comte et ses fils s’étaient abrités eux-mêmes avec peine et avaient juré de se venger. Le fils aîné avait émigré le lendemain. Quant au comte, il était rentré quelques temps après dans sa demeure délabrée, et avait continué à y vivre jusqu’au jour où l’on était venu prendre les canons de sa terrasse pour les conduire à Mâcon, en même temps qu’on emmenait toute sa famille dans les cachots...
Sur un socle rocheux, à 450 mètres au sud du village, le château de Pierreclos, aujourd'hui isolé, occupe l'angle sud-est d'un socle rocheux qui domine d'une trentaine de mètres la rive ouest de la Grosne. Il est constitué de deux corps de logis en retour d'angle au nord et à l'ouest d'une cour carrée, flanqués de deux tours maîtresses au nord-ouest et sud-ouest, et complété par une chapelle au sud et des dépendances à l'est. L'entrée se fait au nord, face au village, par un porche plein cintre moderne surmonté des corbeaux d'une bretèche. Le porche est dominé à l'est par les communs, et à l'ouest par le corps de logis moderne, à deux étages carrés sous toit en pavillon, qui ferme la cour haute au nord. A l'ouest, le bâtiment en retour d'angle est également moderne. Il est flanqué de plusieurs tours et bâtiments. Au nord-ouest, une première tour maîtresse, basse et massive. Elle contient un rez-de-chaussée et deux étages voûtés, plus un pseudo-étage de tir percé d'occulus. Cette tour vient s'appuyer sur le logis, qui forme un angle rentrant dans le plan de la tour. Cette disposition, et d'autres indices, montrent que cette tour n'est pas antérieure aux XVIe siècle. Les tuiles glaçurées du toit de pavillon datent du XXe siècle; les tourelles d'angle sont des ajouts du XIXe siècle. Au sud-est, une seconde tour, plus étroite et plus haute, est constituée d'une tour à fenêtre de tir qui a été surélevée de deux étages. Le quatrième étage est percé de baies à accolade, et est surmonté d'une chaîne de corbeaux à ressauts qui ont sans doute porté un mâchicoulis. Au milieu de la façade ouest, une curieuse tour rectangulaire barlongue est peut-être une ancienne tour-porche. La chapelle, dans l'angle sud-est de la cour, est constituée du chœur d'une église romane, qui fermait sans doute la cour au nord. (1)

Éléments protégés MH : le porche d'entrée ; les façades et les toitures du château, y compris celles du donjon et des tours sud et est ; le portail avec les deux pavillons ; le soubassement des murs de terrasse et d'enceinte ; l'escalier à vis suspendu et l'escalier à vis du corps de logis principal ; les deux cheminées des cuisines du rez-de-chaussée ; la chambre de Laurence avec son parquet; la salle des Gardes au 1er étage avec sa cheminée et son plafond à la française ; les parties restantes de la chapelle : inscription par arrêté du 21 décembre 1984.

château de Pierreclos 71960 Pierreclos, tél. 03 85 35 73 73, ouvert au public, visites et horaires voir le site du château: http://www.chateaudepierreclos.com, et location de plusieurs salles de réceptions pour vos mariages, séminaires..

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photo©webmaster"B-E", photos interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander (Contact)
A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
château de Pierreclos château de Pierreclos château de Pierreclos château de Pierreclos
 
 
château de Pierreclos château de Pierreclos château de Pierreclos château de Pierreclos
 
 
 
château de Pierreclos château de Pierreclos château de Pierreclos château de Pierreclos
 
 
château de Pierreclos château de Pierreclos château de Pierreclos château de Pierreclos
 
 
château de Pierreclos château de Pierreclos château de Pierreclos château de Pierreclos
     
   
 
 
 


(1)
      source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.