châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Brandon
 
 

    Un Jocerand de Brandon est cité comme bienfaiteur du prieuré du Val-Saint-Benoit en 1242. Reprise de fief en 1256 par Guillaume Delvin, chevalier, au duc de Bourgogne Hugues IV : le mont du châtelet et village de Brandon, avec les moulins dudit village et tout ce qu'il peut et doit avoir dans lesdits finages. Missions faites par le dit bailli le mardi mercredi et jeudi levant l’an courant 1350 "en la poursuite de Guillaume Quatrehuil de Champvans écuyer lequel avait été prendre et rouber l’abbé de Moustier Saint Jean et comme défunt Huguenot de Saint André lequel fut pris et exécuté pour ce dit fait, c’est à savoir en suivant ledit Quatrehuil d’Autun à Varennes sous le chastellet de Brandon où était le dit Quatrehuil, si comme avait été rapporté au dit bailli par plusieurs personnes et de Varennes en plusieurs autres lieux auxquels ne put trouver ledit Quatrehuil se fut ledit bailli audit Champvans en son hostel au quel fit inventaire des biens d’ycellui et les fit apporter à Montcenis où ils furent rapporté en recette d’Argent… Item pour les dépenses dudit bailli faites le mercredi, jeudi et vendredi saint l’an 1350 en allant et poursuivant d’Autun à Varennes vers le chastellet de Brandon et de Varennes à Champvan en Charellois pour prendre Guillaume dit Quatrehuil écuyer lequel étant accusé de la prise de l’abbé de Moustier Saint Jehan et de plusieurs autres roberies ravages et larcins et lequel ne put trouver y fit inventaire de ses biens et les mis en la main de ma Dame pour laquelle poursuite fit mission et dépends…. Item missions et dépenses faites par le dit bailli le dimanche jour de Pentecôte, le lundi, mardi et le mercredi suivant l’an 1352 c’est à savoir par Symon de Blaizey escuer, dit Laulemant, Philibert Loixain, Jehan Lombart et plusieurs autres et lesquels allèrent de Beaulne à Ostun pour prendre des harnois et Dostun à Chanvans pour prendre Guillaume Quatrehuil devant dit et en l’amenant de Chanvans en Charrelois à Moncenis es prisons de ma dite Dame et aussi pour l’exécution du dit Quatrehuil faire, lequel fut exécuté le dit Quatrehuil le mardi avant la Feste Dieu l’an dessus dit dont les menues parties sont en rolles contenues 32 livres 2 sols".
En 1374, dénombrement donné par Guillaume dit Leysen au nom d'Ysabelle Dessertennes, damoiselle, sa femme de ce qui suit : "savoir la troisième partie de la moitié de la maison forte de Brandon avec ses dépendances. Item la justice grande et petite esdites choses et généralemnt tout ce qu'il a depuis la rivière dite de Brandon ayant son cours sous la ville dudit Brandon tendant vers ladite maison". Le 7 janvier 1376, Philippe, fils de France et Duc de Bourgogne "a uni et incorporé la seigneurie de Brandon avec toutes les autres seigneuries, justices, villages ci-droits et dépendances d'icelles suivant que le tout est détaillé dans la pièce d'inféodation faite par le prince Hugues IV, duc de Bourgogne en 1256. Pour toutes les seigneuries ensemble ne faire dès à présent et à venir qu'une seule et même seigneurie sous le nom de Brandon, laquelle ainsi composée et unie, ledit duc de Bourgogne a érigé et élevé au titre prééminant du droit de baronnie, voulant que dorénavant les sieurs d'icelle se qualifient de barons, jouissent de tous les droits, préséances et prérogatives des anciens barons des états et pays de Bourgogne". Vers 1380 dénombrement par lequel Guillaume d'Antully, chevalier déclare tenir en fief du duc ce qui suit "Scavoir la ville ditte Deschenolte et dépendances, un quartier de bois, jouxte la maison forte de Champitaul. Dans laquelle declaration ledit d'Antully dit ne pas comprendre sa maison forte et ville de Champitaul, terres, bois, meix, justice haute, moyenne et basse en dépendant parce qu'ils sont en debat entre Monseigneur le duc et le seigneur du Chastel de Brandon, à cause duquel debat lesdites choses sont sous la main dudit duc depuis longtemps".
En 1409, dénombrement donné par Pierre Dessertennes, chevalier, seigneur de Colonges, de Chatelet, de Brandon : savoir le chatel de Brandon. Item un colombier assis devant ledit chatel le tout situé en la chatellenie de Montcenis.
Hugues-Bernard Montessus est seigneur de Brandon en 1504. Le 18 août 1525, terrier de Brandon : "Premièrement audit chastelet et pourpier dudit Brandon y a une grande tour couverte de tuiles, pennecelée dessus à pennonceaux, en laquelle grande tour sont deux belles chambres hautes, le grenier dessus, garnies chacune de cheminée. Aussi la cave dessous du giron d'icelle, chambre seulement voûtée, et aussi est un cellier dessous ladite cave. Item une chambre à plancher seulement en laquelle y a aussi une cheminée qui a été nouvellement édiffiée et faite toute neuve couverte à appendise. Item une établerie planchée, pour sur ledit plancher mettre le foin, laquelle étable est spacieuse et y a place et lieu pour mettre douz chevaux, couverte d'assandre en matière de citerne et un plastre où sont les fourches. Le tout est circuit et environné des bonnes murailles fortes et avant murailles posées et assises sur une haute motte". Le 7 juin 1533, traité évoquant les réparations des défenses, consécutives à un incendie. Les deux tours furent remises en état au prix de 137 livres tournois. On remit à neuf la tour citée en 1525 pour laquelle fut construit un escalier neuf. On acheva une chambre à la Tour-porche. On employa 20 livres tournois à la réparation des murailles, fenêtres et canonnières. L'abbé Courtépée écrit en 1774: le château de Brandon, ancien, flanqué de deux tours, sur une colline qui domine tout le pays.
Le 18 février 1777, dénombrement par Joseph de Beaurepaire: le château consistant en un corps de logis flanqué de deux grandes tours, un autre servant de portail, une écurie voûtée, un grenier à foin dessus, contre lequel est la tour de la chapelle. Deux grandes cours, une prison et un four, une cuverie, un pressoir, une grande remise sur laquelle est encore un corps de logis, et grande et belle cave au dessous, une petite maison pour loger la garde. En 1839, le vieux château de Brandon qu'on remarque sur la colline qui domine tout le pays d'alentour, est la propriété de M. Tripier, pair de France, conseiller à la cour de Cassation. Dans l'Annuaire statistique et administratif de Saône-et-Loire en 1862 est mentionné: ancien château de Brandon, flanqué de deux tours, pittoresquement assis sur une colline qui domine tout le pays. Cette demeure féodale, siège d'une baronnie, et dont le nom rappelle une origine gauloisre : Brenni Dunum, est du plus imposant aspect. Sa dernière reconstruction, qui n'a pas été achevée, remonte au XVIIIe siècle. Les gens du pays disent qu'on entendait autrefois à Brandon, pendant la nuit, le bruit continuel des chars qui y arrivaient sans cesse et en descendaient avec fracas. Le souvenir de la salle d'arme et de l'ancienne guette des châteaux forts s'y est conservé. A peine était-on couché dans la chambre rouge qu'un revenant découvrait le dormeur en riant aux éclats. Se rendormait-on, le même manège recommençait. Descendait-on dans les caves du château, on entendait une voix qui disait "Bouchez plein". Importants travaux de restaurations réalisés en 1900 par la petite fille de Nicolas Tripier, veuve de Ferdinand de Jouvencel.
Le château se trouve à deux kilomètres au nord-ouest de l'église paroissiale. Il dessine une enceinte polygonale irrégulière répartie sur deux niveaux de cours que sépare un mur de soutènement. Le corps de logis principal, élevé du côté ouest sur un important niveau de soubassement, comporte un rez-de-chaussée surélevé et un étage. Deux tours quadrangulaires inclinées à 45° par rapport au corps de logis, occupent les angles nord-ouest et sud-ouest de l'enceinte. Un bâtiment à usage de remise, en retour d'équerre sur le corps de logis ferme l'enceinte au nord ; il est prolongé par un mur reconstituant l'ancien chemin de ronde jusqu'à l'angle est occupé par une troisième tour, dite de la chapelle. Des dépendances agricoles dont une, au sud-est, a été convertie en habitation, se poursuivent jusqu'à le tour-porche qui ferme l'enceinte au sud. Entre cette dernière et la tour de l'ouest, une dernière dépendance et une nouvelle section de chemin de ronde achèvent de clore l'ensemble. Devant la tour-porche, l'accès primitif, dit "pavé du Roi" et le chemin actuel débouchent sur une terrasse semblant correspondre à un ancien ouvrage défensif arasé. Un colombier de section circulaire et sans toiture marque l'angle sud-est d'une seconde enceinte que l'on retrouve sous la forme d'un important mur de soutènement à l'ouest. (1)

Éléments protégés MH : les façades et les toitures du château : inscription par arrêté du 10 juin 1975.

château de Brandon 71670 Saint-Pierre-de-Varennes, tel. 03 85 55 45 16, ouvert au public tous les jours du 15 avril au 30 septembre de 12h 30 à 17h 30 et pour groupes de plus de 10 personnes, le château peut être ouvert n'importe quel jour de l'année, sur rendez-vous à une heure à convenir.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photo©webmaster B-E, photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.
A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
château de Brandon   Saint-Pierre-de-Varennes château de Brandon   Saint-Pierre-de-Varennes château de Brandon   Saint-Pierre-de-Varennes 
 
 
château de Brandon   Saint-Pierre-de-Varennes château de Brandon   Saint-Pierre-de-Varennes château de Brandon   Saint-Pierre-de-Varennes  château de Brandon   Saint-Pierre-de-Varennes
 
 
château de Brandon   Saint-Pierre-de-Varennes  château de Brandon   Saint-Pierre-de-Varennes
 
   
 
 
 


(1)
   source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.