châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de La Marche
 
 

 Lettre de Henri d’Antigny, sire de Sainte-Croix, "dattée d’Argilly le dimanche de la Madeleine l’an 1317 par laquelle il confesse qu'il a pris et prend en fief lige perpétuel du duc de Bourgogne pour lui et ses successeurs les choses cy après escrittes, savoir: le château de Montfort en Revermont en fief nu à nu, ensemble tous ses droits… Item toute la terre de La Marche en Bresse (commune de Villegaudin) que messire Guillaume de Rulée tient pour raison de sa seigneurie dudit Henry, excepté la maison forte de La Marche, et ce que les enfants Bertrand au Marchat tiennent à Saint-Martin-en-Bresse. Item Coligney en Revermont (Coligny, Ain), et toute terre plaine que la dame de Montlouhault y tient fors le château. Item la maison forte de Chaudenay en Bresse que Messire Hubert le Rate tient dudit Henry nu à nu et 100 livrées de terre appartenant à ladite maison. Item, la maison fort de Monconin que Messire Regnault de Monconin tient dudit Henri nu à nu et 100 livrées de terre appartenant esdites maison; lesquelles choses étoient de franc alleu dudit Henri, et cette reprise et declaration il fait pour le prix de mil livres qu'il a recu du duc". L'abbé Courtépée écrit: à Villegaudin, la Marche avec jolie chapelle castrale fondée en 1317 par Renaude de la Marche en sa maison forte pour trois messes par semaine. Jean de Vienne de Sainte-Croix acquit en 1376 partie des revenus de la Marche sur Alix de la Marche, dame de Château-Renaud, et Oudot son fils.
Olivier de la Marche, né en ce lieu, maître d'hôtel et capitaine des gardes du duc Charles, fait chevalier à la bataille de Monthléry en 1465, mort en 1501 à Bruxelles. Cette terre fut partagée en 1470 entre Anne, fille d'Antoine de la Marche, épouse de J. de Saulx du Meix, et Françoise de Moroges, relicte d'Antoine de la Marche. La jolie chapelle castrale fondée en 1317 et renouvelée en 1669 pour deux chapelains réduits à un en 1677, et bénite par Claude Fyot, abbé de Saint-Etienne. En 1682, Claude Fyot, abbé commanditaire de Saint-Etienne de Dijon, fit bâtir à la place de la maison forte un vaste château, comportant un corps de logis de plan quadrangulaire entre deux pavillons en avancée sur ses deux façades que précédait une basse-cour. La Marche érigé en marquisat en 1736 en faveur de Claude Fyot, comte de Bôjan, premier président du Parlement de Bourgogne. Château à la moderne, bien décoré, avec un beau salon peint à fresque par Nanini, où est représenté le festin des dieux. Au château, tableaux d'Oliviers de la Marche, de Jean Fyot, précepteur d'un fils de Chalres VII, de la continence de Scipion, de l'embarquement de Charles II à Anvers pour retourner à Londres. Vaste nape d'eau devant le château. Trois grandes avenues pour y arriver; celle du côté de Mervans a trois quart de lieux de long. Ce château, dont le donjon est en franc-aleu noble, a donné le nom à une ancienne maison éteinte, dont était Olivier de la Marche.
Dans l'Annuaire statistique et administratif de Saône-et-Loire de 1859 est écrit: on remarque dans cette commune le joli château de la Marche, bâti en 1682 par Claude Fyot, comte de Bosjen, abbé de Saint-Etienne de Dijon. Il a été construit sur les fondations de l'ancien château fort, dont les fossés, revêtus en briques et en pierres de taille, subsistent encore, ainsi que le bastion saillant de la nappe d'eau qui couvre une étendue d'environ 18 arpents. Le beau château de la Marche, dont il a été fait mention dans l'annuaire de 1859, a été consumé par un incendie en 1862 avec toutes les richesses et objets d'art, d'un grand prix, qu'il contenait. A un peu plus d'un kilomètre à l'est de l'église se trouve une plate-forme quadrangulaire de 112,5 mètres de long et 37,50 mètres de large au sommet. Sa hauteur est évaluée à 1,50 mètre. Elle est ceinturée sur trois côtés par un profond fossé large de quinze mètres ayant été revêtu en briques et en pierres de taille. Un étang jouxte le flanc est. Incendié en 1861, ce château n'a laissé aucun vestige. A l'ouest se situe la basse cour rectangulaire longue de 77,50 mètres et large de 65 mètres. Elle supportait initialement des constructions disposées autour d'une cour intérieure. L'accès à cet ensemble fortifié se faisait à l'ouest. (1)

château de La Marche 71620 Villegaudin, propriété privée, ne se visite pas, vestiges.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Licence photo©webmaster B-E,
photos ci-dessous interdites à la publication sur internet, pour un autre usage nous demander.
A voir sur cette page "châteaux de Saône-et-Loire" tous les châteaux recensés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 château de La Marche   Villegaudin  château de La Marche   Villegaudin
 
   
 
 
 


(1)
     source : www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/index.html

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.