châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château d'Angles sur Anglin
 
 

   Le premier château de pierres est bâti par un évêque de Poitiers Gilbert (975-1020) sur l'escarpement rocheux dominant la rivière. Le commandement de la garnison en est confié à un cousin de l'évêque, Gaucelme Roy, puis à son neveu vers 1025. La même année, un pont est construit, qui reste jusqu'en 1741. En 1090, le château est confié aux Lusignan. En 1096, avant de partir en Croisade, Hugues de Lusignan et son fils Hugues le Brun accordent les bénéfices de l'abbaye à l'abbé de Saint-Cyprien de Poitiers. Les barons de Lusignan tiennent leur fief d'Angles en franche aumône sans hommage ni autre obligation des évêques de Poitiers. Ils remanient le château reconstruisant le donjon. Mais les seigneurs de Lusignan abandonnent peu à peu leurs terres d'Angles, qu'ils vendent ou échangent. En 1268 Guillaume de Lezay-Lusignan échange le château et ses droits aux évêques de Poitiers, contre la terre de Villefagnan, et le 21 mars 1281 Hélie de Lusignan vend les deux tiers de ses terres d'Angles.
Au XIVe siècle, la famille d'Oyré défend le château pour les évêques. Un de ses membres, Guichard IV, fut célébré pour ses exploits à la bataille de Poitiers en 1356, du côté de Jean le Bon, qu'il défendit vaillamment. Il embellit son château, qui prend le nom de château Guichard. Le 23 mai 1372, Bertrand du Guesclin assiège et prend le château et le village est ruiné. Les évêques de Poitiers sont ensuite les seuls seigneurs du château. Après la guerre de cent Ans les êvêques restaurent le château. Puis il est pris par l'amiral de Coligny en 1567 qui y installe une gamison protestante qui le défend jusqu'en 1571, date à laquelle il est pris par le gouverneur de Châtellerault. En 1591, les ligueurs prennent et pillent le château. En 1652, le duc de Roannez, commandant les troupes royales le reprend aux frondeurs poitevin. La ville est aux XVIe et XVIIe siècles une source de revenus réguliers pour l'évêque de Poitiers. À la Révolution le château est déclaré bien national et sert de carrière publique.
Du côté de la rivière, deux tours flanquent le bastion qui les unit. La tour du second plan encadre, avec une autre tour regardant la route, une petite porte de style ogival, surmontée d'une muraille. Cette porte ne présente pas de trace de pont-levis. Elle devait faire communiquer le château avec la ville de façon à livrer passage aux habitants en cas d'attaque. L'accès au château se fait par une première cour triangulaire. Sur la droite, un rempart surélevé comportait un chemin de ronde et unissait la tour d'angle de l'entrée à la tour crénelée faisant face à l'Anglin. Le grand donjon ferme la première cour qu'il sépare complètement d'une autre plus grande. De style roman de la fin du XIIe siècle, il est rectangulaire et flanqué d'une tourelle formant contrefort. Une autre semblable se trouve presque au milieu du parement. A l'angle, une tour plus importante est reliée à la tour médiane par un avant-corps, sorte de bastion creux communiquant avec le donjon par une porte. Cet avant-corps contenait peut-être un escalier permettant d'accéder à la salle supérieure du donjon. Sur les faces intérieures du donjon se voit une suite de créneaux formant couronnement, dont il ne reste que la base. Un chemin de ronde permettait d'y accéder. Au rez-de-chaussée, une salle servait de magasin. Du côté de la route, la cour principale est fermée par une courtine qui unit le donjon à la tour à gauche de l'entrée du château. D'après la tradition, la partie supérieure de cette tour abritait la chapelle castrale. Cette dernière courtine est renforcée par des bastions en maçonnerie et une tour. Une deuxième cour secondaire, moins grande que la première, est défendue par des parapets et des créneaux. Elle était fermée par une tour. Une petite cour plus basse en niveau était entourée de hautes murailles couronnées de créneaux ou d'archères. Il s'agissait de l'entrée principale du château.

Éléments protégés MH : les restes du château : classement par arrêté du 10 février 1926.

château-fort d'Angles sur Anglin 86260 Angles-sur-l'Anglin, depuis 1986, propriété de la commune, ouvert au public le 11, 12 et 13 avril, de mai au 1er juin samedi et dimanche, septembre 14h 30 à 18h 30, juillet et août tous les jours de 11h à 12h 30 et de 14h 30 à 18h 30 fermé le mardi.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Nous remercions M. Mairé, du site pixAile.com, pour les photos aériennes qu'il nous a adressées. (photos interdites à la publication)
A voir sur cette page "châteaux de la Vienne" tous les châteaux répertoriés à ce jour dans ce département.

 
 
 
 
 
 
Nous remercions chaleureusement M. Alain Thonus pour l'historique et les photos qu'il nous a adressés pour réaliser cette page.
Château fort d'Angles sur Anglin Château fort d'Angles sur Anglin  Château fort d'Angles sur Anglin
 
   
 
 
 


(1)
    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
 
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.