châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Beauregard
 
 

 Vers 1260, pour protéger Villefranche de la maison de Savoie, Guichard de Beaujeu, seigneur de Dombes, demande à son vassal Gui de Chabeu, seigneur de Saint Trivier, de construire un château fort sur la rive opposée, au dessus de la Saône. Mais l'église de Lyon revendique le fief, qui est partagé par un traité signé en 1298. Sa possession reste pourtant l'enjeu de luttes répétées au cours du XIVe siècle, le château est saccagé à plusieurs reprises. En 1337, la toiture est refaite en pierre et en tuile. Beauregard devient le siège de la Justice de Dombes jusqu'en 1401. En 1400, Edouard de Beaujeu le cède avec tous ses biens à Louis II de Bourbon. Marie de Berry, duchesse de Bourbon, fait aménager le château en 1420 pour y habiter et le renforce avec des claies au-dessus des murailles. La fortification est réparée et encore renforcée en 1460 et 1465. La Justice de Dombes y revient de 1484 à 1502, avec Pierre II de Bourbon qui, sous l'impulsion de sa femme Anne de Beaujeu, rénove l'édifice, ainsi qu'en témoignent leurs armoiries et le chiffre "P.A.". Confisqué par François Ier, le château est racheté par le prince de Dombes en 1572. En 1699 le duc du Maine, prince de Dombes, installe dans l'édifice une fabrique de glaces succursale de Saint-Gobain, qui périclite et ferme en 1735. Vendu en 1725 à Pierre de Sève, baron de Fléchères, il est désaffecté et tombe en ruine. En effet si le château a échappé à la saisie des biens nationaux à la révolution, c'est qu'il était considéré comme ruine. En 1860, un descendant de la famille, Henri Bouchet, le rachète de 1865 à 1868, l'architecte Charles Martin, prolonge les bâtiments anciens et les relie par un corps de portique. L'architecte François Genéty réalise la décoration intérieure.
Dans la demeure actuelle, les parties subsistantes de l'ancien château sont situées dans la moitié orientale de l'aile gauche datant probablement de la campagne de travaux de Pierre de Bourbon et Anne de Beaujeu au XVe siècle. La tour sud-est est encore munie d'éléments défensif, notamment des archères-canonnières cruciformes disposées sur plusieurs niveaux. Dans les élévations en retour au nord et à l'ouest, les baies paraissent également d'origine, avec quelques réfections de linteaux (porte piétonne basse) ou de plates-bandes, et de maçonnerie, où apparaissent des assises de briques sombres en remploi, provenant sans doute des fortifications médiévales. La reprise de construction du XIXe siècle est nettement visible: changement de matériau, de modénature et de proportion des baies. Dans l'angle interne, la tourelle d'escalier, ouvrage du XIXe siècle, reprend peut-être une disposition ancienne: derrière cette tour, un passage en biais dans le mur intérieur fait communiquer la cuisine et le couloir voûté d'arêtes. Hormis les parties supérieures remaniées, ce corps conserve aussi à l'intérieur sa structure d'origine. Elle semble correspondre, dans les grandes lignes, à la description de l'état des lieux du corps de logis en 1560. Attenante à la tour, la pièce appelée chambre d'honneur serait la salle basse, dans laquelle se trouve la cheminée monumentale aux armes de Pierre II de Bourbon. Sur le plan cadastral de 1823, l'emprise du bâti au sol apparaît beaucoup plus important que la partie ci-dessus: elle se prolonge en droite ligne au nord jusqu'à la deuxième tour d'angle symétrique. La partie centrale n'existe plus aujourd'hui. L'extrémité orientale de l'aile droite, destinée aux communs, est encore un vestige de l'ancien château, sans doute le plus en ruines à l'époque; en effet, à l'exception de la tour restaurée au XIXe siècle, les éléments d'origine sont moins évidents. Dans la façade sur cour ou la brique est majoritaire, se mêlent des moellons de calcaire et des briques en remploi d'un module très ancien. La aussi on perçoit une volonté de restauration néo-médiévale, car les baies du rez-de-chaussée, en arc brisé, copient la porte nord du passage ouvrant sur l'extérieur. Henri Bouchet et l'architecte Charles Martin ont bien respecté les vestiges du château-fort, qu'ils ont su habilement intégrer dans le nouveau château. Le plan en U autour d'une cour d'honneur reprend un parti local traditionnel, avec un corps de passage à portique reliant les deux ailes. (1)

château de Beauregard, rue Gui de Chabeu, 01480 Beauregard, lieu-dit: Champ du Château, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Propriétaire de ce monument, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant un historique détaillé et des photos pour illustrer cette page, merci.

 
 
 
 
 
 
 
     
 
 
 


(1)    Source Base Mérimée, culture.gouv.fr/culture&patrimoine : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee.fr
(2)    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
Copyright ©webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu     Tous droits réservés.