châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château d'Escoffier
 
 

        Le territoire de Balmont, appelé Robillon au XIVe siècle, fut acheté par la famille Cachet de Garnerans et Montézan, célèbre au Parlement de Trévoux qui fit probablement construire le château au milieu du XVIIe siècle Claude Cachet obtint en 1667 des lettres d'érection de cette maison en fief et, en 1672, il rendit foi et hommage pour Balmont, fief sans justice. Cette famille restera propriétaire du château jusqu'en 1789. Après la révolution, Mr Piegay, conseiller à la cour de Trévoux, acquit la propriété. Il fit dessiner le parc par les élèves de l'école Le Nôtre et ajouter le troisième étage du château, les deux tours arrière et la chapelle vers 1860. Sa fille épousa Mr de Vrégille qui lui donna dix enfants dont trois fils devenus prêtres, c'est pour cela que la tour de la chapelle fut bâtie. En 1905, Mr de Vrégille vendit la propriété à Louis Escoffier, qui réaménagea l'intérieur. Les chambres ont conservé des cheminées et leurs plafonds à caissons de bois. La famille Escoffier donna son nom au château. Puis il fut vendu, vers 1980, à une société japonaise qui a créé l'école hôtelière actuelle. Les communs et la ferme ont été complètement remaniés à cet effet.
 L'ensemble du bâtiment forme un plan régulier. Les murs sont bâtis en pisé couvert de crépi coloré, sur solin et chaînes d'angles harpées en calcaire. On accède au château par un portail principal au sud, avec un pavillon d'entrée, et un portail daté de 1682 à l'ouest composé d'une porte cochère en plein cintre avec encadrement à refends et deux ouvertures latérales dont une porte piétonne et une murée. Tous deux ouvrent sur un parc arboré qui contient un étang. Le pavillon d'entrée et l'orangerie (au nord-ouest), de plan rectangulaire, sont en pisé sur solin calcaire, les baie sont encadrées de briques et pierres, celles de l'orangerie sont une suite d'arcatures segmentaires. Leur toit à deux pans est couvert de tuiles mécaniques. Le corps de logis, de plan carré cantonné de pavillons, est double en profondeur. Il présente quatre niveaux : un rez-de-chaussée avec quatre portes-fenêtres ouvrant sur le parc, deux étages nobles et un étage de comble éclairé par des lucarnes et des oculi dans les tours. La toiture, soulignée d'une corniche sur consoles, à longs pans brisés et à croupes est couverte de tuiles mécaniques et de tuiles en écaille vernissées. La tour nord-est est en terrasse. Les encadrements de baie sont en calcaire. Les ouvertures sont carrées (fenêtres à croisées, et à meneaux). La façade antérieure est symétrique et présente trois travées dont une double au centre, plus une travée par tours latérales. Celles-ci forment avant-corps de part et d'autre de la façade, et sont coiffées d'un toit à croupes à égout retroussé couvert d'ardoises. Une petite tour surmontée d'un belvédère est adossée à la tour sud-est. L'intérieur présente un oratoire, voûté d'arêtes avec cordons et culots, et une petite pièce voûtée en berceau. La tour sud-ouest est en pendant de l'oratoire avec voûtes d'arête à rubans, et culots en cornes d'abondance. La tour nord-ouest, avec chapelle, est coiffée d'un toit à croupes à égout retroussé couvert de tuiles écailles vernissées, souligné d'une corniche sur consoles en arcature. La chapelle en pierres dorées est couverte de voûtes d'ogive avec des nervures en double torsade. La clef de voûte et les retombées de culots comportent des armoiries. La porte et les fenêtres sont en plein cintre. La travée axiale présente une porte d'entrée en plein cintre encadrée par des doubles pilastres en pierre, surmontés d'une corniche sur laquelle repose des baies jumelées rectangulaires. La porte ouvre sur un vestibule central. Deux colonnes de marbre surmontées de chapiteaux ioniques marquent le départ de l'escalier en pierre, tournant à retours avec jours. A l'est, les corps de bâtiment de la ferme et des communs, comprenant les écuries et l'ancien cuvier sont de plan en L, en pisé, le solin et chaînes d'angles en calcaire. La toiture des écuries est à longs pans à pignon couvert, couverte de tuiles mécaniques. Les autres bâtiments ont une toiture à longs pans couverte de tuiles creuses.

château d'Escoffier 01600 Reyrieux, abrite une école hôtelière.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de cet édifice, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

A voir sur cette page "châteaux dans l'Ain" tous les châteaux répertoriés actuellement dans ce département.

 
 
 
 
 
 
 
   
 

(1)    Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)

Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/inventaire/patrimoine, que nous remercions vivement
Copyright ©chateauxdefrance@orange.fr     Tous droits réservés.