châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château d'Estaing
 
 
 
Château d'Estaing Château d'Estaing Château d'Estaing
 
 
 

      Les recherches récentes laissent penser que le site est occupé depuis la fin de l'Antiquité puisqu'il est avéré que saint Fleuret, mort au milieu du Ve siècle, est embaumé avec des aromates dans le castrum même où il est enseveli.
Estaing fut le siège d'une importante baronnie dont la première référence remonte à 1028 avec Aldebert d'Estaing. Les plus anciens vestiges lisibles dans les maçonneries de la première cour (assises de pierre disposées en arêtes de poisson) ne peuvent être antérieur à l'an mil. Une trace de baie située en partie haute du corps de logis vers le sud prouve que les maçonneries en moellons de schiste et blocs de grès taillés sont probablement achevées au début du XIIIe siècle. On ignore le plan et la distribution du château à cette époque, car il fait l'objet d'aménagements importants dans le dernier quart du siècle. La demeure seigneuriale était alors accessible par une belle porte en arc brisé derrière laquelle on trouvait probablement un escalier conduisant aux étages. Le premier abritait des pièces éclairées de lancettes tandis qu'au second, la salle noble ouvrait largement sur le panorama environnant par de larges baies à remplage dont il ne subsiste que des vestiges. L'archivolte de ces éléments est encore conservée de même que le cordon d'appui qui permet de restituer les ouvertures.
La construction médiévale fait l'objet de remaniements à la fin du Moyen-Age et tout au long du XVIe siècle. Ainsi, le logis qui ferme la cour basse sur sa partie orientale est mis au goût du jour : on perce de nouvelles ouvertures à meneau et traverses de style Renaissance. On construit alors le corps de logis principal qui domine la cour haute et, pour abriter l'escalier en vis, le donjon pentagonal couronné d'échauguettes. Sa porte d'accès est délicatement ornée de fines colonnettes aux bases prismatiques qui portent des chapiteaux de feuillage. Les voussures en ogive enferment un tympan aux armes des Estaing. La chapelle gothique, aménagée en partie haute est un bel exemple des transformations opérées à cette époque. Elle conserve un décor peint dont le programme, récemment restauré, est partiellement lisible.
Jean III d'Estaing, dans les importants travaux qu'il entreprend jusque vers 1620, transforme l'extrémité sud du logis avec sa petite échauguette et son toit mansardé. Il dote le salon d'Olt d'une cheminée monumentale avec des colonnes et un manteau sculpté. A l'opposé, il fait construire au-dessus du châtelet d'entrée un appartement dont les fenêtres, surmontées d'un fronton triangulaire de trois pignons arrondis. On lui doit également la terrasse qui surmonte le mur d'enceinte médiéval avec ses balustres qui surplombent le vide.
On peut logiquement supposer que c'est sur son initiative que certains décors ont été peints sur des cheminées qui existaient antérieurement. Au rez-de-chaussée du logis, sur la cheminée de la salle basse sont représentées des scènes mythologiques inspirées des Métamorphoses d'Ovide. A l'étage, ce sont des cavaliers dans un paysage devant des murailles qui sont peints sur le manteau de celle qui se trouve dans le salon dit "des chasses". Avec la mort en 1621 de Jean III, cesse pour près de deux siècles l'évolution architecturale du château, car ses successeurs s'éloignent d'Estaing et vont le plus souvent délaisser leur demeure.
En 1789, le château n'échappe pas au vandalisme de la Révolution. A cette époque, les écussons sont grattés, le château pillé et les bâtiments confisqués. L'édifice est racheté par Madame de Boisseul, soeur de l'Amiral d'Estaing, puis cédé à un habitant du village, Martin, qui en vendit des parties à une vingtaine de propriétaires. A partir de 1836, le château accueille les soeurs Saint-Joseph. D'abord locataires, les religieuses, dirigées par mère Ursule commencent à racheter tous les lots vendus à la Révolution qui constituaient le château. Elles procèdent à d'importantes réparations et aux aménagements nécessaires, puis créent une institution qui connaîtra un essor rapide. Il ne faudra pas moins de 40 ans pour que le château soit restitué dans son intégrité.
En 1930, Elles commandent à André Boyer la construction d'une chapelle près de celle des seigneurs d'Estaing médiévale, devenue trop petite. L'architecte départemental transforma les dépendances où l'on étendait le linge pour aménager la nouvelle chapelle consacrée par l'évêque de Rodez, le 7 septembre 1929. Après la Seconde guerre mondiale, le château se transforme en maison de retraite pour religieuses qui le mirent en vente à la fin du XXe siècle.
Le château d'Estaing est constitué de nombreux corps de bâtiment de hauteurs différentes, organisés autour d'une terrasse. L'accès s'effectue au nord, par un portail surmonté d'un corps de bâtiment en encorbellement. L'élévation extérieure, vers le village, percée d'un simple portail surbaissé et surmontée d'une niche, présente une série de faux-mâchicoulis ornés de pierres trilobées. La pièce, située à l'étage est éclairée par une fenêtre à meneau et traverse surmontée d'un fronton triangulaire portant un décor en relief. Côté cour, l'élévation compte deux niveaux. En partie basse, une arcade double arcade supporte le corps de bâtiment du niveau supérieur. Un arc brisé et des voûtes d'arêtes soutiennent l'épaisseur de l'étage mais les corbeaux qui dessinent le mâchicoulis factice, sont plus resserrés et ne disposent pas du décor repéré sur l'élévation opposée. Si la partie ouest fait office de porche, la partie orientale, aujourd'hui obturée par un portail sert de remise. A l'étage, la pièce, précédée d'un auvent soutenu par des colonnes de pierre, est éclairée par une baie rectangulaire surmontée d'un fronton triangulaire sculpté et enrichi de boules.
Le corps d'entrée ouvre sur une cour basse, dans laquelle on remarque un puits à l'ouest, près de la muraille en moellons de schiste qui ferme la cour. Modifiée en partie haute, elle compte une série de corbeaux en pierre de taille qui supportent la coursive en encorbellement dotée d'une balustrade en pierre de taille. Sur le côté est, le logis principal du château a été construit à même le rocher.
Côté ouest, prend place le logis devant lequel est placé un puissant contrefort dont la partie supérieure a visiblement fait l'objet d'un arasement lorsque la porte qui ouvre au sommet fut percée. Construit en moellons de schiste, le logis médiéval repose directement sur le rocher. Très probablement aveugle en partie basse à l'origine, le mur est percé d'une large porte en arc brisé, aujourd'hui mûrée, dont les claveaux de gré correspondent au matériau du premier étage. Ce niveau est en effet construit en pierre de taille et porte encore les traces de baies étroites dont la partie supérieure était cintrée. L'ensemble de l'édifice est en moellons de schiste sur lequel se détachent les parements en pierre de taille où s'inscrivent les ouvertures moulurées. Le dernier niveau, en encorbellement sur un faux mâchicoulis, est éclairé par deux chiens-assis et des baies plus étroites.
La tour pentagonale, datable du début du XVIe siècle, se situe l'entrée du corps principal qui domine à l'est la rivière de la Coussane. Elle est construite en moellons de schiste mais dispose d'un parement en pierre de taille. A l'intérieur, sur plusieurs niveaux, le grand escalier en vis et des dégagements distribuent diverses pièces dont seule une partie est visible.
Au premier étage, le salon de famille occupe une pièce rectangulaire plafonnée et équipée d'une cheminée moulurée à côté de laquelle est percée une porte surmontée d'une moulure en accolade et dotée de meubles anciens (tapis, bancs, fauteuils, tableaux, tapisseries). La pièce voisine avec la chapelle médiévale des seigneurs d'Estaing dont les voûtes de l'abside et de la première travée de la chapelle sont recouvertes d'un décor peint. Fermée par une grille en ferronnerie, la chapelle est flanquée par une seconde chapelle de plan rectangulaire longue de six travées, construite sur un axe nord-sud. Les élévations sont en moellons de schiste et la toiture à longs pans est recouverte d'ardoises.

Eléments protégés MH : le château, ainsi que les terrasses et le pavillon d'entrée, à l'exclusion de la chapelle moderne : classement par décret du 6 janvier 1945.

château d'Estaing 12190 Estaing, ouvert au public du 1er mai au 30 juin et du 22 septembre au 16 octobre du mardi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h, du 1er juillet au 19 septembre tous les jours sauf le lundi de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous.
Licence photo©webmaster"B-E", libres de droit à condition de nous demander et citer la source. (1)

 
 
 
 
Château d'Estaing Château d'Estaing Château d'Estaing
 
 
 
Château d'Estaing Château d'Estaing Château d'Estaing Château d'Estaing
 
 
 
Château d'Estaing Château d'Estaing Château d'Estaing
 

 

 
   
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
 

 

Copyright ©webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu     Tous droits réservés.