châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
Château de Geisberg
 
 
 
 
 
 

     En 1692, Jean Gaspard de Hatzel (bourgeois anobli et bailli royal) acquit le site où un château médiéval semble avoir existé. Il ne cessa d'agrandir le domaine et y fit construire un château par l'architecte Rondouin. Le château, entre cour et jardin, était complété par de vastes dépendances agricoles en U autour de la cour. L'exploitation de la ferme fut confiée à des mennonites suisses dont les descendants occupent toujours le Geisberg. L'ancien pigeonnier, qui faisait face au château, est daté sur ses portes charretières de 1711. Cette date correspond sans doute à la construction d'une grande partie des bâtiments probablement achevés vers 1714, date de la cloche qui surmontait l'entrée. Le domaine abritait une chapelle dédiée à saint Martin qui était desservie par les augustins de Wissembourg. Le château comportait un corps de bâtiment central avec avant-corps à pans coupés côté jardin, précédé d'un important perron à balustrade. Il était flanqué de part et d'autre par une aile en légère saillie couverte en pavillon. La cave, en étage de soubassement, était surmontée d'un rez-de-chaussée légèrement surélevé côté cour, très surélevé côté jardin. La porte d'entrée couronnée par un fronton cintré portait des armoiries jumelées et était surmontée par l'édicule qui abritait la cloche (conservée) de 1714. Vers 1755 le domaine fut vendu à Philippe Michel Weber qui en resta propriétaire jusqu'à la Révolution. En 1793, le général Hoche s'empara du Geisberg occupé par les Autrichiens. L'ancienne maison du portier, qui figure selon des proportions différentes sur le plan cadastral de 1831, a probablement été reconstruite après cette date. En 1850 le pigeonnier fut transformé en salle de culte pour les mennonites. En 1870, le Geisberg et le château furent au centre des 1ers combats entre la France et l'Allemagne. Une partie des bâtiments resta habitée par des familles mennonites, le reste fut laissé à l'abandon. En 1940 le Geisberg fut une des 1ères cibles de la guerre et le château déjà en fort mauvais état fut incendié. Ses ruines furent détruites en 1947, de nouvelles maisons furent construites pour les mennonites qui se partagent entièrement le domaine du château. Une chapelle a été érigée en 1973, remplaçant l'ancienne salle de culte du pigeonnier resté désaffecté après divers projets pour l'installation d'une salle d'archives-bibliothèque consacrée à l'histoire des mennonites.
De l'ancien château subsistent une partie du soubassement de la façade sur cour, les ruines des deux pavillons d'angle de l'enclos du jardin (autrefois couverts d'un bulbe), le pigeonnier à étage, de plan rectangulaire, avec toit à croupes et avec portes charretières en arc surbaissé ; l'une est ornée d'un cartouche sculpté, bûché avec date 1711, l'autre porte le même millésime sur la clé de cintre. Côté est subsiste l'ancienne maison du portier à un étage sur rez-de-chaussée avec toit à demi-croupes. Dans le jardin se trouve l'ancien puits.

Éléments protégés MH : les façades et les toitures de la tour-porche et de la maison du gardien, les deux pavillons : inscription par arrêté du 9 juillet 1990.

château de Geisberg 67160 Wissembourg, abrite le musée des mennonites.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de ce monument, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

 
 
 
 
   
 
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
 

 

Copyright ©webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu     Tous droits réservés.