châteaux de France
       Accueil        châteaux Val de Loire        châteaux pour réceptions        châteaux à l'abandon        Contact        Liens
 
 
 
Château de Saint-Germain
 
 
 
 
 
 

      En 1658, lorsqu'il est vendu à la famille Piperey, le jardin du château de Marolles est plus petit que le parc actuel. Son élégante demeure du XVIIe siècle est située au bout d'une large allée centrale bordée de tilleuls taillés où des jardins à la française sont probablement aménagés de part et d'autre. La composition, symétrique dans l'axe du château, dessine alors une belle perspective depuis le chemin de Lisieux à Bernay. Pendant la période révolutionnaire, le château, abandonné, demeure la propriété de la famille Piperey, émigrée en Angleterre. De retour sur ses terres en 1820, Louis-Frédéric de Piperey transforme le domaine pour y créer un parc à l'anglaise sur une emprise plus vaste. L'accès, dans l'axe du château, est décalé à l'ouest et une allée périphérique est tracée autour du nouveau parc. Quelques arbres séculaires sont conservés et des essences botaniques sont plantées par groupes et laissées en forme libre pour créer des effets d'ambiance. Une dépendance est construite à l'ouest de la demeure qui perd ainsi sa belle symétrie. En 1822, Jules-Bertrand de Baglion de la Dufferie acquiert le château et fait construire une extension sur la façade arrière. La famille Bucci devient propriétaire des lieux en 1889 et le domaine est toujours dans la famille lors de son classement parmi les sites en octobre 1943. Comme bien d'autres sites protégés à cette époque, l'administration des Beaux-Arts a souhaité préserver de l'effort de guerre un parc magnifique dont les arbres auraient été transformés en bois d'œuvre ou en bois de chauffage. Le rapport de classement de 1943 nous décrit brièvement le domaine : "le château de Marolles... possède de nombreuses essences d'arbres très rares, et d'autres qui ne sont rares que par leur âge. D'agréables perspectives sont ménagées dans ces arbres, et, en été, quand les fleurs viennent mêler leurs tons somptueux au vert acide des prairies et à celui plus sourd des arbres, l'ensemble forme un site d'une qualité très fine. Ce site est actuellement menacé par des abattages d'arbres intempestifs". Dans la seconde moitié du XXe siècle, les arbres vont s'épanouir et la couronne boisée autour du parc se densifie en s'étendant sur les prairies voisines. Le parc devient un îlot boisé dans un paysage alentours peu planté. En 1997, la propriété est divisée et le château et son parc sont achetés par M et Mme Blackie. Les nouveaux propriétaires se trouvent au château dans la nuit du 26 décembre 1999 quand une tempête sans précédent s'abat sur la région et couche dans un invraisemblable chaos près d'une centaine d'arbres séculaires du parc.
Dès le portail franchi, le parc se présente comme une vaste étendue engazonnée ponctuée d'arbres isolés ou en petits bosquets. Au centre de la pelouse, épicéas, mélèzes, érables et hêtres forment des masses boisées en alternance de persistants et de caduques. Une couronne boisée entoure l'espace. Au nord, des espèces locales dominent : hêtres, chênes, tilleuls ou érables. A l'est, se trouvent les conifères avec des mélèzes et des épicéas. L'allée menant au château est encore bordée de vieux sapins jusqu'aux abords de la première dépendance. Des tilleuls encadrent les communs à pans de bois et forment avec des hêtres la toile de fond du château. A l'exception de l'adjonction ouest de 1822, les bâtiments sont en assez mauvais état, une campagne de rénovation tant sur le château que sur les communs devrait prochainement débuter. Le parc, nettoyé et éclairci, est désormais prêt à accueillir de nouvelles plantations et aménagements : jardins, prairie fleurie, pelouses, promenades en sous-bois..
Aujourd'hui, il n'y a plus de traces du passage de la tempête de 1999 et les propriétaires actuels ont la volonté de poursuivre la remise en état du parc en suivant les préconisations des architectes-paysagistes. La reconstitution du parc de 1822 est également une de leurs ambitions, ainsi l'ancien potager et la bergerie ont été acquis en 2002. Les espaces extérieurs au parc dans l'emprise du site classé devraient être replantés de vergers de pommiers autour des bâtiments existants. L'enthousiasme et la passion de M et Mme Blackie pour le domaine de Marolles est sans aucun doute un atout pour la renaissance du château. Les travaux seront nombreux et les investissements conséquents, aussi de nombreuses années s'écouleront-elles avant que le château et son parc retrouvent tout leur lustre…

château de Saint Germain 14100 Marolles. se trouve entre la RN 13 et le bourg, propriété privée, ne se visite pas.

Ce site recense tous les châteaux de France, si vous possédez des documents concernant ce château (architecture, historique, photos, etc.) ou si vous constatez une erreur, contactez nous. Propriétaire de ce monument, vous pouvez enrichir notre base de données en nous adressant des photos pour illustrer cette page, merci.

 
 
 
 
   
 
 
 
 
 


(1)   
Texte de loi sur le droit à l'image des biens (photos)


Sur ce site, tous les châteaux, châteaux forts, manoirs, maisons-fortes, ruines et vestiges importants, chateau hôtel-restaurant, chateaux avec chambres d'hôtes, gîtes, et les châteaux avec salles pour réceptions, vous trouverez la liste de tous les départements en page d'Accueil, mais également une page réservée aux châteaux à l'abandon, en péril, et les châteaux du val de Loire nous avons recensés aussi les châteaux dans les pays francophones, Suisse, Belgique et Grand Duché du Luxembourg voir châteaux Étrangers, et également les châteaux dans des bourgs classés parmi les plus beaux villages de France.

 
 
(IMH) = château inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, (MH) = château classé Monument Historique
Nos sources proviennent à 60% de la base Mérimée, culture.gouv.fr/culture/patrimoine, que nous remercions chaleureusement
 

 

Copyright ©webmaster@chateau-fort-manoir-chateau.eu     Tous droits réservés.